Telegram est interdit en Russie

apps

Par Olivier le

La justice russe a décidé d’interdire la messagerie instantanée Telegram. C’est la suite du dossier au long cours qui empoisonne les relations entre l’application et la Russie. Mais peut-être pas l’épilogue.

L’affaire remonte à l’an dernier, quand le FSB (successeur du KGB) exige de Telegram les clés de chiffrement qui permettraient aux services de sécurité russes de déchiffrer les messages qui transitent par l’application. Telegram et son fondateur, Pavel Durov, se sont toujours opposés à cette demande, d’abord pour une raison technique assez simple : en vertu de l’utilisation d’une technologie de transmission très complexe, les clés de chiffrement ne peuvent pas être livrées « clé en main », si on ose dire.

Des clés impossibles à donner

Sur un plan plus politique, la plateforme a toujours refusé de donner les données privées de ses utilisateurs. « Telegram défendra la liberté et la confidentialité », tweetait même Pavel Durov. L’application n’est toutefois pas restée les bras croisés face aux terroristes qui l’utilisent : le service bloque régulièrement des canaux utilisés par Daech… sans que cela n’empêche la réapparition de nouveaux groupes.

Il y a deux semaines, le Roskomnadzor (le service fédéral de supervision des communications) a demandé à la justice russe de faire plier la plateforme rebelle. Et elle a donc donné raison au FSB en décidant une interdiction qui prend effet immédiatement. Reste à savoir si la mesure est applicable en pratique. Le Roskomnadzor peut forcer les fournisseurs d’accès du pays à bloquer l’accès à l’application, mais cela ne changera rien pour les utilisateurs équipés de VPN (même si l’usage en est interdit) ou qui ont l’opportunité de voyager à l’étranger.

On n’en a donc pas encore terminé de cette histoire, ce d’autant que Telegram dispose encore de plusieurs appels. L’entreprise avait déjà été condamnée à 11.000 euros d’amende pour refus de collaboration avec le FSB en octobre dernier.

Source: BBC