Après 20 jours de tournoi, l’I.A. Libratus a mis les quatre pros du Poker au tapis

Intelligence artificielle

Par Fabio le

Prête mi-janvier (on vous en parlait ici), l’intelligence artificielle développée par l’université Carnegie-Mellon, la bien-nommée Libratus, a conclu ses 20 jours de tournoi avec de probantes victoires sur ses adversaires humains.

les joueurs

Dans la vraie vie, elle serait d’ailleurs repartie avec 1.76 million de dollars dans sa besace. Pour l’occasion, Libratus était opposée à 4 joueurs professionnels de Poker, à savoir Jason Les, Dong Kim, Jimmy Chou et Daniel McAulay.

Comme DeepMind (brillante I.A. qui s’est mise en valeur l’an dernier en venant à bout du champion coréen de Go Lee Sedol), Libratus apprend et progresse à chaque nouveau match, fort de nouvelles situations vécues. Après chaque jour, un meta-algorythme analysait les lacunes de Libratus. qui avaient été identifiées et exploitées par les joueurs pro, puis corrigeaient ses lacunes. Son équipe de développement note que cette nouvelle façon d’apprendre a été une avancée cruciale dans la progression de l’I.A.. Par le passé, les chercheurs développaient des algorithmes qui tentaient de trouver des lacunes chez l’adversaire.

À noter que cette performance se résume pour l’heure à des duels. Libratus ne s’attaquera pas tout de suite aux parties à plus de 2 joueurs, qui nécessiterait de toutes autres stratégies et algorithmes.

Une victoire pleine de promesses

Spécifiquement conçue pour répondre aux particularités du Poker en un contre un et être performante sur une table de Texas Hold’em, Libratus donne matière à penser pour d’autres applications. Frank Pfenning, à la tête du CMU (Computer Science Department), imagine déjà la suite.

Développer une intelligence artificielle qui peut bluffer avec succès est une avancée scientifique immense et a de nombreuses autres applications. Imaginez que votre smartphone puisse un jour être capable de négocier le meilleur prix pour l’achat d’une voiture pour vous. Ce n’est que le début.

Pour aller plus loin

[Interview] Nous avons posé quelques questions à deux scientifiques au sujet du robot joueur de Go
Après le Go, DeepMind s’attaque à Hearthstone et Magic

Source: Source