Les restes d’un gigantesque dinosaure vieux de 200 millions d’années retrouvés en Argentine

Science

Par Henri le

Les sous-sols de notre vieille Terre détiennent encore de nombreuses surprises. Cette fantastique découverte nous le prouve une nouvelle fois.

Crédits : Jorge A. Gonzalez

Des chercheurs argentins ont retrouvé les restes d’une gigantesque espèce de dinosaure, qui a vécu sur Terre il y a plus de 200 millions d’années. Une découverte relayée dans une étude (en anglais) publiée le lundi 9 juillet dans la revue spécialisée Nature Ecology & Evolution.

Nommée « Ingenia Prima », elle se distingue par sa taille impressionnante. Elle mesure en effet près de trois fois la taille des dinosaures les plus grands de la période du Trias. Les paléontologues ont réussi à reconstituer sa forme grâce aux vertèbres du cou et de la queue, mais également grâce à des os des pattes avant et arrière. Cette trouvaille s’est déroulée sur le site paléontologique de Balde de Leyes, situé dans la province de San Juan (à plus de 1000 km de la capitale).

L’intrus du Trias

Subdivisé en trois périodes, le Mésozoïque est une période particulièrement étudiée. Il se compose du Trias (de -251 millions à -200 millions d’années), du Jurassique (de -200 millions à -145 millions d’années) et enfin du Crétacé (de -145 millions à -65 millions d’années).

C’est bien évidemment sa carrure improbable pour l’époque qui a attiré l’attention, comme le confirme Cecilia Alpadetti, chercheuse de l’institut et musée de sciences naturelles de l’université de San Juan (IMCN) et du Conicet (Conseil national de la recherche scientifique et technique).

« Dès qu’on l’a trouvée, on s’est rendu compte que c’était quelque chose de différent. On a découvert une forme, la première à être géante au milieu de tous les dinosaures. Voilà la nouveauté »

Ce géant serait un quadrupède herbivore de la famille de Sauropodes, doté d’un long coup et d’une grande queue. Il mesurait entre 6 et 7 mètres, était encore jeune et pesait tout de même environ 10 tonnes.

C’est une découverte extrêmement intéressante puisqu’on pensait que ce type de gigantisme n’était apparu que bien plus tard, durant le Jurassique, il y a environ 180 millions d’années.