Le géant de l’automobile chinois Geely (Volvo) rachète une start-up américaine qui travaille sur la voiture volante

Ville de Geeks

Par Fabio le

Le constructeur chinois Geely, qui possède notamment Volvo depuis 2010, vient de mettre la main sur la start-up Terrafugia, qui travaille depuis une dizaine d’années sur la voiture volante.

Le TF-X (crédits : Terrafugia)

Si on parle régulièrement du travail des grandes sociétés occidentales sur le sujet de la voiture volante ou de la voiture autonome, comme Google ou Airbus, certains grands industriels asiatiques étudient bien évidemment aussi la question (et d’autres plus petits, comme Ehang). Aussi, Geely a racheté la start-up américaine Terrafugia et a annoncé d’emblée la couleur dans un communiqué officiel : le Chinois vise une commercialisation d’engins volants pour 2023. Il a précisé que Terrafugia restera aux Etats-Unis, l’investissement injecté va lui permettre d’engager de nouveaux ingénieurs pour développer ses concepts.

Dix ans de recherches

Créé par cinq diplômés du MIT en 2006, Terrafugia a présenté ses premiers concepts en 2009. De nombreux autres modèles ont ensuite été dessinés, testés en vol et même présentés lors de salons (comme au Meeting aérien d’Oshkosh, en 2013). La société a plusieurs choses dans les cartons. La première, The Transition, ressemble à un petit avion (qui peut aussi rouler sur routes). Sa vitesse de croisière est de 160 km/heure et il peut parcourir en vol environ 650 kilomètres. Vous trouverez toutes ses caractéristiques à cette adresse.

Plus futuriste au niveau du design est le TF-X, un véhicule électrique qui peut décoller et atterrir verticalement, et qui ressemble plus à ce qu’on a vu chez les autres constructeurs (comme Ehang ou Airbus). L’engin pourra atteindre les 320 kilomètres à l’heure et parcourir 800 kilomètres d’un trait. Du moins, c’est ce qui est espéré. On en reparle d’ici 2019.

–>> Le site officiel du constructeur

Source: Source