Dossier

Tout ce qu’il faut savoir sur le virus qui secoue le monde, depuis le début de la pandémie

Science

Par Felix Gouty le

Symptômes, taux de mortalité, mesures sanitaires, progression de la recherche médical : retrouvez ici un maximum d’éléments de réponse concernant l’épidémie COVID-19 du coronavirus chinois SARS-CoV-2 (ex 2019-nCoV), au fil de son évolution et des dernières informations connues.

Le coronavirus, le vecteur du virus du SRAS.
Des virions de coronavirus, vecteur du syndrome respiratoire aigu sévère ou SRAS. (Public Domain)

Le virus est-il contagieux ? Comment s’en protéger ? Comme toutes les épidémies de virus inconnu, l’actuelle épidémie de coronavirus de Wuhan ou COVID-19 (ex “2019-nCoV”), un virus proche de celui du SRAS, soulève beaucoup d’inquiétudes et d’interrogations. Nous tenterons d’y répondre dans ce dossier au fil des jours et au fur et à mesure de son déroulement et des informations provenant des autorités chinoises et françaises.

[Article mis à jour le 25/05/2020 à 17h00]

Quel est ce virus et d’où vient-il ?

L’épidémie du virus COVID-19 (anciennement 2019-nCoV) ou coronavirus de Wuhan aurait commencé au début du mois de décembre 2019, dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine. Les premières personnes infectées auraient fréquentés le marché aux poissons de la ville, où est vendue une grande variété de nourritures et d’animaux sauvages. Le 11 février, l’Organisation mondiale de la santé a officiellement renommé ce virus SARS-CoV-2 (en écho à la première épidémie de SARS-CoV survenue dans les années 2000), ou “SRAS-CoV-2”. La maladie qu’il cause a aussi été nommée : COVID-19 pour “Coronavirus Disease 2019”. L’Institut américain des allergies et des maladies infectieuses a publié des premières images du nouveau coronavirus en action, prises par microscopie électronique.

Novel Coronavirus 2019

D’après une étude effectuée par des chercheurs chinois, le virus se déclinerait aujourd’hui selon deux souches : la type S, la plus ancienne, et la type L, la plus fréquente. Cette différenciation signale qu’en janvier 2020, et son expansion plus globale à l’être humain, le virus a muté.

Qui sont les premiers lanceurs d’alerte ?

L’alerte aurait été initialement lancée par des médecins de Wuhan quelques jours avant que de premières mesures soient prises. Ces derniers avaient été alors arrêtés par les autorités pour avoir “propagé des rumeurs”. L’un d’eux – Li Weilang – serait mort d’une infection au coronavirus. Une enquête a été ouverte à son sujet par les autorités chinoises. Au Canada, l’intelligence artificielle d’une start-up, BlueDot, qui épluche quotidiennement la presse en 65 langues à la recherche d’informations sur plus de 150 maladies aurait repéré l’épidémie et sa propagation potentielle dès la fin du mois de décembre.

Quelles sont les causes et l’origine du virus ?

Le virus, avant d’avoir été transmis à l’être humain, serait donc très certainement d’origine animale. L’hypothèse la plus probable est celle de la chauve-souris rhinolophe (Rhinolophus affinis), vecteur avéré du coronavirus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), très proche du COVID-19. Des chercheurs chinois auraient découvert l’identité de l’hôte intermédiaire ou “réservoir” du virus : l’animal a transmis le virus à l’homme après avoir été contaminé par l’espèce vectrice. D’après leurs analyses génomiques, il s’agirait d’une espèce de pangolin (Manis javanica), l’animal le plus braconné au monde et l’un des plus menacés d’extinction, possiblement vendu au marché de Wuhan. Conséquence de cette découverte (encore à valider par le monde scientifique), le gouvernement chinois a interdit la vente ou le transport d’animaux sauvages jusqu’à nouvel ordre. La relation avec le pangolin est avérée par plusieurs études scientifiques qui, en comparant le matériel génétique des coronavirus de pangolin et celui du SARS-CoV-2, constatent des similitudes d’environ 90%.

Une nouvelle étude scientifique chinoise émet l’hypothèse que le coronavirus SARS-CoV-2 a pu être transmis, non pas depuis le pangolin (après transmission par la chauve-souris Rhinolophe), mais depuis le chien. Celui-ci présenterait un grand nombre de protéines anti-virales spécifiques auxquelles le SARS-CoV-2 se serait particulièrement bien adapté avant d’infecter l’être humain.

Combien de personnes ont été touchées par ce coronavirus ?

Depuis, le bilan actuel [à dater du lundi 25/05/2020] s’élève officiellement à plus de 347 000 victimes. Le 6 mars, il a également dépasser la barre des 100 000 personnes dont l’infection est avérée à travers le monde. Au 11 mai, le nombre de cas recensés depuis le début de l’épidémie s’est élevé à plus de 5 541 000 cas – dépassant la barre du million d’infectés le 3 avril, les deux millions le 15, les trois millions le 27, les 4 millions autour du 18 mai et les 5 avant le 25 mai. Plus de 2 873 000 seraient encore malades à l’heure actuelle. Plus de 2 320 000 personnes en sont déjà guéries. Le nombre de nouveaux cas en Chine n’a jamais été aussi bas depuis le début de l’épidémie. Le premier cas de récidive, en dehors de Chine, a été annoncé au Japon concernant une femme précédemment infectée qui s’était remise de la maladie. Au 10 mars, tous les pays d’Europe sont désormais concernés par l’épidémie. Au total, 152 pays à travers le monde ont jusqu’ici été touchés par le virus.

