Harrison Ford dans Solo : A Star Wars Story ? Grâce au Deepfake, c’est possible

Cinéma

Par Mathieu le

Solo : A Star Wars Story a été une véritable déception pour bien des spectateurs. La chaîne Youtube Derpfakes a créé une bande annonce fictive plaçant Harrison Ford dans le film grâce au Deepfake.

Solo : A Star Wars Story a été une véritable déception pour bien des spectateurs. Le second spin off de la saga, consacré à la jeunesse d’Han Solo, a difficilement atteint la barre des 400 millions de dollars de recettes au Box-Office mondial, preuve de l’accueil plutôt froid du public. Les causes ? Elles sont nombreuses puisqu’on peut parler d’une certaine forme de lassitude vis-à-vis de la franchise, mais aussi d’un tournage chaotique voire peut-être même d’un Alden Ehrenreich pas au sommet de sa forme.

Il faut avouer que les spectateurs et fans de Star Wars ont été assez durs avec celui qui incarne Han Solo au début de sa carrière de contrebandier. Si sa performance est plus que respectable, certains ont avoué que l’acteur américain aujourd’hui âgé de 28 ans, manquait de charisme et d’une carrure similaire à celle d’Harrison Ford, l’interprète original. Il n’en fallait pas plus à la chaîne YouTube Derpfakes, reconnue pour utiliser la technique informatique du « deepfake » pour passer à l’action.

En effet, son auteur a pris pour habitude ces derniers mois de remplacer le visage des personnages de films par celui de Nicolas Cage. Regardez plutôt :

Han, c’est toi ?!

Cette fois, c’est Harrison Ford qui bénéficie du travail de l’auteur qui a donc recréé une bande-annonce fictive de Solo : A Star Wars Story, mais avec l’acteur original. Le résultat est plutôt convaincant, même s’il faut avouer que les séquences choisies par Derpfakes sont avantageuses pour utiliser cette technologie.

Le deepfake a connu un véritable bond de notoriété en début d’année lorsque des petits malins s’arrangeaient pour remplacer le visage d’acteurs et actrices pornographiques par celui de stars internationales. Si les contenus ont rapidement été supprimés par les différents sites, la tendance a continué de se démocratiser. La technique en revanche n’est pas nouvelle puisque Hollywood l’a démocratisée il y a bien longtemps pour ses propres besoins, notamment lorsqu’il s’agit d’effectuer des reconstitutions numériques d’acteurs, comme celui de Carrie Fisher dans Rogue One.

Critique de Solo : A Star Wars Story, bien loin de la déception annoncée