Pas de preuve d’entente illicite pour Apple Music

Apple

Par Elodie le

Après enquête, la Commission européenne n’a pas rassemblé les preuves suffisantes permettant d’établir une entente illicite entre Apple et les principales majors de l’industrie du disque.

commission_européenne_entente_illicite_pas_preuves

Sous le feu des critiques et des accusations depuis l’annonce du lancement d’Apple Music, c’est une première victoire pour la firme à la pomme.
Re/code affirme que selon quatre sources proches du dossier, la Commission européenne n’est pas parvenue à rassembler les preuves suffisantes établissant une entente illicite entre Apple et les principaux labels. Cette entente aurait eu pour but de tuer la concurrence, à savoir, faire pression sur Spotify, Deezer et consorts afin de limiter l’accès à leur service gratuit et amener les utilisateurs vers un abonnement payant. Les pressions auraient diminué au cours de l’enquête.

L’enquête des autorités auropéennes s’est faite sur la base d’un questionnaire envoyé aux trois grandes maisons de disques (Universal Music Group, Warner Music Group et Sony Music Entertainment) pour connaitre le détail de leur discussion concernant l’attribution de licence avec Apple. Malgré le manque de preuves, le dossier des enquêteurs européens reste ouvert pendant les négociations entre Spotify et les labels autour des licences. La Commission « continuera de surveiller le marché » rapporte Re/Code.

Si une enquête a également été ouverte par les procureurs de New York et du Connecticut en juin dernier, elle s’est vite refermée, également faute de preuves.

Apple n’est pas sorti d’affaire pour autant puisque la FTC cherche à savoir si la firme ne viole pas les lois antitrust avec son service Apple Music.
En effet, sa politique tarifaire est décriée, ses opposants dénonçant une concurrence déloyale : Apple facture 30 % de commission pour toute application mise à disposition ou achats in-app effectués sur son App Store, mais également sur tout abonnement réalisé depuis son magasin en ligne. 30 % qu’Apple ne se facture évidemment pas, lui permettant ainsi d’afficher et maintenir un prix d’appel à 9 $99/mois pour son offre premium Music. Contrairement à Spotify par exemple qui doit hausser le prix de son abonnement à 12,99 $ et dénonce une pratique de concurrence déloyale.

En trois mois, 11 millions de mélomanes se sont abonnés à l’offre d’essai gratuit d’Apple Music. Pour combien de conversions ?

Source: Source