[Dragon Age Inquisition] Les Crocs d’Hakkon : bien mais un peu croc classique

Par Pierre le

Dragon Age Inquisition est un grand RPG, c’est d’ailleurs mon jeu préféré de 2014 (notre test). J’attendais donc de pouvoir écumer le DLC Les Crocs d’Hakkon avec une impatience non dissimulée.

1005299_screenhi_930x524_glowing_bows

Ah ! Fort Céleste ! C’est comme si je ne t’avais jamais quitté. Après avoir papoté un peu avec BlackWall, bu un coup avec Iron Bull et fait des poutous à ma chère Joséphine, je décide de m’attaquer à ce DLC. Pour y accéder, je me rends à la carte d’Etat-Major où une nouvelle zone a fait son apparition : le Cirque des Dorsales de Givre, tout au sud de Ferelden. Mes hommes et moi allons enquêter sur Améridan, l’Inquisiteur qui m’a précédé et qui a disparu il y a de cela 800 ans. Une zone dans laquelle il faut avoir atteint au minimum le niveau 20 sous peine de se faire couper en deux par le premier mob. J’ai une pensée émue pour tous les noobs avant de lancer le voyage rapide.

La nouvelle zone reprend le même schéma que les autres : des bases à débloquer, des terrains à conquérir, des astariums, des crânes, des machins, des trucs… Bioware n’a pas réellement choisi l’innovation pour ce DLC, le Cirque aurait très bien pu être une zone du jeu de base. Au menu des Crocs d’Hakkon : une quête principale soignée et bien écrite, une nouvelle capacité et une idée de gameplay sympathique dans un temple. C’est aussi l’occasion pour les fans d’explorer un peu plus le passé de Thedas et d’apprendre l’histoire de la précédente Inquisition.

1005299_screenhi_930x524_mystic_pond

La zone en elle-même se montre très réussie. Ce n’est pas la plus belle, ni la plus vaste, ni même la plus exotique, mais c’est bien la mieux construite des zones de Dragon Age Inquisition. Bioware a réellement fait un effort sur l’architecture même du Cirque des Dorsales de Givre. Région multi-facettes, elle propose des décors variés et une partie de la zone joue même sur la verticalité. Sympa même si, désolé, rien n’égalera les Tombes Émeraude. RIEN.

J’ai terminé Les Crocs d’Hakkon à 100% en huit heures, en prenant mon temps. Comme une zone moyenne de Dragon Age Inquisition, en fait. Et si le DLC ne représente clairement pas une nécessité absolue, il apportera un bon complément aux amateurs de l’univers et à ceux qui ont été happés par l’histoire de ce Dragon Age Inquisition. Au delà de ça, les Crocs d’Hakkon a un autre mérite, peut-être bien plus grand : il m’a fait replonger dans le jeu. En retournant à Fort Celeste, je me suis rendu compte qu’il me restait deux-trois trucs à faire, du genre buter un dernier dragon ou farfouiller dans les ruines des Plaines Sifflantes… et puis après, je referai une partie avec un nouveau perso, tiens…

Dragon Age : Inquisition – Les Crocs d’Hakkon, 14,99 euros sur Origin
Testé sur Xbox One

1005299_screenhi_930x524_tree2

stopwatch 3 min.