« Savoir si mon fils est gay », la « solution » d’un éditeur de logiciel espion crée la polémique

Sur le web

Par Elodie le

Une vague d’indignation s’est emparée de la toile après la découverte des arguments marketing de la société française Fireworld, éditrice de logiciels espions : des clichés rances qui sentent bon l’homophobie. L’article litigieux a depuis été supprimé.

capture d’écran – Fireworld

« Cet article vous aidera à déterminer si oui ou non votre fils est gay », la société Fireworld n’y va pas par quatre chemins. Il faut dire qu’il en va de la « continuité de votre famille », car « si généralement les enfants sont hétérosexuels (sic), ce n’est pas le cas de tous, et si certains l’assument haut et fort, une majorité préfère se faire discrète sur le sujet ». Et l’entreprise de proposer sa solution : un logiciel espion « familial ».

Des propos qui ont fait bondir l’association militante LGBT Amical Jeunes Refuge et de nombreux internautes, dont nos confrères de NextInpact, qui ont enquêté sur Fireworld.

Vie privée et homophobie

Outre l’atteinte évidente à la vie privée de son enfant, ce sont les arguments et le guide fournis par l’entreprise pour aider les parents en détresse qui choque. Car Fireworld ne se contente pas de proposer un logiciel espion familial « surveiller à distance l’activité d’un ordinateur et vérifier la façon dont un PC est utilisé », elle délivre des « indices pouvant indiquer que votre fils est gay ». Et là, c’est cliché à tous les étages :

capture d’écran

Autant « d’indices qui peuvent faire pencher la balance du côté de l’arc-en-ciel multicolore ». À ce stade, la solution proposée est simple : espionner le compte Facebook de son enfant, « véritable sésame à la vie privée ». Pour cela rien de tel que le logiciel espion PC vanté par la firme.

« Espionner un ordinateur est donc votre arme la plus puissante pour obtenir suffisamment de preuves concrètes afin de savoir si mon fils est gay ou pas. »

Un keylogger pour espionner un PC à distance

« Le principe est simple : vous allez installer un programme spécial sur l’ordinateur de votre fils. Celui-ci va alors commencer à surveiller intégralement l’activité du pc, afin, par exemple, de vous remonter l’historique des sites web visités, tout ce qui a été tapé au clavier, voire récupérer les mots de passe stockés dans les navigateurs ». Un bon logiciel espion pourvu d’un keylogger en somme.

L’entreprise semble véritablement soucieuse sur un point : « S’il est homosexuel, vous ne serez peut-être jamais grand parent, et vous n’aurez pas le bonheur de connaître vos petits-fils ». Comme le relève l’association, « ces gens parlent uniquement d’homosexualité masculine. Assez révélateur ».

« Malheureusement, sur ce point il ne faut pas se montrer égoïste : si votre enfant est gay, il n’y peut rien, car ce n’est pas un choix de sa part. Vous devriez l’accepter tel qu’il est, car après tout, tant qu’il ne se met pas à porter des robes et à se mettre du rouge à lèvres, il est tout aussi normal que n’importe quel autre jeune de son âge. »

Une entreprise à l’identité floue

Fireworld, tout en conseillant de piétiner la vie privée de son enfant, précise ironiquement que l’espionnage est illégal, même dans le cadre familial. De même, elle semble vouloir se déresponsabiliser en cas de problème, puisqu’elle précise sur sa page d’accueil que ces logiciels espions n’ont d’espion que le nom. Cela va sans dire.

capture d’écran

Face à la polémique, Fireworld a rétropédalé en supprimant l’article de son site et précisé qu’il avait été écrit « par un extérieur » et ne « reflète pas les idées de Fireworld ».

Une entreprise a l’identité bien floue, comme le souligne NextInpact, mais aux idées, elles, bien moyenâgeuses et intrusives.