Apple : des prévisions à la baisse, mais des revenus records

Apple

Par Elodie le

Les ventes d’iPhone lors de la période charnière de Noël ne sont pas aussi bonnes qu’escomptées, mais l’argent rentre néanmoins grâce au soutien de l’iPhone X vendu à partir de 1 159 euros.

Ce sont des résultats records qu’Apple a présentés jeudi soir. Les meilleurs de son histoire : 20 milliards de dollars de bénéfices (+ 11 %) sur le quatrième trimestre (octobre-décembre) pour un chiffre d’affaires de 88,3 milliards de dollars (+ 13 %), soit plus de 70 milliards d’euros. Des résultats à faire pâlir d’envie ses concurrents, et pourtant. Ils sont en deçà des prévisions.

« Nous sommes ravis d’annoncer le meilleur trimestre de l’histoire d’Apple »

En effet, certains résultats inquiètent : la firme a vendu moins d’iPhone que prévu pendant les fêtes, 77,3 millions d’unités, soit environ un million d’iPhone de moins que son précédent record de 78,2 millions d’unités du premier trimestre 2017, et moins que les 80 millions espérés par les analystes.

L’iPhone X tire les revenus d’Apple vers le haut

Toutefois, Apple a de la ressource et celle-ci se trouve notamment dans son smartphone de luxe, lancé pour les 10 ans de la marque, l’iPhone X, vendu à partir de 1 159 euros. Ses ventes permettent à la firme de réaliser des bénéfices colossaux et le prix de vente moyen d’un iPhone se chiffre à 796 dollars (636 euros environ) contre 695 dollars l’an dernier (556 euros).

De meilleures ventes à l’international

Mais Apple a également eu le nez creux en vendant des modèles plus anciens pendant la période des fêtes pour booster ses marchés en forte croissance, comme la Chine ou l’Inde. Ainsi, ses ventes à l’international ont représenté 65 % du chiffre d’affaires trimestriel, souligne le rapport financier de l’entreprise.

« L’iPhone X a dépassé nos attentes et est devenu notre iPhone le plus vendu chaque semaine depuis son lancement en novembre, explique le CEO d’Apple. Nous avons également franchi une étape importante avec une base active d’appareils atteignant 1,3 milliard en janvier. C’est une augmentation de 30 % en seulement deux ans, ce qui témoigne de la popularité de nos produits, ainsi que de la fidélité et de la satisfaction de nos clients. »

Apple peut également se reposer sur ses autres services (Apple Music, iTunes, Appstore, iCloud, etc.) pour porter les résultats du groupe : le chiffre d’affaires a cru de 18 % à 8,5 milliards de dollars, plus que les ventes d’AppleWatch, AppleTV ou d’AirPod réuni (+35 % à 5,5 milliards de dollars). Par ailleurs, si les ventes d’iPad diminuent d’une année sur l’autre, ils sont tout de même en hausse de 1 % par rapport à l’année passée avec 13,2 millions d’unités vendues, quand il s’est vendu 5,1 millions de Mac (–5 %).

Apple balaie les accusations

Apple table sur des revenus compris entre 60 et 62 milliards de dollars au deuxième trimestre 2018 et mise sur des marges brutes comprises entre 38 et 38,5 %.

Concernant l’affaire du ralentissement d’anciens modèles d’iPhone pour préserver leur batterie, Tim Cook s’est contenté de rejeter les accusations d’obsolescence programmée. Une enquête préliminaire a été ouverte en France sur ce motif et celui de « tromperie », après une plainte de l’association HOP.

Apple jouit désormais de 285 milliards de dollars de liquidité (dont 122 milliards de dettes), et une partie de son trésor de guerre dort à l’étranger (dans des paradis fiscaux notamment). La firme va d’ailleurs s’acquitter d’un impôt exceptionnel de 38 milliards de dollars aux États-Unis sur ses bénéfices à l’étranger dans le cadre de la réforme fiscale votée fin 2017 par le Congrès américain.

Dans le même temps, Apple devrait rapatrier une partie de cette liquidité et investir 30 milliards de dollars sur le sol américain et créer 20 000 emplois sur les cinq prochaines années.