L’héritier de Samsung libéré en appel par la justice

Business

Par Elodie le

Malgré une condamnation pour corruption confirmée en appel, Lee Jae-Yong, héritier du chaebol sud-coréen a vu sa peine de prison ferme ramenée à du sursis. Sa libération immédiate a été ordonnée par la justice.

Condamné à 5 ans de prison ferme pour parjure, corruption et détournement de fonds en août dernier dans une affaire qui a défrayé la chronique en Corée du Sud et conduit à la destitution de la présidente Park Geun-Hye, Lee Jae-Yong échappe pourtant à la prison.

Dans ce scandale aux ramifications nombreuses, le vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe Samsung, est soupçonné d’avoir versé pas moins de 6,6 millions d’euros à la présidence.

6,6 millions d’euros de pot de vin

En cause, un projet de fusion potentiellement litigieux entre deux entités du groupe (Cheil Industries et C&T) en 2015, mais soutenu par la Caisse nationale des retraites, gros actionnaire de Samsung, sous tutelle du ministère des Affaires sociales.

Il était surtout question de l’adoubement du fils par le pouvoir en place à l’époque, dirigeant de fait de la firme après le retrait du père à la suite d’une crise cardiaque survenue en 2014. En effet, cette fusion contestée par les actionnaires aurait été délibérément sous-évaluée conférant ainsi à Lee Jae-Yong une trop grande influence sur la nouvelle entité.

Crédits : Jirangmoon – Wikimedia

Samsung épargné par la justice

Après un an passé derrière les barreaux, la justice a réduit sa peine de moitié, la portant à deux ans et demi de prison avec sursis. La Cour d’appel estime que l’héritier du groupe a été « contraint » de verser des pots-de-vin et qu’« aucune preuve » n’est venu étayer les accusations de contrepartie à ces versements. Il sera néanmoins en probation pour les quatre années à venir.

« Park Geun-Hye et Choi Soon-Sil [l’amie et conseillère de l’ombre de la présidente, NDLR] devraient être considérés comme les principaux acteurs de ce scandale ».

Condamnation ou non, Samsung n’a pas trop eu a souffrir des déboires de sa tête dirigeante : le constructeur a présenté des résultats financiers en hausse pour 2017, tout en damant le pion à Intel en devenant le premier fabricant de puces électroniques. La Galaxy S9 de la firme promet d’être l’attraction du prochain MWC de Barcelone.

Pour beaucoup d’experts, cette libération va de pair avec la relative indulgence dont la justice fait preuve à l’égard des dirigeants de Samsung. Le groupe est le premier conglomérat du pays, son chiffre d’affaires représente 20 % du PIB national.