  • En France

Dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, cinq nouveaux cas ont été déclarés en France et une victime supplémentaire et à déplorer – le premier individu de nationalité française. Deux des nouveaux malades reviennent d’un voyage en Lombardie, au nord de l’Italie. Quant aux autres, les autorités de santé sont à la recherche des personnes avec qui ils ont été en contact. Un 18ème cas a été relevé en Haute-Savoie : il s’agit de l’épouse d’un homme déjà malade. Le 28 février, le nombre de cas enregistrés en France s’élevait à 38 – dont un en Bretagne et un à Nice. Parmi eux, 12 sont reliés à une personne unique dans l’Oise. Quant aux autres nouveaux cas, certains individus revenaient de voyages répétés en Lombardie, au nord de l’Italie, et une autre d’un voyage en Égypte. Trois personnes sont hospitalisés dans un état grave.

Au 25 mai, la France compte environ 89 600 cas actifs (sur plus de 182 500 recensés au total, depuis le début de l’épidémie), un chiffre en baisse depuis le 18-19 avril. Le 5 mars a vécu la plus forte augmentation, en une journée, depuis le début de la crise en France.  Plus de 28 360 personnes sont décédées, depuis le début de l’épidémie.  La majorité des personnes contaminées proviennent « d’une chaîne de transmission ou d’un cluster (un foyer de cas groupés), (tandis que) 35 reviennent de zones à l’étranger où circule le virus, 23 récents sont en cours d’investigation et 7 ont été détectés par le test systématique », a déclaré Jérôme Salomon, directeur général de la santé. Les zones les plus atteintes par ses “clusters” sont la Haute-Savoie, l’Oise et le Morbihan. Par conséquent, dans ces zones, des écoles ont été fermés et les rassemblements ont été interdits jusqu’à nouvel ordre. Un premier cas a été recensé en Guadeloupe. Deux nouvelles victimes ont été recensées : une femme de 89 ans de Compiègne et un homme de 92 ans dans le Morbihan. Une première personne a été diagnostiquée dans le Bouches-du-Rhône et dans le Gard. Sept nouveaux cas ont été avérés chez des personnes revenant d’Italie. Quatre nouveaux cas ont été relevés dans le Morbihan. A Mulhouse, plusieurs cas de contamination ont été détectés suite au rassemblement des membres d’une église évangélique. 10 personnes sont infectées dans le département du Haut-Rhin. Un homme d’une trentaine d’années et revenant d’Italie dans les Pyrénées-Atlantique serait malade. Le 5 mars, de premiers malades ont été recensés à Lille, en Corse, dans le Centre Val-de-Loire et les Hautes-Alpes. Plusieurs nouveaux cas ont été relevés en Normandie suite au rassemblement religieux de Mulhouse.

Le 6 mars, cinq nouveaux cas ont été recensés près de Nantes (qui en compte treize au total) et le nombre de cas dans le Haut-Rhin s’est multiplié par deux. L’Alsace est aussi touchée avec 130 cas. Neuf cas dans un état grave ont été annoncés dans l’Oise, dans le village de Méry-sur-Oise. Deux cas ont été confirmés à la Martinique. Enfin, un Français a été diagnostiqué positif, au Cameroun, en Afrique. Au 9 mars, un salarié de Disneyland Paris aurait été diagnostiqué positif. Cinq personnes d’un hôpital gériatrique ont été déclarés malades à Lyon. Le 10 mars, un nouvel enfant, un Parisien de 8 ans, a été diagnostiqué positif. Un autre enfant, en Charente-Maritime, serait malade. Le 11 mars, une enseignante de la ville de Rennes a été diagnostiquée positivement. La Réunion a enregistré son premier cas d’infection. Un nouveau “cluster” de contagion aurait été identifié autour de Rennes. Un second mort a été annoncé dans le Morbihan. La Martinique a enregistré son premier décès, le 16 mars. La Martinique a enregistré son premier décès, le 16 mars. La région du Haut-Rhin regorge de nouveaux malades à tel point que les services de réanimation de ses hôpitaux seraient saturés. Deux premiers cas ont été relevés en Nouvelle-Calédonie.

