Nouvelle condamnation pour revenge porn en France

Business

Par Elodie le

Rancunier envers son ex-femme, un homme a diffusé des photos intimes d’elle sur la toile et usurpé son identité. Il a été condamné à un an de prison ferme.

condamnation_revenge_porn_france

Un homme de 39 ans a été condamné à un an de prison à Metz pour vengeance pornographique (autrement appelé revenge porn) à l’encontre de son ex-femme. Séparé depuis 2012, l’homme semble avoir tenu rancune à son ancienne compagne et mal vécu leur divorce. II a ainsi diffusé des photos intimes d’elle sur les réseaux sociaux, usurpé son identité en l’inscrivant sur des sites échangistes et de rencontres libertines tout en communiquant ses coordonnées (adresse et numéro de téléphone) à des inconnus avec qui il avait fixé un rendez-vous au nom de son ex-femme.

Une vengeance qui n’a pas été sans conséquence puisque la hiérarchie de la victime en a été informée, celle-ci étant professeure d’allemand dans un lycée. Ses avocats décrivent « une femme brisée ».

L’homme a été condamné une première fois pour des faits similaires en 2014 à un an de prison avec sursis et une mise à l’épreuve. Il récidive en publiant à nouveau des photos sur Facebook mais va plus loin en contactant cette fois-ci directement des élèves de son ex-femme pour leur faire des avances.

Non présent à l’audience, l’ex-mari a été condamné à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Metz et 13 500 euros d’amende pour les faits de diffusion d’images portant atteinte à l’intimité d’une personne et de harcèlement, un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.

Si elle bénéficiait autrefois d’un vide juridique, la pratique du revenge porn est aujourd’hui lourdement réprimée. Tribunaux et acteurs du net ont pris le problème à bras le corps : Google le déréférence de son moteur de recherche sur demande des victimes tout comme Microsoft, quand Twitter et Reddit l’ont déjà banni de leur plateforme respective.

Au Royaume-Uni, la vengeance porno est passible de 14 ans de prison, l’État de Californie quant à lui a renforcé son arsenal législatif suite à plusieurs événements dont le désormais connu #celebgate, le fondateur d’un site de revenge porn a d’ailleurs été condamné à 18 ans de prison en décembre 2013 dans ce même État.

Source: Source