Combiner vapotage et tabac serait plus dangereux que le tabac seul sur le plan respiratoire

Science

Par Felix Gouty le

Si elle est présentée comme une alternative au tabac fumé, la cigarette électronique ne doit pas devenir une seconde cigarette. L’usage des deux triplerait les risques de maladies respiratoires chroniques, selon une nouvelle étude américaine.

De la fumée de cigarette ou de vapoteuse ?

En alternant tabac fumé traditionnellement et vapotage, une personne triple les risques de développer une maladie respiratoire chronique en comparaison avec une autre qui ni ne fume ni ne vapote. Telle est la conclusion alarmante d’une nouvelle étude provenant du Centre de recherche et d’éducation sur le tabagisme de San Francisco et publiée dans la revue scientifique American Journal of Preventive Medecine. Ce résultat est issu de l’observation de près de 32 000 américains – fumeurs (à tabac pré-préparé en cigarette ou non), vapoteurs, fumeurs-vapoteurs et non-fumeurs – sur plusieurs années. Ces derniers ont été tous examinés pour savoir s’ils présentaient des traces ou des symptômes de maladies chroniques des poumons comme la bronchite, l’asthme, l’emphysème ou la bronchopneumopathie chronique obstructive à la fin de l’étude. Plus de 19 000 d’entre eux ne souffraient pas d’une maladie respiratoire avant le début de l’étude. L’analyse de leurs données médicales a donc permis d’établir précisément le facteur de risque de leurs différentes pratiques tabagiques.

D’après les observations des chercheurs de l’université de Californie, l’utilisation d’une e-cigarette transmettant de la nicotine sous forme de vapeur et non de fumée viendrait avec ses propres dangers. En effet, une personne ne pratiquant que le vapotage multiplierait ses chances de développer une maladie respiratoire par 1,29. Ce risque reste néanmoins moins élevé qu’avec du tabac traditionnel : qu’il choisisse des cigarettes pré-faites ou du tabac en paquet à préparer lui-même, un fumeur de tabac s’expose à 2,56 fois plus de risques qu’un non-fumeur. Les chercheurs alertent toutefois sur un troisième risque peu évoqué jusqu’à présent : celui de combiner les cigarettes électroniques à des cigarettes « classiques ». Le risque serait en effet 3,3 fois plus élevé dans ce troisième cas de figure soit plus que celui d’un fumeur standard.« L’utilisation d’e-cigarettes constitue un risque en lui-même, en plus de fumer du tabac combustible. L’utilisation double, le comportement le plus fréquent, est encore plus risqué que de choisir seulement l’un ou l’autre. » « Passer complètement de cigarettes conventionnelles à une e-cigarette peut réduire le risque de développer une maladie respiratoire mais peu de gens le font et la plupart devienne des double-fumeurs » a déclaré Stanton A. Glantz, l’un des chercheurs, dans un communiqué. Cette étude apparaît seulement quelques jours après le message délivré publiquement par l’Académie nationale de médecine, encourageant les fumeurs à préférer la cigarette électronique. Un conseil qui reste valable, selon cette nouvelle étude, dès lors qu’on abandonne définitivement la cigarette « standard ».

=