Google prêt à mettre la main sur Snapchat pour 30 milliards de dollars

Business

Par Perrine.s le

Le géant Google souhaite s’investir dans le monde des réseaux sociaux. C’est pour cette raison qu’il aurait mis 30 milliards de dollars sur la table pour acquérir Snapchat. Proposition alléchante qui a pourtant été rejetée par les dirigeants de l’application.

Cela remonterait à début 2016, avant que le réseau social ne débute sa campagne de financement pour son entrée à Wall Street. Business Insider a eu connaissance de la rumeur une première fois l’année dernière et en aurait appris davantage au cours des derniers jours. Selon les sources, Google aurait proposé d’acquérir Snapchat pour un montant de 30 milliards de dollars. On ne sait pas exactement quand les échanges entre les deux sociétés se sont déroulés, mais cela reste très fréquent entre les entreprises technologiques.

La friendzone avec Snapchat dure

Pour en revenir à la proposition de rachat, Google aurait fait une première offre en mai 2016, juste avant que Snapchat ne débute sa levée de fonds privés, valorisant alors la société à 20 milliards de dollars. Mais l’histoire s’était achevée par la « simple » participation de CapitalG, le fonds d’actions d’Alphabet, la société mère de Google.

Google retente sa chance

Une autre source a confié que Google et Snapchat se seraient également concertés pour une nouvelle offre de rachat, juste avant son introduction en bourse en mars dernier. L’offre en question serait estimée à près de 30 milliards de dollars depuis le début de l’aventure « wall streetienne ». Un représentant de Snapchat a affirmé à Business Insider que « ces rumeurs sont fausses » et Google a refusé de commenter la nouvelle.

spachat-alphabet-evan-spiegel
Evan Spiegel, CEO et co-fondateur de Snapchat

Les deux géants américains sont particulièrement proches. Notamment Eric Schmidt, le président du conseil d’administration d’Alphabet, qui est un conseiller de la première heure d’Evan Spiegel, co-fondateur et PDG de Snapchat. Mais ce dernier n’a pas peur de dire « non » à ses aînés, puisqu’en novembre 2013 il a déjà refusé l’offre de 3 milliards de dollars d’un certain Mark Zuckerberg. Le jeune homme prouve qu’il préfère rester maître à bord et l’a encore démontré en mars cette année, en refusant le droit de vote aux actionnaires de sa société.

Source: Source