[Science] Des chercheurs ont réussi à créer des fibres de nylon capables de se comporter comme les tissus musculaires

Science

Par Auré le

Une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a réussi à créer des fibres de nylon capables de se comporter comme les tissus musculaires.

macro of an antique anatomy engraving.original engraving by James Amdee in 1809, English Encyclopedia.

Simple mais surtout abordable

Leurs muscles artificiels seraient en mesure de reproduire certains mouvements de flexion typiques des tissus musculaires. Pour atteindre une telle prouesse à moindre coût, les chercheurs auraient mis au point un nouveau procédé de fabrication et de chauffe des fibres de nylon détaillés ici par un certain Seyed Mirvakiliun, candidat au doctorat et son professeur au Département de génie mécanique, Ian Hunter.

“Certains matériaux en fibres polymères incluant le nylon possèdent une propriété inhabituelle. Lorsqu’on les chauffe, ils rétrécissent en longueur, mais leur épaisseur se dilate pour créer des appareils à action linéaire” explique Seyed Mirvakiliun.

En chauffant puis en refroidissant rapidement ces fibres, ils sont aujourd’hui en mesure de reproduire les mouvements de flexion complexes, tels que ceux des doigts et des autres membres humains, sans avoir recours aux alliages coûteux précédemment utilisés par d’autres laboratoires.

“Pour que ce système fonctionne efficacement comme un muscle artificiel, la section transversale de la fibre doit subir une fabrication soignée. Diverses sources de chaleur incluant le chauffage par résistance électrique à l’aide d’une peinture conductrice, les réactions chimiques ou encore un faisceau laser peuvent être utilisés pour déformer les fibres de la manière désirée.”

Durant leurs tests en labos, ils ont été en mesure d’appliquer des déformations contrôlées en cercle ou en forme de huit pendant 100 000 cycles à une vitesse d’environ 17 cycles par seconde. Encore au stade de prototype, les fibres en nylon qui disposent également d’une bien meilleure durée de vie que les précédentes itérations pourraient trouver leur intérêt dans de nombreux domaines comme la robotique, l’automobile, l’aviation et la recherche médicale.

Le professeur Ian Hunter suggère que celles-ci pourraient être utilisées pour produire des vêtements qui se contractent pour s’adapter aux contours du corps, réduisant ainsi le nombre de tailles à produire pour les fabricants tout en améliorant le confort des habits. Il imagine ensuite des baskets qui s’adapteraient à la forme de chaque foulée, des cathéters auto-ajustables et d’autres appareils biomédicaux. Mais aussi des carrosseries capables d’ajuster leur forme aérodynamique pour s’adapter à la vitesse bolide, des panneaux solaires qui s’orientent automatiquement vers le soleil, etc. Bref, il y a de quoi faire.

Source: Source