Pour suivre l’évolution de la pandémie en France, Esri France a mis au point leur propre carte interactive de suivi par région., grâce aux données épidémiologiques quotidiennes fournies par Santé Publique France. Le 23 mars, le ministère de la Justice a indiqué que cinq détenus seraient infectés dans des prisons de France. Plusieurs médecins sont décédés dans le Grand-Est, où l’épidémie fait le plus rage. Les cas se multiplient en Nouvelle-Aquitaine : cent nouvelles contaminations par jour selon la Préfecture du département. Plusieurs Français restent présents à l’étranger : l’un d’eux aurait été dépisté positif au Kenya et une trentaine d’autres, actuellement au Cambodge, seraient malades. Plus d’une centaine de résidents seraient morts dans leur EHPAD depuis le début de la crise, mais le bilan serait plus lourd. Un premier décès a été signalé en Vendée, le 27 mars. Plusieurs dizaines de membres du personnel pénitentiaire et une vingtaine de détenus sont malades en France. L’IHU de Marseille aurait déjà dépisté 2,5% des habitants de Marseille, à un rythme de 3 000 tests par jour, en faisant la ville la plus testée au monde. Une habitante de Béziers, malade, est décédée lors d’un contrôle au commissariat pour non-respect des règles de confinement. “Les scientifiques estiment qu’il y aurait 10 % de la population qui présenterait à cette date une immunité face au coronavirus”, selon le ministre de la santé, Olivier Véran. Et “à peu près, aujourd’hui, 150.000 tests (de dépistage) par semaine” seraient effectués. Le lundi 27 avril, l’épidémie a fait 22.856 morts en France, soit le bilan quotidien le plus faible en cinq semaines. D’ici au 11 mai, seulement 5,7% de la population sera immunisé contre le coronavirus COVID-19, estiment des chercheurs de l’Institut Pasteur. Un chiffre insuffisant si la France veut être “déconfinée” sans craindre une nouvelle vague de contamination.

  • A travers le monde

Un premier cas de contamination a été relevé vendredi 14 février sur le continent africain, en Égypte. En Afrique : un nouveau cas a été relevé en Algérie, un autre au Nigeria et deux anciens passagers du Diamond Princess, revenus en Afrique du Sud. Un premier malade a été repéré en Amérique latine, au Brésil. Plus de 7 450 personnes seraient décédées en Iran, sur plus de 22 500 malades (un chiffre en baisse depuis plusieurs semaines, avec des pics en hausse çà et là). Le vice-ministre iranien de la santé serait atteint du virus. Plusieurs autres cas ont été relevés au Moyen-Orient : au Liban, en Israël, au Koweït, au Bahreïn, en Irak et en Afghanistan. L’Irak compte, au 4 mars, un premier mort. 82 membres de l’Église de Jésus du Nouveau Monde, une secte sud-coréenne, auraient contracté la maladie. 400 autres membres présenteraient des symptômes. Selon le New-York Times, les membres de cette secte ne sont pas autorisés à porter des masques ou à rester chez eux quand ils sont malades. Ils auraient été contaminés par des personnes malades invitées de Chine. Aujourd’hui, 713 cas actifs (un chiffre en baisse depuis quelques semaines, avec un nouveau pic au 11 mai) et plus de 267 morts seraient recensés en Corée du Sud. La ville de Daegu et ses environs, foyer épidémique sud-coréen, n’aurait recensé aucun nouveau cas depuis ce vendredi 10 avril – une première depuis le mois de février. L’Italie, quant à elle, recense plus de 56 590 cas de transmission interhumaine (un chiffre en baisse au 11 mai) – dont, désormais, en Sicile et en Toscane – et plus de 32 700 morts. Il est, au 9 mars, le pays où l’épidémie a fait le plus de victimes, en dehors de la Chine. Il est désormais le deuxième pays du monde le plus touché par l’épidémie. L’Italie est le premier pays en termes de nombre de malades actifs (non-guéris ou non-décédés) à l’heure actuelle (17 mars). L’Italie est désormais (30 mars) le pays où le COVID-19 a fait le plus de morts. Des mutineries ont éclaté dans quelques prisons italiennes suite à l’interdiction temporaire des visites familiales, mesure de lutte contre l’épidémie.

Un pénitencier chinois détiendrait 500 malades. En Suisse, un premier cas d’infection aurait été découvert près de la frontière italienne. Un premier malade s’est manifesté en Autriche. La Croatie compte, elle aussi, un premier malade. Un nouveau cas a été annoncé en Espagne (le quatrième en tout) et trois autres aux Canaries. Le 25 mai, l’Espagne est montée à plus de 57 100 malades (précédemment, en baisse) et 28 700 morts. Il est le second pays à dépasser la Chine en termes de nombre de victimes et de personnes touchées. Des centaines de touristes doivent rester confinés dans un hôtel de Tenerife. Un nouveau cas – une personne revenant d’Italie – a été relevé en Grèce. Le 5 mars, toujours en Grèce, une vingtaine de personnes issues d’un même bus revenant d’Israël ont été testées positives au coronavirus.  L’Estonie possède elle aussi son premier cas d’infection, en provenance d’Iran. Idem pour le Danemark, concernant une personne revenue d’Italie. En une semaine (à la date du 27/02/2020), c’est 20 pays qui se sont ajoutés à la liste des nations concernées par l’épidémie. Deux nouvelles personnes infectées ont été hospitalisées en Angleterre. La Nouvelle-Zélande, la Lituanie, la Biélorussie et l’Azerbaïdjan ont aussi enregistré leur premier cas. Montée à 53 cas recensés, l’Allemagne a placé un millier de personnes vivants près de la frontière néerlandaise en quarantaine. Le 9 mars, l’Allemagne a dépassé le millier de malades, dont la moitié proviendrait de la région de Rhénanie du Nord-Westphalie, à la frontière avec les Pays-Bas et la Belgique. Le 25 mai, l’Allemagne a atteint les 10 900 cas actifs recensés (un chiffre en baisse depuis le 9 avril). Un premier cas de contamination a été relevé en Pologne. En Inde, 16 personnes ont été mises en quarantaine après avoir été testées positives en revenant d’Italie. Le chien d’une femme malade à Hong-Kong a été diagnostiqué “faiblement positif”. S’il a bien été placé en quatorzaine, il ne présente aucun symptôme et rien n’indique qu’il est réellement le virus – les virions détectés dans ses cavités nasales et orales lui ont peut-être été transmises par sa maîtresse. Aux États-Unis, des premiers cas ont été recensés en Californie et dans l’état de New-York. Au 25 mai, près de 1 140 000 personnes sont infectées et plus de 99 300 individus sont morts – en grande majorité dans l’état de Washington. Le pays est désormais le plus atteint par la maladie depuis le début de la pandémie, en décembre dernier. Le diagnostic des deux premières victimes n’aurait été effectué que post-mortem. Les nouveaux malades ont été repérés à Los Angeles et New-York.

