Otto : chère serrure connectée

Gadget

Par Olivier le

Les objets connectés font partie intégrante de la « maison intelligente » depuis longtemps. Thermostats, capteurs de mouvements, ampoules… Ces produits à gérer depuis une application mobile...

Les objets connectés font partie intégrante de la « maison intelligente » depuis longtemps. Thermostats, capteurs de mouvements, ampoules… Ces produits à gérer depuis une application mobile ou un assistant intelligents sont maintenant courants.

Mais il est une catégorie d’accessoires qui a encore un peu de mal à s’installer dans le paysage : les serrures connectées. Difficile en effet de faire une confiance aveugle dans ce genre d’appareils, qui peuvent tomber en panne, mal fonctionner parfois, ou se révéler compliqués à l’usage — plus qu’avec une bonne vieille clé. Il existe pourtant de nombreux verrous, à l’instar par exemple du Bold.

Un verrou résistant

Mais on peut toujours trouver mieux… en y mettant les moyens. L’Otto est un cylindre qui s’installe à la place de la serrure traditionnelle, comme bon nombre de ses concurrents. Mais ce produit fait vœu de sécurité, plus que les autres : Wi-Fi intégré, chiffrement avancé des données, et surtout une durabilité à toute épreuve ou presque.

Les tests de torture menés par le constructeur indique un produit particulièrement résistant. Il a ainsi tenu face à 100.000 coups avec une force de 60G (à ce rythme, c’est la porte entière qui va céder). Le verrou a également résisté à 250.000 cycles d’ouvertures et de fermetures.

Les fonctions proposées par Otto sont sinon proches de celles que peuvent proposer d’autres serrures connectées, par exemple la possibilité d’autoriser des proches à déverrouiller la porte, ou encore de créer des codes d’entrée. Tout cela vaut-il le prix demandé ? Cela reste à voir, car cette serrure connectée est très chère : 699 $ ! C’est le tarif d’un smartphone haut de gamme, mais la sécurité de la maison ou de l’appartement vaut peut-être un tel investissement (sinon, une serrure banale avec une clé, c’est bien aussi…).

Source: Source