Espace : la comète Borisov devient le deuxième objet interstellaire découvert par l’Homme

Espace

Par Amandine Jonniaux le

La comète C/2019 Q4, plus connue sous le nom de Borisov en hommage à l’astronome amateur qui l’a découverte, est officiellement devenue le deuxième objet interstellaire connu de l’histoire de l’humanité.

Crédits : Observatoire Gemini / NSF / AURA

L’histoire remonte au 30 août dernier, lorsqu’un passionné d’astronomie criméen du nom de Gennady Borisov découvre un objet céleste inconnu à travers son télescope. Après vérification, l’Union Astronomique Internationale (AIU) a fini par confirmer les soupçons de l’astronome amateur, en certifiant la comète C/2019 Q4 comme le deuxième objet interstellaire découvert par l’Homme. Une découverte rarissime, qui survient plus de deux ans après la découverte de 1I/’Oumuamua en octobre 2017. Officiellement baptisé 2I/Borisov en hommage à son découvreur, l’objet céleste ne serait donc pas une comète née dans notre système solaire, mais un objet arpentant la galaxie depuis des millions, peut-être des milliards d’années. Même si tout porte à croire que de nombreux objets interstellaires ont déjà traversé notre système solaire par le passé, cette deuxième découverte officielle pourrait être une mine d’informations inestimables pour la recherche spatiale. 

Avec un diamètre estimé à près d’un kilomètre et une orbite hyperbolique capable de donner assez d’impulsion à la comète pour échapper à l’attraction solaire, les scientifiques prévoient que 2I/Borisov se rapprochera progressivement du Soleil jusqu’en janvier 2020. Le 7 décembre prochain, la comète devrait atteindre son périhélie à quelques 300 millions de kilomètres de la Terre et à distance égale de notre étoile rapporte le site Gizmodo, soit environ 2 UA (Unité astronomique calculée selon la distance Terre-Soleil) avant de retourner dans l’espace interstellaire et de ne probablement jamais réapparaître chez nous. Pendant ce court laps de temps, les scientifiques espèrent ainsi avoir le temps d’étudier au maximum le corps glacé avant sa disparition.