L’Afrique du Sud a recensé un premier cas d’infection. Deux premiers malades ont été diagnostiqués en Bosnie. La Slovaquie a annoncé son premier cas d’infection. Au 6 mars, la Belgique est montée à 107 infections recensées. Les Pays-Bas déplorent leur première victime. Le Vatican a recensé son premier malade. Le Bhoutan, dans l’Himalaya, a relevé son premier cas. L’Albanie a annoncé son premier malade. La Mongolie a annoncé son premier cas. Il s’agit d’un Français qui n’a pas respecté la quarantaine à son arrivée. En conséquence, la capitale du pays ainsi que plusieurs communes proches sont mises en confinement pour une semaine. Une touriste allemande malade a été détectée en Chypre du Nord. En Chine, un hôtel dont les clients étaient mis en quarantaine s’est effondré, entraînant la mort de plusieurs dizaines de personnes. Le 11 mars, l’Indonésie a souffert de sa première victime, un Britannique, du virus. La Belgique a signalé la mort de deux nouvelles personnes, élevant son bilan à 3. Le Liban a, quant à lui, enregistré son deuxième décès. Hier, 11 mars, pour la première fois depuis le début de l’épidémie, la Chine a enregistré moins d’une dizaine de nouveaux cas. Le 12 mars, l’Algérie, l’Albanie, l’Autriche, l’Irlande, la Pologne et le Panama ont confirmé leurs premiers décès. La Turquie au Moyen-Orient, Cuba et la Jamaïque dans le Pacifique et la Côte d’Ivoire en Afrique ont enregistré de premiers cas d’infection. De premiers cas ont été relevés au Kenya et en Afrique de l’Est. Une victime a été recensé au Burkina Faso, la première en Afrique subsaharienne. Un premier mort a été annoncé au Bangladesh. Le 19 mars, pour la première fois depuis le début de l’épidémie à la fin du mois de décembre 2019, la Chine n’a relevé aucun nouveau cas de contamination local sur son territoire. La Russie a enregistré son premier décès. Les îles Fidji annoncent leur premier cas d’infection. Le 25 mai, la Belgique a dépassé les 32 700 malades et les 9 300 décès. Un premier décès a été recensé en Gambie, pays d’Afrique de l’ouest : un imam provenant du Bangladesh. Le Zimbabwe a lui aussi enregistré sa première victime. Le 25 mars, la Libye a signalé son premier cas d’infection. Le Mali, toujours en guerre, a déclaré deux premiers malades. Le 27 mars, l’Afrique du Sud a annoncé avoir recensé deux premières victimes. Le chat d’un citoyen belge a été contaminé au coronavirus. Plusieurs tigres du zoo du Bronx, à New-York, auraient été testés positifs au coronavirus. Un soigneur malade et asymptomatique les aurait contaminé. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, le 7 avril, la Chine n’a pas recensé de nouvelles victimes sur son territoire. Dix nouveaux nés auraient été contaminés par le personnel soignant d’une maternité en Roumanie. Le Malawi, un pays d’Afrique australe, a recensé sa première victime. Un premier cas a été relevé au Yémen. Une cinquantaine d’anciens guéris du coronavirus en Corée du Sud ont été re-diagnostiqués positifs. Selon les médecins, il ne s’agirait pas d’une nouvelle infection mais d’une réactivation du virus. La Suède a dépassé les 1 000 victimes le 14 avril. Plusieurs pays ont pris des premières mesures de déconfinement cette semaine, comme en l’Allemagne. En Italie, pour la première fois, le nombre de malades a baissé lundi. Au Royaume-Uni, avec 449 morts en 24 heures lundi, le pays a vu le plus faible bilan quotidien depuis le début de l’épidémie.

Plus d’un mois après la fin du confinement de Wuhan, en Chine, le foyer pandémique a recensé cinq nouveaux malades ce week-end (08-10/05). D’autres nouveaux cas ont fait surface ailleurs en Chine mais aussi à Séoul, après des répits de plusieurs jours voire semaines. Une réalité qui rappelle la probabilité d’une seconde vague, en France et ailleurs.

