Chronique : Quelle version de Spider-Man pour le reboot de 2017 ?

Chronique

Par Gaylord le

Spider-Man rejoint le Marvel Cinematic Universe. L’euphorie est collective, mais une question empêche encore les fans de dormir sur leurs deux oreilles : quelle histoire va-t-on (oser) leur raconter ? Les spéculations vont bon train, des listes d’acteurs (plausibles ou fantasmés) naissent un peu partout sur le net. Et si la réponse était là, sous nos yeux, au détour du produit dérivé le plus célèbre des films Marvel à savoir… les comic books.

cover

…………………………

Previously on Spider-Man

Troisième reboot en quinze ans. L’idée fait aussi bien sourire les fans de la version papier que les amateurs des aventures en salles obscures. On ne peut s’empêcher d’être un peu soulagé après le catastrophique virage Amazing, et au-delà d’une troisième version du monte-en-l’air, c’est surtout son intégration dans le Marvel Cinematic Universe qui nous fait tous pousser des petits couinements de joie. Un juste retour des choses pour un héros aussi populaire dont l’isolation forcée nous paraissait de plus en plus absurde à mesure que l’univers Marvel s’étend et s’autorise à déterrer des figures assez peu connues. En bons outsiders de la phase 3, Captain Marvel et Black Panther en viennent à faire un peu de place à ce nouveau Spider-Man, prévu pour le 28 juillet 2017.

Pierre nous a pondu un bilan du retour de la franchise et des premières rumeurs autour du reboot. De notre coté, on va pousser le bouchon un peu plus loin et imaginer ensemble un peu à quoi pourrait ressembler ce nouveau Spider-Man.

…………………………

Et si on nous racontait tout simplement les aventures de Peter Parker version Ultimate Comics ?

Ultimate_Spider-Man_Vol_1_6_page_03_Peter_Parker_(Earth-1610)

Une chose est sûre : Peter Parker sera jeune. Peut-être pas aussi jeune que le blondinet aperçu dans Iron Man 3, mais certainement plus jeune qu’un Tobey Maguire de 39 ans (oui, 39 ans) ou qu’un Andrew Garfield de 31 ans. Peter Parker (le vrai, celui de l’univers 616) a débuté sa carrière au lycée, vers l’âge de 16 ans. Les regards se tournent automatiquement vers la version Ultimate Comics dont l’univers exagérément high-tech ressemble beaucoup à celui des films Marvel.

On l’a déjà évoqué lors de précédents dossiers sur l’Araignée : l’univers Ultimate se présente comme une version ultra moderne de l’univers 616. Aucun lien avec ce dernier si ce n’est la palette de super héros classiques réinjectée dans un univers fait d’hologrammes sexys qui se contrôlent avec les mains et de conspirations à tous les coins de rue. Dans cet univers Peter Parker n’est plus le garçon timoré et guindé incarné (à merveille) par Tobey, mais un ado moderne, un poil plus insolent et tête brûlée.

On retrouvait d’ailleurs dans la franchise Amazing quelques idées reprises de cette version. Tante May n’est plus une vieille femme constamment alitée mais une femme active et les pouvoirs de Peter se manifestent à cause d’une araignée issue des laboratoires Oscorp. Les clins d’oeil sont nombreux, mais l’un d’entre eux, essentiel, est complètement passé sous silence à cause de la séparation entre Sony et Marvel : la présence de Nick Fury (version Samuel L. Jackson) en figure de chaperon de ce très jeune super-héros.

Une fin de journée banale dans l'univers Ultimate.
Une fin de journée banale dans l’univers Ultimate.

