Quand la police du Tennessee redoute l’apparition de meth-gators

Sur le web

Par Antoine le

La police du Tennessee a lancé un appel à la population pour le moins cocasse : elle demande à la population de ne pas jeter ses drogues dans les toilettes, sous peine de risquer l’apparition de… junkie-gators.

Dans cet état où la drogue est un problème de santé publique majeur, les forces de l’ordre font tout particulièrement la chasse aux méthamphétamines. Il arrive que dans le cadre de certaines interventions, les suspects tentent de se débarrasser des substances qui les incriminent. Souvent, cela passe par la case toilettes, un moyen rapide et efficace de se donner la conscience tranquille.

C’est le cas d’Andy, un toxicomane que la police a attrapé en train d’essayer de se débarrasser de méthamphétamines dans ses toilettes. Elle s’en est servie comme exempla pour faire passer un message sur Facebook. Elle a ainsi demandé à la population d’arrêter de jeter sa drogue aux toilettes. En effet, se débarrasser de sa drogue de cette façon peut contaminer les bassins de rétention d’eau, causant potentiellement un danger d’exposition à ces substances pour la population lambda.
Mais pas seulement : à en croire la police, la faune serait la première affectée.

© AMC

Une faune exposée aux drogues jetées par les humains

Il existerait donc une possibilité bien réelle que des canards, oies ou autres animaux sauvages se retrouvent sous l’influence d’amphétamines… Si l’idée d’une faune complètement stone peut prêter à sourire, l’idée évidemment désastreuse écologiquement, et elle est tout de suite moins amusante si on transpose l’idée aux alligators.
C’est là le point qui a mis Internet sens dessus-dessous depuis quelques heures : la police redoute que le Tennessee puisse se retrouver confronté à une vague de “meth-gators”, si ces reptiles venaient à y être exposés sur le long terme !

Pour rappel, la méthamphétamine (le principal composant du “speed”) est un puissant stimulant du système nerveux central. En plus d’être très addictif, ce produit augmente l’activité et la température corporelle, la fréquence cardiaque. Sachant qu’un alligator peut déjà atteindre les 30km/h à la course à pied et a déjà causé plusieurs morts depuis le début de la décennie aux USA, on vous laisse imaginer à quoi pourrait ressembler une rencontre avec un gros reptile sous stimulants, voire même en manque…

Il s’agit évidemment d’une façon loufoque et amusante pour attirer l’attention sur un problème bien réel, qui pourrait avoir des conséquences importantes en termes de santé publique et d’écologie.

 

Source: Le Point