Pour suivre l’évolution de l’épidémie en temps réel, plusieurs cartes et graphiques interactifs ont été mis à disposition du public sur le web :

  • l’OMS a développé sa propre carte évolutive sur la plate-forme Experience de la compagnie Arcgis. Elle est disponible directement sur l’outil de recherche Google après une simple requête “coronavirus”.
  • la carte évolutive du centre des systèmes complexes de l’université Johns Hopkins, qui recense les informations de l’OMS, du CDC et d’autorités de santé internationales.
  • les chiffres, tableaux et graphiques du Worldometer, une plate-forme gérée par des développeurs et chercheurs reconnus par l’Organisation des Nations Unies.
  • la carte phylogénique de l’évolution des mutations du coronavirus, NextStrain, développée par l’association américaine GISAID, qui en temps normal recense toutes les mutations du virus de la grippe.
  • la carte et les chiffres accumulés par le journal américain, New-York Times.
  • La compagnie technologie californienne, HERE, a mis au point sa propre carte interactive.
  • Le gouvernement français a lancé sa propre carte, avec le nombre d’hospitalisations en temps réel.
La carte du monde, du point de vue de l’épidémie de COVID-19, au 5 mars 2020 (Crédits : Johns Hopkins CSSE).
  • Quelques statistiques

Le pic de l’épidémie pourrait être atteint à la fin du mois de février. Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, le “nombre de nouveaux cas signalés en dehors de la Chine a dépassé pour la première fois le nombre de nouveaux cas en Chine” en cette semaine du 24 février. La Chine ne compte, ce jeudi 27 février, “que” 29 nouveaux décès – c’est la plus faible augmentation depuis le début de l’épidémie.  Selon une récente étude chinoise, seul un tiers des personnes infectés seraient physiquement passées par Wuhan. En Chine, le nombre de morts et d’individus malades a officiellement dépassé celui qu’avait causé l’épidémie de SRAS de 2002-2003. Selon des chercheurs hong-kongais, il se pourrait que le nombre réel soit nettement supérieur en comptant les personnes infectées encore sans symptômes.  Selon un épidémiologiste de l’université de Harvard, 40% et 70% de l’humanité pourrait finir par être infectée par le COVID-19. Il justifie cette prédiction du fait que sa détection – notamment par les contrôles thermiques – a des limites : certains infectés restent asymptomatiques pendant plusieurs jours. Il précise aussi que tous les “futurs contaminés” ne développeront pas forcément d’infections graves. Il ajoute que les mesures de quarantaine (ou “quatorzaine”) et de distanciation sociale ne sont que des solutions à court-terme. A long-terme, seul un vaccin efficace pourra en venir à bout.

Plusieurs centaines de personnes se seraient remises de l’infection, depuis le début de l’épidémie en Chine. Le nombre de personnes qui se seraient remises de l’infection aurait désormais largement surpassé le nombre de morts recensés depuis le début de l’épidémie. Selon de nouveaux chiffres chinois publiés le 1er avril, plus de 1 3500 de personnes seraient encore atteintes du COVID-19 mais resteraient “asymptomatiques” – c’est-à-dire ne présentant aucun symptôme clinique, comme la fièvre ou la détresse respiratoire. Une IA, de la société new-yorkaise Dataminr, aurait déjà prédit les prochaines foyers épidémiques aux États-Unis et au Royaume-Uni. Plus d’un Parisien sur dix aurait quitté la capitale après le début du confinement selon une étude de l’INSEE.

Quels sont les effets de ce coronavirus sur la santé ? Comment se déclare l’infection ?

Le COVID-19 est un virus très similaire au coronavirus responsable de l’épidémie de SRAS de 2002-2003. Il cause une forte fièvre, une toux sévère ainsi qu’une grande fatigue. Selon les experts scientifiques de The Lancet, une dyspnée, ou détresse respiratoire, semble être une complication caractéristique chez une grande partie des malades. Cette maladie se transmet par contact étroit avec une personne infectée ou par le biais de ses postillons lors d’une toux ou d’un éternuement. D’après une nouvelle étude chinoise, certains patients contaminés présenteraient des traces du virus dans leur tube digestif mais aussi dans la salive et dans l’urine. De plus, selon ces chercheurs, la période d’incubation pourrait réellement durer plus longtemps : 24 jours plutôt que quatorze. D’après une nouvelle étude du Lancet, cette pneumonie virale se retrouverait majoritairement chez des personnes âgées ou avec des pathologies sous-jacentes, notamment des maladies cardiaques. Elle ne touche quasiment pas les enfants en dessous de 15 ans.

Selon les données chinoises actuelles, le taux de mortalité du COVID-19 est de 3% – ce qui est inférieur au taux de 10% du coronavirus du SRAS et d’environ 30% pour celui du MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient), apparu en 2012. La rapidité de sa propagation est néanmoins nettement supérieure : le COVID-19 a mis seulement 48 jours pour infecter 1000 personnes. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé qu’aux vues des chiffres actuels le COVID-19 serait “dix fois plus mortel” que la grippe A, de souche H1N1, à l’origine de la pandémie de 2009-2010. Le coronavirus SARS-CoV-2, à l’origine du COVID-19, aurait en effet un taux de létalité situé entre 2 et 3% – équivalent à celui estimé pour la “grippe espagnole” de 1918-1919.

