Space Heavy, aucun pari n’est assez fou pour Elon Musk

Espace

Par Elodie le

Surtout lorsqu’il les réussi ! C’est au son de Life on Mars puis Space Oddity que la Falcon Heavy a envoyé, avec succès, la rutilante Tesla Roadster décapotable dans l’espace, signant le dernier gros coup médiatique du milliardaire avant d’amener l’Homme vers Mars.  

Un décollage parfait. Fixée sur le pas de tir du centre spatial Kennedy, en Floride, la Falcon Heavy s’est élevée dans les airs à 15h45 (21h45 heure de Paris), après plusieurs reports dus au vent en altitude. La météo capricieuse n’a pas joué les oiseaux de mauvais augure, puisque « la fusée la plus puissante du monde » a effectué un décollage parfait, propulsée par ses trois boosters, 27 moteurs Merlin, générant une poussée de 2 500 tonnes (équivalent à 18 Boeing 747 à la verticale) et pouvant transporter une charge de 63 tonnes.

Autant dire qu’il y avait encore de la place à côté de la Roadster de Tesla, reconnaissable aussi bien à ses courbes qu’à sa couleur cerise. À décollage parfait, atterrissage parfait pour les deux booster latéraux qui se sont dissociés de la fusée pour reprendre la route de Cape Canaveral et se poser, quelques secondes plus tard et sans encombre, dans une synchronisation quasi parfaite et sous les vivats de la foule.

Décollage et atterrissage réussi

Seul petit bémol, le booster central a raté sa cible pour venir percuter l’eau « à une vitesse de 480 km/h », a expliqué Elon Musk, au milieu de se poser sur la barge prévue à cet effet.

Mais la cerise sur le cupcake se trouvait dans la charge utile qui a libéré le Roadster piloté par un mannequin baptisé “Starman”, du titre d’une chanson de David Bowie. Et c’est sur les notes de Space Oddity que « Starman », a entamé sa route vers Mars, offrant du même coup des images irréelles, diffusées en livrestream sur les réseaux sociaux et suivies par des millions de spectateurs. Pour la petite info, Starman porte une combinaison spatiale produite par Space X, et non un vulgaire prototype. La même que celle portée par les astronautes qui vogueront vers l’espace à bord de Crew Dragon. C’est donc un test grandeur nature pour Space X.

Odyssée de l’espace pour Starman

« Don’t Panic ! » pouvait-on lire à l’intérieur de l’habitacle pendant que Starman, détendu, le bras gauche nonchalamment posé sur la portière, effectuait son voyage en orbite autour de la Terre avant d’entamer un périple vers Mars pour, en bout de course, entrer en orbite autour du Soleil. Une odyssée qui pourrait durer « pendant un milliard d’années. »

« Peut-être qu’il sera découvert par une future race extraterrestre », s’est enthousiasmé Musk. « Que faisaient ces gens ? Ils vénéraient cette voiture ? », s’est-il encore amusé.

Printed on the circuit board of a car in deep space

Une publication partagée par Elon Musk (@elonmusk) le  

Objectif Mars

« Falcon Heavy a été conçu dès le départ pour transporter des humains dans l’espace et retrouver la possibilité d’envoyer des équipages vers la Lune ou vers Mars », explique Space X. Mais ce sera finalement la BFR Big Falcon Rocket (ou Big Fucking Rocket), dont les premiers tests ne sont pas attendus avant 2020, qui sera chargée de cette mission tandis que Falcon Heavy aura la charge des équipements.

La Falcon Heavy peut tout de même lancer deux fois plus de charges utiles que la Delta IV Heavy, soit la plus puissante fusée opérationnelle, « à un tiers du prix », assure Space X. De quoi éveiller l’intérêt de la NASA qui pourrait alors se passer des Russes et de Soyouz pour envoyer des hommes dans l’espace. Avant ce décollage réussi, la Falcon Heavy n’avait effectué qu’une mise à feu statique (réussie, certes).

Prochain défi pour Elon Musk : Objectif Mars ! On parie ?

 

Afin de passer plus facilement les douanes, Elon Musk a décidé de renommer astucieusement son lance-flamme