Assange : « Les journalistes sont traités comme des espions », ils doivent user des mêmes méthodes

culture geek

Par Elodie le

Si les lanceurs d’alerte sont considérés comme des traîtres par les autorités qu'elles dénoncent, les journalistes qui en font leur source ou publient leurs révélations ne...

Si les lanceurs d’alerte sont considérés comme des traîtres par les autorités qu’elles dénoncent, les journalistes qui en font leur source ou publient leurs révélations ne sont pas moins (dé)considérés. Julian Assange les presse à agir.

assange_journalistes_espions_méthodes.

Appelé à s’exprimer sur les outils à mettre en œuvre pour protéger les lanceurs d’alerte par le journal belge Le Soir, le fondateur de Wikileaks, toujours réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres (mais pas vraiment en odeur de sainteté), averti surtout les journalistes qui jouent parfois le rôle de pare-feux entre eux et les autorités.

Et son raisonnement est somme toute assez logique : « Les journalistes sont traités comme des espions par les services de renseignement », estime Assange. « Les mêmes méthodes utilisées contre les espions sont utilisées contre les journalistes, et désormais, les journalistes doivent apprendre les techniques de contre-espionnage pour protéger leurs sources ».

De toute évidence, pour lui, « S’il existe une possibilité, pour les agences de renseignement ou les services d’enquête d’un État ou les officines transnationales privées, d’intercepter vos communications avec une source, ils le feront, que la loi les y autorise ou non. »

« L’accroissement de la surveillance électronique rend la protection technique de plus en plus dure », les dernières réformes sur le Renseignement adoptées à travers le monde, que ce soit au Royaume-Uni, en France ou en Australie dernièrement, le confirment.

Et comment parer à ce déferlement de technologie quand on « n’[a] pas dix années d’expérience en cryptographie » ? En revenir aux « méthodes anciennes ». Autrement dit, « la poste traditionnelle », mais aussi par le fait de « rencontrer les sources lors de conférences – ou dans tout endroit où quelqu’un qui espionnerait de l’extérieur le bâtiment de la conférence ne puisse pas voir que vous y rencontrez vos sources ».

« Ce sont de vieilles techniques qui appartiennent au renseignement, mais les journalistes sont traités par les services de renseignement comme des espions. »

À bon entendeur.

Source: Source