En Éthiopie, il existe des distributeurs automatiques de films piratés devant les supermarchés

Sur le web

Par Gaël Weiss le

Le site TorrentFreak rapporte aujourd’hui une anecdote loufoque. L’un de ses lecteurs s’est en effet rendu compte qu’il était possible de télécharger très facilement, contre quelques centimes, des films sur une clé USB à l’aide d’un distributeur ressemblant à s’y méprendre à un distributeur de billets. Mais si cette borne a tout d’un distributeur légal, elle est en fait alimentée par du personnel qui s’occupe de la charger régulièrement en films téléchargés illégalement.

Si vous vous rendez dans un supermarché All Mart en Éthiopie (l’équivalent de nos Auchan nationaux, pour faire simple), il est possible que vous tombiez devant le magasin sur l’une de ces étranges bornes jaunes. Cette machine, appelée SwiftMedia, s’active dès que l’on y branche une clé USB. Sur son écran va alors s’afficher une gigantesque liste de films, accompagnés de prix. Vous mettez quelques pièces dans la machine, vous choisissez ce que vous voulez voir et voici le film en question transféré sur votre clé USB. Pratique n’est-il pas ?

Le SwiftMedia que l’on retrouve devant certains supermarchés.

12 à 20 centimes le film…

C’est ce que pensait également le lecteur de TorrentFreak, qui trouvait l’idée pour le moins ingénieuse. D’autant plus qu’il est possible de payer au film (de 3 à 5 birrs par film en fonction de leur fraîcheur, soit 12 à 20 centimes environ) ou de prendre des packages à 25, 50 ou 100 birrs (soit environ 1 à 4 euros). On peut également trouver des quelques chansons ou des émissions télé.

Mais ce lecteur a commencé à s’interroger sur la légalité de la chose quand il a constaté que certains films affichés par le distributeur étaient les mêmes que ceux qui passaient actuellement au cinéma. Légalement, on doute que l’entreprise derrière ces distributeurs ait pu trouver des accords avec les studios de cinéma.

… Issu de fichiers torrents illégaux

La source de TorrentFreak n’a plus eu aucun doute quand elle a vu arriver un beau jour un technicien s’occupant de la « maintenance » de l’appareil. Ce dernier est arrivé avec un disque dur sous le bras. Un disque dur rempli de fichiers téléchargés qui lui permettent d’alimenter la machine.

TorrentFreak a tenté de contacter la société derrière ces distributeurs, Escape Computing, en vain. Sur le profil Facebook de la société, on trouve simplement une offre d’emploi « urgente » qui demande de s’occuper des machines, de savoir encoder du contenu digital et surtout de bien connaître le monde du cinéma. Le fin de mot l’histoire, on le laisse au lecteur de TorrentFreak : « Le piratage n’est pas vraiment une priorité ici. L’Éthiopie et son gouvernement pseudo démocratique ont de plus gros problèmes à résoudre. »

Source: Source