[IFOP] L’intelligence artificielle inquiète une majorité de Français

culture geek

Par Elodie le

Il n’y a pas que Stephen Hawking et Elon Musk pour s’inquiéter du développement de l’intelligence artificielle.

intelligence_artificielle_inquiète_Français

Si beaucoup y voient la suite logique au progrès technologique : Mark Zuckerberg veut créer la sienne pour son domicile, IBM et Watson, Google qui développe à tout va et son président exécutif Eric Schmidt y croit, mais veut éviter ses « effets indésirables »,etc., d’autres craignent que l’élève ne dépasse le maitre et ne remplace à terme l’espèce humaine à la surface du globe (dans le pire des scénarios catastrophes).

L’observatoire B2V des Mémoires publie aujourd’hui les résultats d’une enquête IFOP, « Les Français et le Big Data », réalisée auprès de 1004 Français* pour avoir leur sentiment sur « l’essor de l’intelligence artificielle et des masses de données » :

Si la majorité des Français s’accordent sur l’importance que le Big Data va prendre dans les années à venir et ses avantages sur le court terme pour la santé et le bien-être des individus, l’intelligence artificielle « caractérisée par l’autonomie croissante des machines (comme les drones armés ou la voiture Google) » les inquiète à 65 %.

intelligence_artificielle_big_data_français

Des résultats qui ne sont pas véritablement surprenants, l’intelligence artificielle souffre encore d’une image fantasmée (films et romans d’anticipation/science-fiction) et peu, mis à part les acteurs du secteur et ceux gravitant autour, seraient capables d’en définir véritablement les tenants et les aboutissants (applications, fonctionnalités, risques réels, etc.).

Cependant, les résultats de l’étude montre que toutes les catégories de la population s’inquiètent du développement de l’intelligence artificielle, la part est même plus élevée chez les personnes de niveau d’éducation supérieur, les trentenaires et les urbains.

Rejoignant ainsi Stephen Hawking ou Bill Gates, « préoccupé par la superintelligence ».

* « L’étude a été menée auprès d’un échantillon de 1004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI – Computer Assisted WebInterviewing) du vendredi 6 au mardi 10 novembre 2015
».