Parrot confirme l’arrêt de la production de mini-drones grand public

drone

Par Henri le

L’entreprise Parrot s’est attaquée à des marchés bien différents dans son histoire, quitte à se perdre un peu en chemin. Elle vient d’annoncer qu’elle allait en abandonner un prochainement.

Depuis sa création en 1994, Parrot n’a cessé de vouloir se diversifier. Une technique bien connue qui porte souvent ses fruits dans le domaine de la high-tech. L’entreprise française s’est donc spécialisée dans la connectivité (kit mains libres, autoradio…) puis l’audio plutôt haut de gamme et enfin les drones. Elle propose encore actuellement des modèles de qualité, capable de rivaliser avec le géant chinois DJI.

La firme vient pourtant d’annoncer à The Verge qu’elle allait mettre fin à la production de ses mini-drones. En effet, cela faisait plusieurs années qu’elle avait étendu sa gamme de machines afin de proposer des modèles à prix plancher, d’ailleurs plus comparable à de sympathiques gadgets qu’autre chose.

Le Parrot Mambo

Cependant ces derniers permettaient de mettre un pied dans cet univers, et poussaient potentiellement les clients à passer sur des références plus onéreuses… Et bien plus capables. Il offrait également une première expérience de vol intéressante pour la suite. Mais la chute du chiffre d’affaires en 2018 a dû mener à des décisions drastiques.

La Parrrot Anafi

La marque va donc mettre un terme à ses modèles Mambo ou Swing, mais précise qu’elle continuera de produire ses références haut de gamme comme le Anafi. Elle reste donc solidement ancrée dans ce marché, d’autant qu’elle a également racheté SenseFly, une société suisse qui se spécialise dans les produits volant à destination des agriculteurs et autres experts de la cartographie. Un segment moins concurrentiel, qui connait actuellement un vrai engouement. Elle a également signé un contrat avec l’armée américaine en mai dernier. Vous l’aurez compris, Parrot a l’intention d’utiliser son savoir-faire dans le BtoB pour se refaire une santé.