Toshiba prévoit 4,5 milliards de pertes et 6 800 licenciements

Business

Par Elodie le

Fin d’année difficile pour Toshiba qui n’arrive pas à se sortir de ses difficultés financières. Le conglomérat japonais entamera 2016 sur la voie de la restructuration : 6 800 postes devraient être supprimés, le constructeur accusant 4,5 milliards de pertes au cours de l’exercice.

Toshiba_milliards_pertes_licenciements

Cet été, le scandale financier de Toshiba révélait que le groupe avait exagéré ses bénéfices de 1,2 milliard de dollars au cours des six dernières années (entre 2008 et 2014). Ces révélations avaient eu raison du PDG, du vice-président et d’autres membres du Conseil d’administration du conglomérat industriel japonais.

Le groupe tente depuis de redresser la barre et cela passera par une importante restructuration : les nouveaux dirigeants ont ainsi révélé leur plan pour rationaliser les pratiques d’entreprise et réduire les coûts d’exploitation. Ce « plan d’action de revitalisation » de Toshiba prévoit ainsi la suppression de 6 800 emplois dans l’électronique grand public, la branche Lifestyle de Toshiba (PC, téléviseurs et appareils électroménagers), soit 30 % de la main d’œuvre d’ici au 31 mars 2016.

Ensuite, la vente d’une usine de fabrication de téléviseurs en Indonésie est programmée : celle-ci compte 1 200 salariés et sera rachetée par le conglomérat chinois Skyworth pour 25 millions de dollars. Idem pour la société Ome Complexe (téléviseur et PC) située à l’ouest de Tokyo qui sera fermée et vendue.

La branche PC est également concernée puisqu’elle subira une réduction de ses coûts d’exploitation : Toshiba se concentrera désormais sur les appareils dédiés aux entreprises et conservera le marché pour les particuliers uniquement au Japon et aux États-Unis, « là où la demande est attendue ». La marque disparaîtra donc progressivement en Europe.

Toshiba a donc annoncé des résultats critiques : un chiffre d’affaires en baisse de 7 % par rapport à l’année précédente : 47 milliards d’euros (6 200 milliards de yens) et des pertes nettes de 4,2 milliards d’euros.

Par ailleurs, le conglomérat a vendu récemment sa division photo à Sony pour 140 millions d’euros.

Source: Source