Le GPS chinois sera complété d’ici le mois de juin

Espace

Par Olivier le

La Chine va mettre en orbite son propre concurrent du GPS américain ! Le pays a annoncé son intention de lancer les deux derniers satellites de son système Beidou.

À côté du GPS américain, du GLONASS russe et du Galileo européen, la Chine aussi va disposer de son propre système de localisation par satellites. COMPASS, ou Beidou, un mot mandarin qui désigne la forme de chariot de la constellation de la Grande Ourse, va être finalement complété en 2020, avec l’envoi des deux derniers satellites de la flotte au premier semestre de cette nouvelle année.

Un concurrent sérieux du GPS

Ran Chengqi, le directeur de projet, a expliqué durant une conférence de presse que le « cœur » du système de positionnement de Beidou comptera 24 satellites. « Avant le mois de juin, nous prévoyons l’envoi de deux satellites supplémentaires en orbite géostationnaire, et le système Beidou-3 sera au complet », a-t-il précisé. Néanmoins, il faudra attendre 2035 avant qu’il ne donne la pleine mesure de ses capacités, a-t-il prévenu.

Ce concurrent du GPS mis au point par la Chine possède selon lui « des indicateurs performants, de nouveaux systèmes technologiques, une grande précision, un réseau de production de masse et un grand nombre d’utilisateurs ». Une déclaration qui trahit l’ambition chinoise en la matière : le pays veut marcher sur les platebandes des plus grands systèmes de localisation par satellite.

La Chine travaille sur le sujet depuis longtemps. La première version de Beidou, qui comporterait à l’époque trois satellites seulement, remonte à 2000. Il a servi de système de localisation régional. Beidou-3 voit beaucoup plus loin puisque la couverture sera mondiale. Et la Chine a visiblement la volonté d’ouvrir la technologie au-delà de ses frontières. Mais les États-Unis l’accepteront-ils ?

Source: AP