4chan au cœur de l’enquête du FBI après la fusillade de l’Oregon

culture geek

Par Elodie le

Les autorités américaines annoncent vouloir enquêter sur un message posté sur 4chan la veille de la tuerie perpétrée dans une université de l’Oregon et qui a fait une dizaine de morts.

4chan-tuerie_enquête-message-oregon

Il se nomme Anonymous, comme la plupart des personnes qui postent sur 4chan, et déclare ce mercredi 30 septembre à 23h19 sur le forum /r9k/ :

« Certains d’entre vous sont cools. N’allez pas à l’école demain si vous êtes dans le Nord-Ouest. »

S’en suivent, comme c’est généralement de coutume sur le site, commentaires acerbes, moqueries, insultes, mais aussi encouragement et uprising, qualifiant l’auteur de « beta », « nom donné aux hommes faibles d’après une théorie populaire (et très misogyne) sur /r9k/. Cette dernière prétend que les femmes ne s’intéressent qu’aux « alphas », une minorité d’hommes forts, excluant ainsi les betas », rappelle Le Figaro.

4chan_tuerie_oregon

Le lendemain matin, un jeune homme de 26 ans ouvre le feu dans une université de l’Oregon (située au Nord-Ouest des États-Unis) faisant 10 morts et laissant d’autres victimes dans un état critique.

Depuis, le FBI a annoncé vouloir enquêter sur ce message funestement prophétique. Rien ne dit que l’auteur de la fusillade soit celui du message posté, la coïncidence est pourtant troublante. Peu après l’attaque, où le jeune homme a perdu la vie, abattu après un échange de tir avec les forces de police, c’était l’incrédulité sur le forum : « Holly s*** !« , « He did it« , « He did it. One of us« , pouvait-on lire en commentaire. Des journalistes tentent également de receuillir quelques témoignages.

Sans titre

4chan_BBC

4chan est connu pour concentrer tout ce qui se fait de mieux et de pire sur le web. Si le site a vu éclore le mouvement Anonymous, il se voit affublé de surnom fleuri : « poubelle d’internet », « égout du net » ou autoproclamé « trou du cul du web ». 4chan est surtout un immense forum réunissant des intérêts très divers où il est aisé de s’inscrire et de s’exprimer dans le plus total anonymat. C’est ce qui en fait sa force et sa faiblesse.

Ce n’est pas la première fois que 4chan se retrouve au cœur de la polémique et fait parler de lui :

– Le 31 août 2014, un anonyme publiait les photos intimes de célébrités qui préfigureront le #celebgate ;

– à la même époque, un déferlement de propos misogynes et sexistes, mais aussi de menaces, a émergé sur 4chan à l’encontre d’Emma Watson en marge de son discours pour l’égalité des sexes prononcé aux Nations Unies ;

– plus récemment, c’est un Américain, tellement content et fier d’avoir tué sa petite amie, qui n’a rien trouvé de mieux que s’en vanter sur 4chan en postant plusieurs photos de son cadavre accompagné de cette réflexion : « il s’avère qu’étrangler quelqu’un dans la vie réelle est beaucoup plus difficile que cela ne le parait dans les films ».

Difficile donc de démêler le vrai du faux dans un forum qui rassemble tout et son contraire : propos raciste, entraide, menaces de mort, de suicide, conseils, mais aussi fausses annonces de tueries… jusqu’à ce que quelqu’un passe vraiment à l’acte.


Nous vous proposons de relire cet article datant de novembre 2014 : 4chan, mal nécessaire ou pernicieuse liberté ? avec un épisode de BiTS consacré au site.