Apple vire ses employés leakers et n’entend pas s’arrêter

Apple

Par Elodie le

Comme nombre d’entreprises, Apple a le culte du secret chevillé au corps. Alors quand des informations fuitent et que les coupables sont débusqués, pas de quartier, c’est la porte assurée ! Comme le révèle un mémo interne… qui a leaké dans la presse.

Quand un leak parle de leak. Souvenez vous, 5 mois avant la sortie de l’iPhone X, des informations fuitaient déjà dans la presse et à deux mois de sa sortie, tout ce qu’il fallait savoir des nouveaux flagship d’Apple avait déjà été révélé. Idem pour iOS 11 et son successeur, les AirPods ou encore la nouvelle Apple Watch.

« Un acte malveillant volontaire », estimait alors John Gruber, blogueur référence de l’univers Apple. Une fuite interne savamment orchestrée qui a entraîné une véritable chasse aux sorcières chez Cupertino. Le secret a toujours fait partie de l’ADN d’Apple. Steve Jobs s’en est fait le chantre et cette politique n’a jamais changé depuis. La firme à la pomme a toujours jalousement conservé ses innovations industrielles, aussi bien pour des raisons marketing (sans suspens, pas d’attente et d’effervescence) que concurrentielles.

Imaginez seulement Xavier Niel lors de sa toute première keynote, agiter les bras en l’air, extatique, en annonçant son célèbre forfait à 2 euros ou son offre Triple Play alors que la salle et la presse sont informées depuis plusieurs mois…

Un problème récurrent

Dans un mémo interne envoyé le 13 avril dernier, Apple exprime son exaspération à voir des informations confidentielles fuiter dans la presse et prévient qu’une tolérance zéro sera désormais appliquée. La firme rappelle au besoin que les employés ont l’interdiction formelle de faire fuiter des informations.

Las, le mémo a fuité dans les colonnes de Bloomberg. Et il jette une lumière crue sur les conséquences de telles fuites : 29 employés ont été renvoyés en 2017 et 12 d’entre eux auraient été arrêtés.

« Ce sont des employés d’Apple, des contractuels ou des partenaires d’Apple au sein de la chaîne logistique. Ces personnes n’ont pas seulement perdu leur emploi, elles vont aussi avoir de très grandes difficultés à trouver un job ailleurs », menace ainsi la firme dans son mémo. De quoi doucher les velléités d’indiscrétions. D’autant que le mémo ne manque pas de préciser que « ceux qui leakent se font toujours attraper, et ils se font attraper plus rapidement que jamais ».

Chasse à l’homme

Pour exemple, la personne qui a fait fuiter une partie du code source propriétaire d’iOS en février dernier :

« Des centaines de développeurs étaient dans la salle, et des milliers à travers toute l’entreprise ont reçu des détails concernant ce développement. Une seule personne a trahi leur confiance » tance la note interne.

Wikimedia Commons

Et pour Apple, il s’agit bien de trahison puisqu’un leak est un poignard planté dans le dos de la firme. Ces fuites peuvent avoir « un impact négatif sur les ventes des modèles actuels, donner plus de temps à ses concurrents pour préparer une réponse compétitive et entraîner moins de ventes au moment du lancement d’un nouveau produit », précise le mémo. Pour Apple, il s’agit de se donner « la chance de dire à nos clients en quoi le produit est bon, sans que ce soit mal fait par quelqu’un d’autre » poursuit Greg Joswiak, responsable marketing produit.

Trahison

Et les “autres” sont clairement désignés comme la presse, les analystes et les bloggeurs qui ciblent les employés et « se lient d’amitié avec eux sur des réseaux professionnels et sociaux comme LinkedIn, Twitter et Facebook » pour obtenir des informations.

« Bien que ça puisse être flatteur, il faut que vous gardiez à l’esprit que l’on se joue de vous ». Car le scoop aura certes des retombées pour le média concerné « mais l’employé d’Apple qui leak a tout à perdre ».

Si le ton peut surprendre, la mise ne garde n’a rien d’une nouveauté, c’est même une ritournelle. Apple est victime de fuites depuis de nombreuses années et tente par tous les moyens de contenir l’hémorragie. En 2013 déjà, Tim Cook rappelait ses troupes à l’ordre à propos des fuites entourant les produits d’Apple avant leur sortie.

Depuis, la sécurité a été renforcée, une division dédiée a même été créée et d’anciens employés de la CIA, du FBI ou des services secrets embauchés. La guerre des leaks ne fait que commencer, est-elle perdue d’avance ?