Disney dévoile sa plateforme concurrente de Netflix (avec un catalogue qui en impose)

Série

Par Anne Cagan le

La plateforme Disney + arrivera le 12 novembre aux Etats-Unis avec une grille tarifaire plutôt attractive et un joli catalogue. Son accès sera ensuite progressivement étendu au reste du monde.

Cela fait des mois qu’on l’attend, elle est désormais officielle. La plateforme de streaming vidéo Disney + a été présentée hier en grande pompe. Elle arrivera le 12 novembre aux Etats-Unis avec une grille tarifaire plutôt attractive : 6,99 dollars l’abonnement mensuel (contre 8,99 $ pour le forfait de base Netflix) et 70 dollars l’abonnement annuel. Son accès sera ensuite progressivement étendu à l’Europe de l’ouest puis au reste du monde.

Le catalogue Disney + a de quoi lui aussi susciter l’intérêt des spectateurs. La firme proposera 7500 épisodes de séries et 500 films dont une centaine d’oeuvres récentes le jour du lancement. Des volumes qui ne devraient pas inquiéter Netflix. La popularité des œuvres au catalogue de Disney + le pourrait en revanche. On retrouvera en effet ici les productions Disney mais aussi les œuvres Pixar (Toy Story, Les Indestructibles). Et surtout les deux franchises très convoitées que sont Star Wars et Marvel.

Les Simpson s’installent sur Disney +

Le film Captain Marvel sera par exemple proposé en exclusivité dès le lancement de la plateforme. Et la firme a prévu de développer plusieurs séries originales à partir de ces deux univers. La plus en vue est sans doute la série The Mandalorian de Jon Favreau. Mais les séries Wanda Vision, Falcon and the Winter soldier et Loki devraient également intéresser les fans de Marvel. Grâce au rachat de Fox, Disney + proposera du reste l’intégrale des 30 saisons des Simpson.

Le groupe a annoncé un milliard de dollars d’investissement dans les contenus originaux la première année. Disney ne s’attend cependant pas à rivaliser avec son principal concurrent de sitôt. Alors que Netflix compte à l’heure actuelle 140 millions d’abonnés, Disney prévoit ainsi “60 millions à 90 millions d’abonnés dans le monde d’ici la fin de [l’exercice budgétaire] 2024”.