[On joue à des jeux de société, épisode 10] Décrocher la lune… et accrocher les joueurs

Général

Par Feel le

Jouer au Jenga dans un avion, travailler dans un magasin de porcelaine quand on a la maladie de Parkinson ou faire du trampoline sous des lignes à haute tension, les challenges stimulant votre adresse ne manquent pas, surtout quand on est un peu créatif. Ceci dit, il est aussi possible de mettre vos réflexes, vos nerfs et votre doigté à rude épreuve, du confort de chez vous, grâce à Décrocher la lune, un jeu poétique et bien plus ardu qu’il n’y paraît.

Fiche d’identité

Nom : Décrocher la lune
Auteur : Fabien Riffaud & Juan Rodriguez
Illustrateur : Emmanuel Malin
Éditeur : Bombyx
Genre de jeu : Adresse
Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 6 joueurs / 6+ / 20 min.
Date de sortie : Juillet 2017
Prix conseillé : 25 euros

Les jeux d’empilage sont légion, et le concept d’entassement-avant-que-tout-ne-s’effondre n’est pas nouveau. Mais l’innovation ne fait pas tout, et il suffit parfois d’un petit détail original pour se démarquer. Dans Décrocher la lune, ce petit détail qui fait toute la différence, c’est le fait que les premières échelles, placées sur le nuage qui sert de base, sont instables. Donc dès le départ, c’est potentiellement le bordel. Et ce n’est que le début.

Tu montes, chéri ?

Le but du jeu est simple : arriver le plus haut possible, sans faire tomber les échelles. Si le choix de l’échelle à poser est libre (plusieurs formes sont disponibles dans la boite), le placement dépend du résultat d’un dé spécial. Toucher deux échelles, n’en toucher qu’une, en toucher un certain nombre mais devoir dépasser la hauteur de la structure précédente… les possibilités apportent un challenge croissant au fur et à mesure que les échelles s’empilent. Et gare à la lune, qui n’hésitera pas à se ficher de vous en vous envoyant des malus.

Larmes de rire

Chaque fois que vous faites tomber une ou plusieurs échelles, ou que vous ne remplissez pas l’exigence du dé, la lune verse une larme (sans doute consternée par tant de nullité de votre part, franchement j’aurais honte à votre place), symbolisée par un marqueur en forme de goutte. À la fin de la partie, vous l’emportez si vous en totalisez moins que les autres. Petite variante pour le mode à deux : dès que vous totalisez trois gouttes, vous avez perdu. Mais ce n’est pas une fatalité. Si vous avez perdu, séchez vos larmes (Ho ho ho, #humour) et refaites une nouvelle partie. Je vous laisse, j’ai rendez-vous avec une créature onirique à la peau laiteuse (et je ne parle pas de Dita Von Teese).

On aime

– Joli et poétique
– Du beau matos…

On n’aime pas

– …mais qui semble un peu fragile

En conclusion

Simple mais terriblement efficace, Décrocher la lune est un jeu qui plaira à tout le monde, et que l’on peut aisément sortir en présence de non-joueurs. Doté d’un sacré challenge, il parvient même à tirer son épingle du jeu face à la concurrence, notamment dû à son ambiance onirique.

Nos autres critiques de jeux

–>> Sbires
–>> Smash Up
–>> Diamant
–>> The 7th Continent
–>> Les Aventuriers du rail – Europe
–>> Doggie Bag
–>> We are the word
–>> Complots
–>> Kitty Paw