À Londres, Uber veut passer au tout électrique… Mais ce sont les clients qui vont payer la note

Ville de Geeks

Par Henri le

La capitale anglaise a décidé de mener une guerre contre la pollution. Uber a donc décidé de passer à l’électrique, mais les clients vont participer à l’effort.

Alors que Travis Kalanick a récemment quitté le groupe, Uber vient d’annoncer une nouvelle qui fera peut-être grincer les dents de ses clients londoniens. Afin de respecter la législation sur les émissions des véhicules de location privés, Uber va augmenter ses tarifs.

Avec la volonté de redorer son blason, Uber veut mettre en avant l’aspect environnemental de la démarche. Le projet est ambitieux, car la firme veut faire passer l’intégralité de sa flotte à l’électrique d’ici 2025. Les véhicules du service UberX devront eux tous rouler à l’électrique durant l’année 2019.

Cette hâte s’explique malgré tout à cause d’un contexte de plus en plus compliqué pour les transports. L’organisme Transport for London, qui est responsable des transports en commun de la capitale a signé il y a un peu plus d’un an un accord prévoyant que la totalité des VTC n’émettent plus de CO2 en 2020.

Un changement qui semble donc motivé aussi par la législation. La firme a d’ailleurs indiqué qu’elle allait débloquer des fonds pour aider les conducteurs à effectuer la transition vers des modèles hybrides et électriques. Uber pourrait ainsi dépenser jusqu’à 150 millions de livres sterling pour sa mise au vert.

Une telle dépense se rattrape forcément quelque part. Et c’est sur la clientèle qu’il va falloir s’appuyer. Chaque trajet verra son tarif augmenté de 35 pence supplémentaires pour chaque trajet à Londres. Un surcoût qui, appliqué à des centaines de milliers de courses, devrait faire rentrer de l’argent dans les caisses. Vous l’aurez compris, cet effort écologique sera avant tout supporté par les clients.