Greta Thunberg élue personnalité de l’année 2019 par le magazine Time

politique

Par Felix Gouty le

La jeune militante écologiste est actuellement à Madrid pour la COP 25. Alors qu’elle continue de mettre en garde les dirigeants des pays du monde contre le réchauffement climatique, Time Magazine vient de lui décerner le titre de personnalité de l’année 2019.

Great Thunberg, personnalité de l'année 2019, selon Time Magazine.
Creative Commons / Lëa-Kim

Elle est la plus jeune personnalité élue par le prestigieux Time Magazine, pour incarner une année entière, depuis 1927. Le journal américain a même titré sa nouvelle couverture autour du “pouvoir de la jeunesse” incarné par Greta Thunberg. Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, lui avait ravi de peu le prix Nobel de la paix 2019. Jeune militante écologiste suédoise, Greta Thunberg n’a, pour rappel, que 16 ans. En 2018, elle manifestait seule chaque semaine devant le Parlement suédois pour soutenir la lutte contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui, elle incarne presque à elle seule ce mouvement tout entier. L’adolescente a plus particulièrement marqué les esprits avec un discours accusateur dirigé contre les dirigeants des nations présentes à la conférence de l’Organisation des nations unies (ONU) à New-York City en septembre dernier. “Comment osez-vous ?, avait-elle notamment demandé aux présidents et ministres présents dans l’assemblée. Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos promesses vides !”

Greta Thunberg est actuellement à Madrid, à l’occasion de la COP 25, la nouvelle conférence pour le climat censée garantir la mise en place des mesures prévues par les Accords de Paris en 2015. Elle s’y est rendu en catamaran pour éviter d’émettre des gaz à effet de serre. Aujourd’hui, elle a accusé les dirigeants de pays riches de ne pas “montrer la voie” mais de faire preuve “de tromperie” avec leurs promesses de réduire les émissions polluantes de “tant de pourcents, d’ici telle ou telle année”. Elle regrette qu’ils considèrent la possibilité de “compenser leurs émissions ailleurs” comme une solution. Elle rejoint ainsi ceux qui jugent que l’introduction d’un “marché du carbone”, proposée lors de la COP 21, est une “fausse solution”. A la fin de son discours, Greta Thunberg interroge, comme elle sait si bien le faire : “Comment parvenez-vous à ne pas ressentir la moindre colère alors que rien n’est fait ? (…) Les solutions sont là mais où sont les adultes dans la salle ?”. Selon elle, il n’est pas trop tard mais l’urgence est réelle : “le cœur des Accords de Paris bat encore, mais à peine.”