Les plaques d’immatriculation digitales arrivent en Californie

Equipées d’une batterie spécifique, ces plaques d’immatriculation digitales utilisent une technologie similaire à une liseuse Kindle.

Crédit Reviver Auto

Le volant n’est pas le seul composant automobile qui risque de changer de visage à l’avenir. Nos bonnes vieilles plaques d’immatriculation pourraient également subir quelques transformations. En Californie, révèle ainsi The Sacramento Bee, les plaques digitales sont en train d’être testées.

Équipées d’une batterie spécifique, elles utilisent une technologie similaire à une liseuse Kindle et permettent bien sûr de changer le message affiché. Grâce à elles, indique The Verge, les automobilistes pourront enregistrer leur véhicule de façon électronique et ils n’auront plus besoin “de coller des vignettes physiques sur leurs plaques chaque année”. Ces plaques digitales devraient également pouvoir afficher des messages personnalisés, si le Département des Véhicules Motorisés l’autorise, et indiquer l’emplacement d’une voiture qui aurait été volée (à condition de ne pas avoir été détachées bien sûr).

Des plaques transformées en mini-panneaux publicitaires ?

Ces équipements de nouvelle génération ne seront cependant pas donnés. Ils devraient être prochainement vendus 699 dollars (sans compter les coûts d’installation) dans les concessions auto. Les utilisateurs devront du reste payer un abonnement de 7 dollars par mois.

Mais cela ne semble pas inquiéter le fondateur de Reviver Auto, le fabricant des plaques. Celui-ci s’attend en effet à ce que l’intérêt pour ses produits vienne surtout, dans un premier temps, des entreprises ayant des flottes de véhicules professionnels. Les sociétés pourraient en effet utiliser ces plaques comme de mini-panneaux publicitaires pour faire la promotion de leurs produits. Précisons tout de suite que cet usage ne serait autorisé que lorsque le véhicule est à l’arrêt.

À noter que les Californiens ne sont pas les seuls à s’intéresser à ces équipements. En avril, la BBC révélait que Dubaï souhaitait tester des plaques digitales capables d’informer les urgences en cas d’accident et de se communiquer entre elles des informations concernant le trafic.