Les experts ORL (Oto-Rhino-Laryngologie) de France ont certifié que dans certains cas, principalement chez les jeunes malades, l’infection peut entraîner une anosmie (perte de l’odorat) et une agueusie (perte du goût). D’après un modèle statistique du groupe de recherche en épidémiologie d’Oxford, la majorité des personnes infectées par le coronavirus du COVID-19 seraient asymptomatiques ou seraient seulement légèrement malades. Selon l’étude de The Lancet citée plus haut, la durée d’excrétion virale (c’est-à-dire, le temps que le corps met à “se laver” complètement d’une infection virale) du coronavirus SARS-CoV-2 est située entre 8 et 37 jours. Une personne peut en effet être encore contagieuse même si aucune particule virale n’est détectée dans ses cavités nasales. Ses poumons peuvent en effet être les seuls à rester infectés.

Des chercheurs brésiliens se sont demandés si l’augmentation des températures, dans un climat subtropical humide, était corrélée à une réduction du nombre de cas de contamination. La réponse est oui mais à nuancer – surtout du fait de l’effet du confinement sur le ralentissement de la propagation du coronavirus du COVID-19. Selon une nouvelle étude, juste parler projetterait des milliers de gouttelettes liquides dans l’air dont certains pourraient rester en suspension plusieurs minutes. Dans le cas d’une personne malade du COVID-19, ces gouttelettes sont concentrées de particules virales.

Comment peut-on s’en protéger en France ?

Une personne présentant des symptômes potentiellement liés au virus, revenant d’un voyage en Chine ou ayant croisé des personnes rentrant du pays ne doit pas se rendre aux urgences, où elle pourrait transmettre le virus à d’autres individus. Elle doit appeler le SAMU via le 15 afin d’entrer en contact avec un médecin régulateur. Si celui-ci estime qu’il y a un risque d’infection, une équipe médicale viendra emmener cette personne directement à l’hôpital où elle sera évaluée. Autrement, le virus reste très peu résistant au milieu extérieur et ne survit pas plus de quelques heures sur une surface inerte sèche. Le lavage de mains et le nettoyage des surfaces suffiraient à l’éliminer. Le ministère de la santé ne recommande pas le port du masque chirurgical pour les personnes non-malades car son efficacité n’est pas démontrée. Il reste néanmoins une “protection barrière” à porter par les personnes malades pour éviter de transmettre le virus. Les patients infectés et hospitalisés sont actuellement traitées avec des antiviraux associés à des antibiotiques et, parfois, de l’oxygénothérapie (qui accentue l’oxygène dans les poumons). Le ministère de la santé a lancé une page web d’informations résumant les réponses aux actions fréquentes et les actions à faire pour les personnes revenant de zones à risque. Un numéro vert a été mis en place pour répondre aux questions des citoyens français : 0800 130 000. Elle rappelle notamment les gestes à effectuer :

  • Se laver les mains régulièrement.
  • Tousser ou éternuer dans son coude.
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique.
  • Porter un masque quand on est malade.

Début avril 2020, l’Académie française de médecine préconise finalement un port du masque généralisé, afin d’éviter la propagation du virus de la part de malades asymptomatiques ou non-diagnostiqués. Pour ne pas ponctionner dans les réserves de masques chirurgicaux ou FFP2 réservés au personnel soignant, elle encourage la fabrication et la distribution de masques “alternatifs”, à destination du “grand public”.

Quelles mesures ont été mises en place pour combattre l’épidémie ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère désormais officiellement l’épidémie comme une “urgence de santé publique à portée internationale”. Elle craint que l’épidémie ne se propage dans des “pays dont le système de santé est plus faible”. L’OMS affirme que limiter les voyages avec la Chine serait contre-productif : cela pourrait favoriser les déplacements illégaux et ainsi faciliter la propagation de l’épidémie. De plus, l’organisation certifie que la situation n’a pas lieu d’être qualifiée de “pandémie”. L’OMS a récemment confirmé la “pénurie mondiale de protections individuelles”, notamment des masques de protection. Elle dit cependant envoyer régulièrement des kits médicaux, des blouses, des gants et des masques à de nombreuses équipes médicales à travers le monde. L’OMS a indiqué que le nombre de contaminations s’était stabilisé mais qu’elle n’était pas encore certaine que le pic de l’épidémie soit passé. L’OMS a indiqué que le nombre de contaminations s’était stabilisé mais qu’elle n’était pas encore certaine que le pic de l’épidémie soit passé. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l’OMS, a estimé que stopper l’épidémie en Chine est “une grande urgence” mais que le virus reste une “très grande menace” à travers le monde. Le 24 février, l’OMS a prévenu le monde entier qu’il devait “se préparer à une éventuelle pandémie et juge l’augmentation soudaine du nombre de cas en Iran, en Italie et en Corée du Sud “très préoccupante”. L’OMS a mis à disposition une page web listant les différences idées reçues concernant le COVID-19. Le CDC, l’agence américaine de contrôle des maladies, a souligné qu’une épidémie locale aux États-Unis pourrait être “très grave”. L’OMS a déclaré, vendredi 28 février, que l’épidémie de ce “virus très dangereux” avait atteint un “point décisif” alors que le nombre de foyers de propagation augmente dans le monde. Samedi 29 février, l’OMS a porté le niveau de menace du COVID-19 à “très élevé au niveau mondial”, le plus haut pour une épidémie. Elle continue de refuser d’en parler comme d’une pandémie, en soulignant que les mesures d’endiguement suffisent à lutter efficacement contre sa progression. Le 9 mars, le directeur de l’OMS a confirmé que la menace d’une pandémie était “devenue bien réelle”. Mais il a souligné qu’elle pourrait constituer la première “pandémie de l’histoire contrôlée”.

