Xavier Bertrand dénonce « l’imam Google »

Business

Par Pierre le

Après les événements tragiques de Paris, nous avons eu le traditionnel bal des politiques qui réagissent sur la question. Et ce matin, au micro d’Europe 1, Xavier Bertrand (Les Républicains), a dénoncé l’embrigadement des djihadistes sur le net et s’est attaqué à « l’imam Google ».

Screenshot

Le recrutement par Internet est devenu une tradition pour Daesh et autres organisations barbares. Face à Jean-Pierre Elkabach sur Europe 1, ce matin, le député maire a mis le doigt sur le recrutement par Internet

Il est temps qu’on se mobilise par tous les moyens. Vous avez parlé des mosquées ce matin. Mais il y a l’imam Google. Un certain nombre de jeunes aujourd’hui, avant même d’aller dans les mosquées… C’est sur Internet qu’ils trouvent les moyens de se radicaliser. Il est temps que ces multinationales présentes sur notre territoire (…) archi milliardaires, qui ne payent pas d’impôts, se sentent aussi mobilisées.

Bertrand a donc Google dans le collimateur, mais pas que. Il n’est pas simple de faire plier les géants américains, ni même d’agir, étant donné que ces entreprises ne sont pas basées directement en France. Les services de renseignements sont pourtant déjà sur le sujet, traquant et repérant les cyber-djihadistes, avec plus ou moins de succès selon les cas.

Néanmoins, Bertrand dit tout de même quelque chose d’intéressant sur les Anonymous et Hadopi.

Quand vous voyez qu’il y des groupes d’internautes, qu’on appellent Anonymous, qui pourtant sont attachés à la liberté et qui décident d’eux-même de bloquer des comptes Twitter ou Facebook, il n’y a pas que Google qui est concerné. (…) Qu’ils consacrent 1% de leurs formidables bénéfices à se mobiliser.

Il est vrai que les Anonymous sont partis en croisade contre les terroristes avec #OpParis. Mais voilà, Anonymous n’est pas ce qu’on pourrait appeler une organisation structurée, tenant plus des groupuscules séparés et d’individus isolés se réclamant d’Anonymous. De plus certains experts estiment qu’ils sabotent plus qu’autre chose le travail des services de renseignements. Dans tous les cas, Anonymous a déclaré une guerre ouverte à Daesh et proposent même à l’internaute lambda de participer.

… Et que le gouvernement, qui en a la possibilité, demande dès maintenant à Hadopi, d’arrêter les fonctions traditionnelles d’Hadopi sur le téléchargement illégal et que l’on mette tous les moyens d’Hadopi aujourd’hui, parce qu’il y a de vrais professionnels au sein d’Hadopi, pour traquer les sites, pour mettre hors d’état de nuire tous ceux qui se servent de Google, des réseaux sociaux, pour véhiculer le terrorisme, on a la possibilité de le faire et je demande de le faire.

En voilà une bonne idée ! Hadopi n’a jamais vraiment réellement été une force dissuasive depuis sa création. De plus depuis l’année dernière, la haute autorité n’est plus que l’ombre d’elle même, sans aucun pouvoir et aucun impact sur le monde numérique en France. Il est vrai que transférer les forces d’Hadopi (créée sous le gouvernement Sarkozy alors que Bertrand était secrétaire général de l’UMP…) vers la lutte contre le cyber-djihadisme sonne comme une bonne idée et permettrait d’utiliser plus efficacement les compétences de certaines personnes. Néanmoins, une proposition de ce type pourrait-elle réellement renforcer l’arsenal des services de renseignement ? De plus, une telle réorganisation ne se prépare pas du jour au lendemain, et la lutte contre le cyber-djihadisme existe déjà depuis un moment.

Si jamais la proposition de Xavier Bertrand est retenue par le parlement, elle devra être appliquée après le vote d’une loi auprès des députés et sénateurs.


Bertrand : « l’imam Google » doit se mobiliser par Europe1fr

Source: Source