Vous le savez sûrement, cette version de Nick Fury a vu le jour dans l’univers Ultimate. Une copie conforme de Samuel L. Jackson dessinée par Bryan Hitch dans The Ultimates (les Avengers de ce monde parallèle) qui s’est naturellement imposée lorsqu’il fallait caster le personnage pour la version ciné. Si Spider-Man doit prendre le train en marche après une absence totale des deux premières phases, on imagine sans mal ce bon vieux Samuel que l’on guette à chaque fin de films user du même gimmick pour l’introduire dans la boucle.

nick fury

Et puis l’occasion serait trop belle pour reproduire une dynamique semblable au film Winter Soldier qui donnait de l’épaisseur aussi bien à Captain America qu’à son entourage direct (Black Widow, Falcon et Fury). Les lecteurs d’Ultimate Spider-Man imaginent sans peine un reboot qui reprendrait la même recette et ferait de Peter Parker une recrue spéciale du S.H.I.E.L.D. Non pas en tant que membre à part entière de l’organisation comme certains Avengers, mais plus comme un super héros en devenir, spécialement chaperonné par un Nick Fury papa poule. Tout ceci en vue d’une intégration officielle dans l’organisation dès sa majorité (qui tomberait pile poil pour la phase 4).

A lire : Ultimate Spider-Man sur Comixology

…………………………

Et si on prenait aussi quelques éléments du Spider-Man version Animated Series ?

Spider-Man est une franchise qui n’hésite pas à se démultiplier en plusieurs sous-versions pour assurer une présence constante, sur tous les médias, dans tous les esprits. Pour le meilleur et pour le pire, au point d’en faire une icône de la pop culture semblable à Batman ou Superman au destin similaire : tout le monde connaît les histoires mais personne ne lit les aventures. La plus grande crainte des spectateurs avec ce second reboot serait que l’on nous resserve à nouveau une plâtrée indigeste et larmoyante de ses origines.

Heureusement pour nous, l’actuelle version du dessin animé Ultimate Spider-Man esquive habilement la question.

ultimate-spider-man-animated series

Diffusée sur la chaîne Disney X D, cette version d’Ultimate Spider-Man commence un an après la fameuse piqûre d’araignée radioactive. On se concentre ici sur ce qui fait le sel des aventures de Peter Parker : des combats contre des aberrations génétiques et des team up rigolos. En trois saisons la série ne se gêne pas pour nous balancer un casting fourni, familier pour les lecteurs papier. Iron Fist, Nova, Nick Fury (ce bon vieux Samuel), Power Man (alias Luke Cage, dont la série Netflix arrive cette année) et White Tiger, une outsider moins connue, apparue initialement dans le comics Daredevil lorsque Michael M. Bendis assurait la partie scénaristique. Le même Bendis qui scénarise depuis plus de dix ans le comic book Ultimate Spider-Man, le même Bendis qui produit cette version animée. Ce qui commence à faire beaucoup de coïncidences.

jessica jones
Sans oublier Jessica Jones qui débarque prochainement dans sa propre série sur Netflix inspirée d’Alias, une très bonne lecture dans la collection MAX.

Si des noms comme Luke Cage ou Iron Fist vous disent quelque chose, c’est tout à fait normal puisque la plupart d’entre eux auront le droit à leur série attitrée sur Netflix à partir de cette année. Pourquoi les évoquer ? Parce que Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist font partie de cette catégorie de super héros urbains qui apparaissent très souvent au côté de Spider-Man. Ce serait en tout cas une belle passerelle pour se familiariser avec eux avant leur possible apparition dans le reboot du film prévu en 2017. Je vous parie ma collection de sous-vêtements Black Panther qu’ils poseront les jalons de la phase 4. Le duo Daredevil et Spider-Man est par ailleurs une rengaine habituelle pour les lecteurs.

dd spidey

Autre indice, peut-être un peu tiré par les cheveux pour justifier cette théorie : le jeu vidéo Disney Infinity. La mise à jour sortie Noël dernier introduit les super héros Marvel et les regroupent en trois franchises : Avengers, Guardians of the Galaxy et… Spider-Man (avec Nova et Iron Fist, entre autres). Notez la présence de Nick Fury qui fait partie intégrante de la gamme de jouets Spider-Man et non Avengers.

Les jouets sont sortis avant l’annonce du reboot, c’est donc le dessin animé Ultimate Spider-Man qui a servi de modèle de base pour intégrer l’univers de l’Araignée dans le jeu (chose possible car le dessin animé appartient à Disney). Le reboot pourrait s’inspirer du dessin animé pour retomber sur ses pattes et rester cohérent avec ses produits dérivés. Ce ne serait en tout cas par la première fois que des jouets inspirent la mise en place d’une intrigue ou d’un event (coucou Secret Wars).

disney 2.0

…………………………

Et si on mettait de côté Peter Parker pour se concentrer sur un nouveau Spider-Man ? Disons, allez, Miles Morales par exemple ?

