[Renseignement] Les boites noires ne sont toujours pas en service

Sur le web

Par Elodie le

Leur déploiement, prévu par la controversée loi Renseignement de juillet 2015, prend du retard. Censées détecter la menace terroriste grâce à un savant algorithme, les boites noires sont toujours au chômage technique.

Les barbouzes

Leur utilisation dans le cadre de la loi Renseignement avait fait couler beaucoup d’encre, laissant craindre une forte atteinte à la vie privée des citoyens français. Les fameuses boites noires appelées à détecter « des connexions susceptibles de révéler une menace terroriste » grâce à un système d’interception automatisé, ne sont toujours pas déployées.

Interrogée par nos confrères de NextInpact, la Commission nationale de contrôle des techniques du renseignement (CNCTR) indique que « le 851-3 n’a pas encore été mis en œuvre », soit l’article 851-3 du Code de la Sécurité intérieure encadrant l’utilisation de cet outil.

La CNTCR contrôle les techniques de renseignement des services français (DGSE, DGSI, Tracfin ou encore la Direction du renseignement militaire). Elle doit être saisie pour avis (consultatif) « sur la demande d’autorisation relative aux traitements automatisés et les paramètres de détection retenus ».

Difficultés de conception technique

En décembre dernier, lors de la présentation de son premier rapport d’activité, elle précisait déjà que les fameuses boites noires n’avaient « pu être mis en place pour des raisons de moyens techniques ».

Leur déploiement devait se faire progressivement d’ici le printemps prochain, mais il fait toujours face à « d’importantes difficultés techniques de conception », explique Le Monde. Concrètement, le fameux algorithme au cœur de ce système n’est pas encore au point. Il doit faire le tri entre toutes les données de connexions collectées pour détecter d’éventuels comportements suspects. Comportement, ou modèles de comportement, qu’il revient de définir pour éprouver l’algorithme et vérifier son efficacité tout en évitant au maximum les « faux positifs ».

Un travail de longue haleine qui n’est, à ce jour, pas achevé.