Des technologies ultra récentes pour étudier les anciennes pyramides

Science

Par le

L’accord a été annoncé par le ministre égyptien des antiquités Madouh el Damatti, ce dimanche 25 octobre. Les pyramides vont une nouvelle fois être l’objet d’une étude poussée pour tenter de savoir ce que pourrait encore cacher ces monuments.

Stitched Panorama

L’étude aura lieu du début du mois de novembre 2015 à fin 2016. Elle sera menée par une association non lucrative française, le HIP Institut (héritage, innovation, préservation) en collaboration avec la Faculté des ingénieurs de l’Université du Caire. L’étude va tenter d’étudier les monuments vieux de 4500 ans sans même les toucher. Pour cela, les chercheurs utiliseront des méthodes à la pointe de la technologie.

Deux missions de thermographie par infrarouge auront lieu, l’une de courte durée et l’autre d’au moins un an auront pour but d’analyser la surface des pyramides pour dire s’il y a encore des cavités inexplorées dans les édifices. Il est assez facile d’imaginer que la présence d’une cavité influe sur les changements de température de l’édifice. Il est aussi probable que de tels changements soient locaux et donc repérables avec des caméras thermiques si ces poches d’air sous la surface de calcaire ne sont pas trop profondément enfouies.

4796636_6_3878_imagerie-a-la-camera-infrarouge-qui-detecte_28ab52a1faf9ccd50ba1c69befbf3727

Suivra ensuite une mission de radiographie par détecteur de muons. Les muons sont des particules subatomiques qui ont une durée de vie de 2,2 µs. Cette technique a été mise au point par des équipes japonaises et permettra de mettre en évidence la présence de cavité au cœur même de la pyramide. Enfin, une mission menée à l’aide de drones et de scanners lasers permettra de faire une représentation 3D du plateau de Guizeh avec des précisions allant jusqu’au centimètre près.

4796637_6_43bf_scanner-porte-par-des-drones-pour-une-imagerie_d55cca278dadc1931487492f251c8c59

Cette étude intervient dans un contexte ou l’Égypte essaye de redorer son image touristique et de se reconstruire économiquement. Ces dernières années, le printemps arabe et tous les événements qui ont ensuite agité le pays ont affaibli une économie égyptienne comptant beaucoup sur le tourisme. Cette étude coûtera un million d’euros, mais sera financée par des mécènes et des financiers. Deux musées colossaux sont aussi en construction au pied des pyramides sur le plateau de Guizeh.

À noter que ce n’est pas la première fois que de telles techniques sont utilisées. Les équipes ayant travaillé sur les pyramides de Mexico et sur la centrale de Fukushima avaient eu recours à des techniques similaires. L’archéologue Fredrik Hiebert prédit d’ailleurs que ces techniques permettront d’avoir des réponses à certaines des plus grandes questions de l’archéologie d’ici la fin du siècle.

Les monuments étudiés seront les pyramides rhomboïdales et rouges de Snefrou suivies de Khéops et Khéphren sur le plateau de Guizeh.

Source: Source