Les itérations de l’araignée ne manquent pas, et l’une des plus prometteuses pour le reboot pourrait être Miles Morales, le successeur de la version Ultimate Comics de Peter Parker (dont on a déjà évoqué la mort dans un précédent dossier). Si on a cru pendant un temps que la ligne Ultimate Comics allait tirer sa révérence sur cet évènement tragique, il était en fait question de lui trouver un remplaçant et de poser les bases d’aventures complètement inédites. C’est ainsi que depuis 2011, Miles Morales évolue dans son propre titre, dans son propre costume et avec ses propres pouvoirs, dont celui de se rendre invisible et de lancer des décharges électriques (le fameux venom blast).

miles morales

Du doublage à l’incarnation au cinéma il n’y a qu’un pas, et c’est en toute logique que Miles Morales fait partie du casting de Web Warriors, la saison 3 du dessin animé Ultimate Spider-Man qui réunit les Spider-Men de différentes réalités. Le personnage est doublé par Danny Glover (aka Childish Gambino et Troy de la série Community). A l’annonce du premier reboot The Amazing Spider-Man, il était question pendant un temps de voir l’acteur incarner Spider-Man. Bendis confiera d’ailleurs s’être inspiré d’un épisode de Community dans lequel Troy porte un costume de Spider-Man pour créer le personnage de Miles Morales. La magie du transmédia.

Un extrait de la saison 3 sous-titrée "Web-Warriors"
Un extrait de la saison 3 sous-titrée « Web-Warriors »

Pour la partie comic book, Michael M. Bendis reste au scénario après la mort de Peter et continue de tirer sur ses ficelles préférées : des clins d’oeil à l’univers classique, des histoires simples, des menaces identifiables, et, encore une fois, du team up à gogo. On y découvre d’autres super héros comme Cloak & Dagger (un duo prévu un temps en films qui va sûrement finir par faire des apparitions dans la partie Netflix), Bombshell (une création du scénariste) et Spider-Woman (l’un des clones de Peter Parker). Tout ce beau monde officie en parallèle sur la série All New Ultimates. Une lecture très dispensable, mais un pas de plus vers un Spider-Man très entouré.

all new ultimates

À lire : Ultimate Comics Spider-Man sur Comixology

Sinon on peut se faire un peu de mal et imaginer ce qu’aurait donné un team up entre Peter Parker et Miles Morales (extrait d’Ultimate Spider-Man 200, en hommage au défunt Spider-Man).

usm200

…………………………

Spider-Verse : le pokédex complet

Aussi bien en papier qu’en dessin animé, la tendance est à la réunification. Pour la version papier en tout cas, le dernier cross-over de Dan Slott (Spider-Verse) envoie du lourd. Spider-Man est en danger, et ce, à travers toutes les réalités. En six chapitres, on nous déroule une palette de versions de l’Araignée, des plus emblématiques à des maxi clins d’oeil complètement fous comme le Spider-Man sentai et son mecha Leopardon, sans oublier nos chouchous comme le très récent Superior Spider-Man (Octopus dans le corps de Parker), Spider-Ham (le fameux Peter Porker) ou Spider-Manga. Ils sont tous là. À vous de choisir.

spider-verse

À lire absolument : Spider-Verse (Amazing Spider-Man 09 à 14) sur Comixology

…………………………

Et si on avait complètement faux sur toute la ligne ? Et si, malgré cette tendance presque maladive du MCU à créer des interactions, Spider-Man vivait des aventures loin de tout ce joyeux tumulte ?

On a tendance à imaginer Peter Parker au sein des New Avengers, ou des FF (et même des X-Men depuis très récemment) pour la simple et bonne raison que le comic book nous raconte ça (et qu’il le fait très bien). Au point qu’on en oublierait presque que Spider-Man est un super héros qui a toujours navigué en solo et dont les aventures désespérées contre des ennemis impossibles ont toujours séduit le lectorat.