L’OMS a encouragé les pays du monde à favoriser l’oxymètre de pouls pour monitorer l’évolution des infections. En effet, cet outil permet de détecter une baisse d’oxygénation, induit par la sévérité de la maladie. Le 11 mars, l’OMS a officiellement considéré la crise du COVID-19 comme une “pandémie”. Son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré : “nous sommes très inquiets des niveaux de diffusion et de dangerosité, ainsi que des niveaux alarmants de l’inaction”. L’OMS a déclaré que cette pandémie constituait désormais la “crise sanitaire mondiale majeure de notre époque”.

A la mi-mai, face à l’assouplissement des mesures de confinement et de distanciation sociale de plusieurs pays, l’OMS préfère prévenir qu’une seconde vague est possible. Plus encore, cette pandémie temporaire pourrait bien devenir permanente.

La situation à Wuhan et plus globalement en Chine

Le gouvernement chinois a placé plus d’une dizaine de communes en quarantaine – soit, plusieurs dizaines de millions de personnes. De nouvelles communes ont été confinées (notamment, celle où siège l’entreprise de vente en ligne, Alibaba). Ces dernières n’autorisent plus qu’une personne par foyer à sortir une fois tous les deux jours pour faire leurs courses. Macao, célèbre ville côtière, a fermé ses casinos. Le début du deuxième semestre scolaire a été reporté pour tous les enfants et étudiants du pays. Plus de 2 000 trajets en train ont été annulés. Hong-Kong bloque tous les trains en provenance de Chine continentale. En pleine période du nouvel an, la Chine a aussi interdit à ses agences de voyage de vendre des forfaits pour des trajets intérieurs ou à l’étranger. Toyota, le constructeur automobile japonais, a fermé plusieurs de ses usines en Chine. Par ailleurs, plusieurs accès à des monuments nationaux sont désormais fermés : plusieurs sections de la Grande muraille de Chine, le tombeau des Ming ou encore la forêt des pagodes. A Shanghai, le parc d’attraction Disneyland a fermé ses portes. L’étape de la Coupe du monde de ski, prévue en Chine, a été officiellement annulée.

Le gouvernement chinois a ordonné la construction d’urgence de deux hôpitaux près de Wuhan, pour accueillir 2500 malades du COVID-19. Le premier des deux a ouvert le 3 février. Le second a ouvert ce jeudi 6 février. En parallèle de cette épidémie, la Chine a annoncé l’apparition d’une grippe aviaire, H5N1, dans une province au sud de Wuhan. Plusieurs milliers de volailles ont été abattues mais aucun cas humain n’a été recensé à ce jour. Une hotline, destinée aux ressortissants étranger, a été mises en place en Chine. Le grand prix de Formule 1 de Pékin a été reporté au mois d’avril. Le gouvernement chinois a mis en place un système permettant à ses citoyens de détecter si oui ou non ils ont été en contact avec une personne malade. Le gouvernement chinois a exempté certains équipements médicaux de droits de douane, afin de les fournir à la lutte contre l’épidémie. Il est actuellement critiqué pour avoir arrêté un militant des droits de l’homme et un intellectuel chinois ayant dénoncé sa gestion de la crise. Trois journalistes du Wall Street Journal ont été sommés de quitter le pays après un article jugé raciste et intitulé “China is the real sick man of Asia”. Le gouvernement chinois a annulé la réunion du Parlement – une première en 30 ans. Il a aussi décidé d’interdire “complètement” le commerce d’animaux sauvages. Les autorités chinoises ont mis en place des patrouilles spéciales à cheval pour informer et examiner les populations reculées. Les écoliers et étudiants chinois de la ville de Wuhan, toujours en confinement, auraient trouvé un moyen de sécher même les cours à distance. Ceux-ci sont donnés via une application appelée DingTalk. Les jeunes Chinois en quarantaine se sont concertés pour lui donner la pire note possible sur l’App Store d’Apple, forçant ce dernier à l’écarter automatiquement de son catalogue. Au 9 mars, le gouvernement chinois a autorisé la réouverture partielle de certaines structures du pays : Disneyland, magasins Ikea, etc. La province du Hubei profite, dès le 10 mars, la levée de plusieurs restrictions de déplacement pour ses habitants. Un QR Code délivré à chacun par le gouvernement les informe de leur état de santé “officiel” et leur octroie ainsi plus de mobilité à l’intérieur de la zone de confinement. La ville de Pékin met désormais n’importe quelle personne arrivant d’un pays étranger en quarantaine. Shanghai a rouvert certains sites touristiques de manière partielle. La Chine a fait parvenir mercredi un million de masques destinés à la France pour combattre la pandémie.

