[Sécurité nationale] Eric Schmidt persiste et signe sur le chiffrement

Sur le web

Par Elodie le

Pour le patron de Google, Eric Schmidt, il ne fait aucun doute que les géants du web « remporteront » la bataille du chiffrement, défiant ainsi la NSA et le FBI qui souhaitent interdire la commercialisation de smartphones réputés inviolables invoquant la sécurité nationale.

Si le chiffrement sur Android se fait attendre, il arrivera quoiqu’il se passe.

Devant l’American Enterprise Institute, un think tank sis à Washington, Eric Schimdt n’y est pas allé par quatre chemins. S’il se dit « réceptif » aux protestations émises par le FBI et la NSA pour qui des méthodes de chiffrement trop efficaces sur des terminaux grand public (smartphones et tablettes notamment) bénéficieraient aux criminels et terroristes, il n’en reste pas moins qu’il est impossible de n’en garantir l’accès qu’aux « gentils ».

“Nous ne savons pas comment mettre en place une ‘porte dérobée’ uniquement accessible aux gentils” a-t-il simplement concédé.

En effet, les agences de renseignement avaient vivement contesté les nouvelles méthodes de chiffrement mises en place par Apple et Google, le FBI et la NSA appelant à l’instauration de “backdoors légales pour que les agences puissent effectuer leur travail. Le chiffrement constituant « un vrai problème de sécurité nationale » pour la NSA.

Néanmoins, comment être certain que ces « portes dérobées » ne seront pas empruntées par des hackers ou des pays comme la Chine et la Russie ? Crainte notamment soulevée par Edward Snowden au cours d’une réunion secrète avec plusieurs chefs d’entreprise de la high-tech lors du dernier festival SXSW.

mueller_fbi_défend_collecte_métadonnées

“Si nous mettions en place une ‘porte dérobée’ dans notre système, il faudrait que nous le disions, car certains s’en apercevraient. En plus, des personnes mal intentionnées pourraient trouver une voie d’accès”, a averti Eric Schmidt.

La Chine se montre d’ailleurs très agressive sur le sujet et requiert codes sources, implantation de backdoors et clés de chiffrement aux entreprises étrangères (et locales) qui voudraient passer des contrats dans certains secteurs stratégiques.

Des préoccupations de « sécurité nationale » qui n’empêche pas Google d’affirmer que les géants du Net « remporteront » cette bataille du chiffrement. L’enjeu est de proposer des outils de communication toujours plus sécurisés à leurs clients garantissant ainsi le respect de leur vie privée. À l’image de Yahoo qui va proposer une solution de chiffrement de bout-en-bout et des mots de passe à usage unique à ses clients.

Dans le secteur, nous nous montrons intraitables dans cette bataille et je pense que nous la remporterons, au moins aux États-Unis” prédit le PDG de Google.
Eric Schmidt enfonce le clou et estime qu’accéder aux desiderata des agences de renseignement reviendrait à “surveiller ce que tout le monde fait pour démasquer” les criminels. La définition de la surveillance de masse en somme…