Coronavirus : Alibaba met au point une IA capable de détecter le virus en moins de 20 secondes

Le géant chinois du numérique et de la vente en ligne met son expertise en intelligence artificielle au service de la médecine chinoise. L’idée : accélérer la détection d’une infection au coronavirus SRAS-CoV-2 par scanner.

Une femme chinoise portant un masque.
Crédits : Nicolò Lazzati / Flickr.

Et si l’intelligence artificielle pouvait aider l’humanité à combattre le coronavirus SRAS-CoV-2 ? Le géant chinois de la Tech, Alibaba, a récemment répondu à cette question. Majoritairement connue pour sa plateforme de vente et de livraison en ligne, AliExpress, l’entreprise fondée par Jack Ma, s’intéresse aussi à l’informatique et au jeu vidéo. L’un de ses sujets de prédilection concerne les technologies d’intelligence artificielle. En 2017, elle croise cet intérêt avec sa jeune filiale pharmaceutique AliHealth pour améliorer le diagnostic par scanner, appareil utilisé en imagerie médicale. Elle met au point une IA capable d’analyser des images prises en scanner et d’identifier des points d’intérêt ou des anomalies. En réponse à l’épidémie de pneumonie virale COVID-19, Alibaba a voulu mettre en application sa technologie pour contribuer à une détection plus rapide du coronavirus chez certains patients.

Grâce à 5 000 images et autres données issues des dossiers médicaux de malades du coronavirus de Wuhan, les ingénieurs chinois sont parvenus à entraîner leur système d’IA pour lui apprendre à détecter spécifiquement les traces d’infection du SRAS-CoV-2 dans l’appareil respiratoire de personnes examinées. Alibaba affirme que leur système est désormais capable de confirmer si oui ou non une personne est atteinte du coronavirus en moins de 20 secondes et avec 96% de précision. En comparaison, la compagnie concurrente, Ping An, clame avoir mis au point un service similaire : seulement, le sien serait plus rapide – 15 secondes pour obtenir une réponse – mais n’atteindrait que 90% de précision. Si l’objectif est louable, il faut garder en tête que nous en savons peu sur le contexte d’utilisation de ces technologies : servent-elles seulement à confirmer un diagnostic sur un patient déjà malade ou sont-elles véritablement capables de détecter l’infection avant qu’un symptôme ne soit apparu et qu’un médecin humain ne l’ait diagnostiqué ? Pour y répondre, il faudra les mettre à l’épreuve. En l’occurrence, les IA d’Alibaba et de Ping An seraient d’ores et déjà déployés, respectivement, dans 100 et 1500 instituts médicaux à travers la Chine.