Prenons par exemple Doctor Strange dont le film arrive quelques mois avant la sortie du reboot. Sans partir dans un duo à plein temps, il ne serait pas impossible qu’il intervienne dans l’aventure en tant que guest star pour aider à contrer une menace plus compliquée qu’à l’accoutumée. C’est un fait dans la version comic book : Spider-Man requiert souvent les services du Sorcier Suprême lorsqu’il rencontre des ennemis qui échappent à ses connaissances scientifiques. Et faute de mutants Marvel puise dans d’autres ressources, en l’occurrence des inhumains ou des êtres cosmiques ou magiques pour donner de la densité à ses histoires.

The Sensational Spider-Man #23 (mon team up préféré de la Terre)
The Sensational Spider-Man #23 (mon team up préféré de la Terre)

Je vous en ai déjà parlé ici et ici, Morlun est l’un des grands ennemis du run de Straczynski. Un être qui s’en prend aux totems arachnéens, une sorte de vampire qui se nourrit de l’essence des « élus ». Spider-Man ne serait pas le résultat d’un accident, mais bel et bien le descendant d’une lignée de combattants mythiques (à la manière de la tueuse dans Buffy). Sa première apparition remonte à 2002, sa dernière remonte à une poignée de jours dans les pages du crossover Spider-Verse. Stracz place la première rencontre au coeur de New York dans une chasse à l’homme à laquelle Peter ne peut se soustraire.

Je ne vous cache pas que j’ai toujours eu envie de voir cette histoire adaptée en film.

Une des meilleures bastons de Spider-Man
Une des meilleures bastons de Spider-Man

À lire : La saga de Morlun (Amazing Spider-Man v2 30 à 35) sur Comixology

Pour rester dans les histoires très funs qui se dévorent d’une traite et qu’on veut absolument voir au cinéma : Astonishing Spider-Man and Wolverine.

Spider-Man & Wolverine

Arrêtez tout de suite de lever les yeux au ciel, je sais bien que notre bon Hugh Jackman ne fait pas partie du MCU. Pas encore. Pour ma défense, les rencontres entre Wolverine et Spider-Man offrent toujours des histoires très divertissantes à lire. Deux personnalités diamétralement opposées, deux visions de la justice, et deux fois plus de complications. Peut-être pour la phase 4 ?

À lire : Astonishing Spider-Man & Wolverine 1 à 6 sur Comixology

…………………………

Pourquoi tout le monde veut absolument voir Spider-Man rejoindre le casting des Avengers ?

Beaucoup imaginent Spider-Man intégrer les Avengers au même titre que Wolverine car ce sont les deux grosses surprises du relaunch de la série Avengers en New Avengers. Bendis (encore lui) arrive sur le titre en 2005 et remanie les fondations du groupe. Dans ce contexte Spider-Man est un adulte qui a de la bouteille, à quelques mois de dévoiler son identité secrète dans Civil War.
En film, un scénario similaire n’aurait pas le temps de s’installer. On devine un début de tension entre Tony Stark et Steve Rogers dans le film Avengers 2 pour amener aux évènements de Captain America 3 mais Le timing est beaucoup trop serré pour installer correctement Spider-Man au milieu de l’intrigue.

new avengers

Autre hypothèse : la fin de la phase 3 pourrait voir les Avengers se séparer au profit des New Avengers. Pour rappel la version papier de New Avengers inclut des nouveaux visages comme Doctor Strange, Jessica Jones, Luke Cage, Daredevil, Iron Fist. Des personnages qui apparaissent tous à un moment ou un autre dans les aventures de Spider-Man. Des personnages remis en avant ces dernières années sur le format papier et dont les versions film et série télé s’apprêtent à débarquer.

New Avengers, équipe post Civil War
New Avengers, équipe post Civil War

…………………………

Voilà pour les pistes que le comic book (et le dessin animé, et le jeu vidéo) nous proposent. Si vous avez d’autres idées, théories, fantasmes, on en parle dans les commentaires juste en dessous.