Une vidéo-choc appelle à l’interdiction des robots tueurs

culture geek

Par Elodie le

Si l’ONU n’a, pour l’instant, rien trouvé à redire sur le déploiement les robots et drones tueurs, estimant que « les humains seront toujours aux commandes », l’association Stop Autonomous weapons entend bien mener le combat, notamment via une vidéo-choc déjà vue plus de 1,5 million de fois.

Ce n’est pas Elon Musk ou Stephen Hawking qui viendrait les contredire. Pour le fondateur de Space X et l’astrophysicien, les intelligences artificielles signeront notre perte. Cette semaine encore, le milliardaire estimait à au moins 90%, les chances de voir un jour une intelligence artificielle devenir une menace pour l’homme. Mais plus qu’une menace, l’association Stop Autonomous Weapon milite pour l’interdiction pure et simple des systèmes d’armes létales autonomes, autrement appelés drones/robots tueurs.

Pour appuyer leur discours, l’association a profité de la tenue d’une réunion sur le sujet à Genève pour diffuser une vidéo-choc intitulée Slaughterbots (robots massacreurs).

Qui, pour les arrêter ?

Cette vidéo ‘d’anticipation’ dépeint de manière fictive l’arrivée de telles armes sur le marché et les conséquences de leur déploiement. Ce qui commence comme n’importe quelle conférence, ou keynote sur un nouveau produit termine en scénario catastrophe. Scénario que Black Mirror n’aurait certainement pas renié. En toute fin de vidéo, Stuart Russell, professeur à l’université de Berkley et spécialiste en intelligence artificielle, rappelle que si le potentiel de l’intelligence artificielle pour l’humanité est énorme, « même en défense », « autoriser les machines à choisir de tuer les êtres humains serait dévastateur pour notre sécurité et notre liberté ».

« Nous avons l’opportunité d’empêcher le futur que vous venez de voir, mais la fenêtre d’action que nous avons se réduit très rapidement », conclu-t-il

Débattu cette semaine à l’ONU, le sujet ne semble pas inquiéter outre mesure l’organisation, quand bien même 22 pays, dont le Brésil, l’Argentine et l’Algérie, appelleraient à interdire les robots tueurs.
Pour Amandeep Gill, l’ambassadeur du désarmement auprès des Nations Unies, « Les robots ne sont pas en train de prendre le contrôle de la Terre. Les humains sont toujours aux commandes ». D’après lui, « il faut se montrer prudent et éviter de dramatiser ce problème. »

Jusqu’à quand ?