[On joue à des jeux de société, épisode 8] Complots – Le mensonge en marche

culture geek

Par Feel le

Parce que dire la vérité c’est quand même un concept complètement surfait (demandez à nos politiques), il existe des jeux dans lesquels bluffer et mentir sont les conditions sine qua non pour l’emporter. Et la série Complots, remake français de Coup, illustrée de main de maître (comme toujours) par l’excellent Naïade, est le fer de lance du genre.

Fiche d’identité

Nom : Complots / Saint-Barthélemy / Complots 2
Auteur : Rikki Tahta
Illustrateur : Naïade
Éditeur : Ferti
Genre de jeu : Bluff, déduction
Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 8 / 8+ / 15 min
Date de sortie : Mai 2013 / Avril 2014 / Juin 2016
Prix conseillé : 13 euros / 5 euros / 12 euros

Sorti en boutique en 2013, le premier opus de Complots propose un concept simple. 6 types de personnages regroupés en 5 familles se battent pour le pouvoir, chaque famille possédant des capacités propres. Chaque joueur va se voir servir deux personnages au hasard, qu’il devra conserver devant lui, face cachée, après en avoir pris connaissance. Tour à tour, les participants peuvent choisir de prendre une pièce d’or dans la banque, d’utiliser l’aide étrangère pour en prendre deux, de tenter un assassinat s’ils possèdent 7 pièces d’or ou d’utiliser le pouvoir d’un de leurs personnages encore vivants. Encore vivant ? Oui, parce que le but est d’être le dernier joueur encore dans la partie. Et cela peut aller vite, très vite, entre les accusations, les coups fourrés et les assassinats.

Menteur menteur

Certains personnages ont la possibilité de prendre 3 pièces au lieu d’une, alors que d’autres peuvent assassiner pour 3 or au lieu de 7. D’autres encore peuvent contrer les actions de certains personnages. Là ou cela devient vraiment chaotique et très drôle, c’est que vous avez tout à fait le droit d’utiliser le pouvoir d’un personnage que vous ne possédez pas, tant que personne ne met votre parole en doute. Mettre en doute permet d’obliger un joueur à révéler si oui ou non il possède un personnage qu’il prétend posséder. S’il ne le possède pas, le personnage qu’il choisit de révéler à la place est éliminé de la partie. S’il le possédait, il le défausse, pioche un nouveau personnage, et c’est celle ou celui qui l’a mis en doute qui perd un de ses personnages. Mettre en doute est donc risqué, mais peut être une stratégie pour faire défausser un personnage à un adversaire… avec la possibilité qu’il repioche le même.

Alliances et trahisons

Vous l’aurez compris, Complots premier du nom est une petite perle de bluff, de tromperie, de déduction et de stratégie. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, Ferti a sorti une extension l’année suivante. Dénommée Saint-Barthélemy, ne vous attendez pas à aller vous baigner, loin de là. Cette extension apporte le concept guerre de religions, et oppose les catholiques aux protestants, autour de la domination d’un hospice qui se remplit d’or au fur et à mesure que la partie avance. Vous allez donc ici jouer en équipe, les cathos contre les protestants, à ceci près que vous pourrez choisir à chacun de vos tours de retourner votre veste et de changer de religion, ou bien de forcer un autre joueur à changer de religion. L’intérêt venant du fait qu’on ne peut pas faire de mal ou tenter d’assassiner un joueur dont on partage les croyances. Les coups fourrés et les trahisons sont alors légion, et plus vous serez nombreux, plus il sera difficile d’élaborer des stratégies qui ne volent pas en éclat avant la fin du tour.

Jamais 2 sans 3

Il faudra attendre deux années de plus pour voir sortir Complots 2, un stand alone qui a toutefois la particularité de pouvoir être mélangé avec les deux premières itérations de la série, pour un challenge maximal, qui ravira celles et ceux devenus des experts de la manipulation. 9 nouveaux types de personnages, appartenant chacun à un des 5 familles d’origine, chacun possédant de nouveaux pouvoirs, tournant principalement autour de l’or. Les enjeux de Complots 2 sont donc plus centrés sur le contrôle financier (c’est marrant, ça me rappelle un truc…) et apportent de nouvelles façons d’aborder la partie aux habitué(e)s du premier opus.

Nous vous recommandons toutefois de commencer par vous familiariser au gameplay et aux différentes stratégies sur le premier Complots, avant d’y ajouter le second. L’extension est quant à elle parfaite pour éviter l’acharnement, grâce au concept de non-agression au sein de la même religion. Une chose est sûre en tout cas, c’est un jeu que vous allez souvent sortir.

On aime

– Des parties très rapides
– Esthétiquement très bon
– Mélanger les jeux pour encore plus de chaos
– L’extension qui réduit l’acharnement

On n’aime pas

– Se faire éliminer en premier et regarder les autres jouer

En conclusion

Soutenue par la patte d’un Naïade très en forme, Complots est un excellent jeu d’apéro ou de début de soirée (mais pas que), adapté à tous les joueurs et à tous les niveaux. Coups de bluff, injustice, manipulation… rien de tel pour faire ressortir vos plus bas instincts… et générer des rires en cascade autour de la table.

Nos autres critiques de jeux

–>> Sbires
–>> Smash Up
–>> Diamant
–>> The 7th Continent
–>> Les Aventuriers du rail – Europe
–>> Doggie Bag
–>> We are the word