Netflix : Reed Hastings s’exprime sur la censure d’un épisode en Arabie Saoudite

politique

Par Remi Lou le

À l’occasion d’une conférence, le patron de Netflix s’est exprimé sur la censure d’un épisode de la série Hasan Minhaj : Un patriote américain en Arabie Saoudite en expliquant que le rôle de la plateforme n’était pas de devenir une chaîne d’information mais de divertir.

Crédits : Netflix

Durant la conférence Dealbook du New York Times qui s’est déroulé ce mercredi, le boss de Netflix, Reed Hastings, a défendu la décision de l’entreprise de ne pas diffuser un des épisodes de Hasan Minhaj : Un patriote américain, comme le note The Wrap. Cette série satirique, premier talk-show à avoir effleuré la bibliothèque de Netflix en fin d’année dernière, se consacre chaque semaine à un thème bien particulier en mêlant humour et information. En début d’année, le show avait créé la polémique avec un épisode consacré à l’Arabie Saoudite dans lequel Hasan Minhaj critiquait le régime saoudien et évoquait l’assassinat du journaliste du Washington Post et résident américain Jamal Khashoggi.

En janvier, le service de vidéo en streaming avait finalement décidé de retirer l’épisode en question en Arabie Saoudite après des plaintes du gouvernement saoudien qui estimait que le show violait sa loi anti-cyber-criminalité. Vivement critiqué pour sa décision, Netflix avait simplement déclaré à l’époque vouloir se « conformer à la législation locale » en retirant l’épisode de Netflix en Arabie Saoudite. Selon le boss de Netflix, la firme aurait très bien pu continuer à politiser son show et le laisser sur la version saoudienne de sa plateforme, mais estime qu’il est préférable de ne pas suivre cette voie. « Nous pouvons accomplir beaucoup plus en divertissant et en influençant une conversation mondiale sur la façon dont les gens vivent, plutôt qu’en essayant de devenir une énième chaîne d’information », a ainsi déclaré Reed Hastings durant la conférence.

Netflix a, par le passé, parfois pris des positions plus engagées. Au printemps dernier, la firme a ainsi menacé de ne plus organiser de tournages en Géorgie si l’Etat applique concrètement une loi qui restreint significativement l’avortement. Interrogé à ce sujet, Reed Hastings a déclaré que la situation avec Hasan Minhaj : Un patriote américain était bien différente, et que la société ne se plierait pas si le gouvernement saoudien exigeait de censurer du contenu avec des personnages LGBTQ, par exemple.