SFR : Même s’ils l’ont quitté pour un autre, l’opérateur continue de facturer ses anciens abonnés sur l’offre fixe

Télécom

Par Jules le

L’opérateur SFR s’est une nouvelle fois attiré la colère des consommateurs, à tel point que l’Arcep a décidé d’ouvrir une procédure d’instruction à son encontre. La pomme de la discorde ? Le FAI est accusé de continuer à faire payer ses anciens clients fixes lorsqu’ils sont passés chez la concurrence.  

Ces derniers temps, les témoignages à l’encontre de SFR se sont multipliés sur la plateforme J’alerte l’Arcep. Beaucoup d’usagers reprochent à l’opérateur d’Alain Weill de continuer à les facturer chaque mois alors qu’ils ont souscrit à une offre chez la concurrence.

SFR ne m’a pas résilié et continue à me facturer alors que la box a été retournée et l’acompte remboursé par leurs soins“, “mon opérateur a obtenu la portabilité (…). SFR continue à prélever des sommes supérieures à 50 euros“, “La portabilité du numéro a été effectuée par mon opérateur (…) et SFR business continue à me prélever“, peut-on ainsi lire dans un rapport de l’Arcep.

Coup de sifflet

Le gendarme des télécoms a d’ailleurs décidé de mettre en place une procédure d’instruction à l’encontre de SFR, qu’il estime être en infraction avec la procédure légale de la portabilité des numéros fixes.

Cette procédure peut durer entre 6 et 9 mois, une période durant laquelle l’opérateur a tout intérêt à changer son fusil d’épaule. Si SFR ne coopère pas, l’Arcep pourra lui infliger une amende dont le montant équivaut à 3% de son chiffre d’affaires.

Une nouvelle polémique à ajouter au compte de l’opérateur d’Alain Weill, dont la relation avec sa clientèle n’arrive pas à s’améliorer. L’Arcep indique ainsi que sur les 34 000 réclamations qu’elle a reçues entre 2017 et 2018, 30 à 35% concernent SFR. Free représente 25 à 30% des complaintes, tandis que Bouygues Telecom et Orange sont respectivement le sujet de 20 à 25% et 15 à 20% des plaintes des consommateurs.

 

Source: Arcep