Le 8 avril prochain, Wuhan, foyer de la pandémie, va enfin lever ses restrictions de déplacement. Les personnes souhaitant entrer ou sortir du Hubei ou de Wuhan devront d’abord présenter un QR code « vert » sur leur téléphone. En parallèle de cette pandémie, un homme de la province de Yunnan serait mort d’une infection à l’hantavirus. Cette famille de virus portés par les rongeurs est transmis dans de rares cas à l’être humain, lorsqu’un individu rentre en contact avec des matières fécales d’animaux malades. Elle peut provoquer des syndromes respiratoires ou des fièvres hémorragiques selon le virus. En Chine, certains cinémas rouvrent leurs portes. Les commandes d’urnes funéraires explosent en Chine. D’après certaines informations, cela pourrait être dû à un nombre de victimes du coronavirus beaucoup plus élevé que celui que recense les autorités chinoises. Le comté de Jia a été mis en quarantaine suite à la présence de nouveaux cas revenus de l’étranger.

L’actualité de l’épidémie à l’international (France, USA, Japon, etc.)

  • Les mesures gouvernementales, à l’étranger

La Russie a annoncé fermer ses frontières avec la Chine jusqu’à nouvel ordre. Elle prévient qu’elle se dit prêt à expulser “les étrangers porteurs du virus”. La sécurité du président Vladimir Poutine exigerait de mesurer la température de chaque personne l’approchant. Dans une ville russe à la frontière de la Chine, le port du masque chirurgical est devenu obligatoire pour les commerçants et autres métiers en contact avec le public. États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Irak, Israël et Philippines ont interdit l’entrée sur leur territoire aux étrangers s’étant récemment rendus en Chine. L’Italie, présentant deux cas de contamination, a proclamé l’état d’urgence et a interdit tous les vols en provenance ou en direction de la Chine. De nombreux véhicules de transports (cars et avions) en provenance d’Italie sont retenus dans divers endroits du monde. Des mesures de confinement ont été mises en place dans des villes du nord du pays. Hong-Kong refuse désormais l’accueil de non-résidents en provenance de Corée du Sud. Le Royaume-Uni – qui a recensé quatre nouveaux cas – considère l’épidémie comme une “menace grave et imminente”. Le gouvernement britannique a renforcé ses mesures préventives : les autorités médicales peuvent désormais forcer un patient à rester en confinement jusqu’à nouvel ordre sans possibilité pour lui de se libérer de la quarantaine. En Turquie, un vol commercial en provenance d’Iran a été mis en quarantaine en attendant de tester les passagers. Pour cela, un hôpital sera spécialement aménagé à Ankara. Le gouvernement américain a demandé le déblocage d’urgence d’un budget de 2,5 milliards de dollars pour financer la lutte contre l’épidémie dans le pays. L’Irak a décidé de fermer tous ses lieux publics jusqu’au 7 mars. L’Arabie Saoudite refuse les pèlerins de La Mecque jusqu’à nouvel ordre. Le Premier ministre japonais appelle à fermer temporairement les école publiques du pays. Le gouvernement italien a ordonné le confinement de 11 communes du nord du pays. Russie et l’Allemagne ne pratiquent plus aucune exportation de masques chirurgicaux jusqu’à nouvel ordre. Le gouvernement italien a ordonné la fermeture de toutes les écoles et des universités du pays et l’annulation des spectacles et événements sportifs au moins jusqu’au 15 mars. Le gouvernement israélien refuse désormais d’accueillir des ressortissants provenant de pays concernés par l’épidémie. New-Delhi, la capitale indienne, a décidé de fermer toutes ses écoles primaires. Plusieurs écoles et universités de Grèce ont fermé. La ville de Santa Clara, en Californie, limite les rassemblements de plus de 1000 personnes : la Worldwide Developers Conference d’Apple s’en retrouve menacée ais reste maintenue jusqu’à nouvel ordre. L’université de Stanford a mis en place des cours à distance pour l’ensemble de ses étudiants. Toujours aux États-Unis, le gouvernement de Donald Trump a accordé aux produits médicaux venant de Chine (gants, masques, etc) de passer la frontière américaine sans subir de taxes supplémentaires. Le Président américain a aussi signé un budget de 8,3 milliards pour contribuer à l’élaboration de moyens médicaux de lutte contre l’épidémie. 3 milliards seront consacrés à assister la production d’un vaccin. L’Allemagne, où il est recensé plus de 1000 cas au 9 mars, a adopté plusieurs mesures économiques pour soutenir les entreprises mises en difficulté par l’épidémie – notamment une enveloppe de 12,8 milliards pour soutenir l’investissement de nouvelles infrastructures. Le gouvernement indien bannit désormais tous les paquebots étrangers d’accoster. Le Japon a approuvé plusieurs mesures d’état d’urgence au cas où celui-ci devait être déclaré en amont des Jeux olympiques de cet été. Celles-ci comportent notamment le confinement de force et la réquisition de bâtiments pour leur transformation en établissements médicaux improvisés. La Slovaquie interdit l’accès à tous les étrangers (sauf les Polonais).

Les 108 cas du comté de Winchester, dans l’état de New- York, aux Etats-Unis, seront confinés dans une zone d’un kilomètre et demi dans la ville de New-Rochelle. L’Autriche a fermé ses musées et aussi suspendu tous les trajets en train vers et depuis l’Italie. En Ukraine, la capitale, Kiev, a décidé de fermer l’ensemble de ses établissements scolaires. La Pologne a fermé écoles, cinémas et théâtres pendant les deux prochaines semaines. La Colombie et l’Argentine isolent désormais automatiquement les personnes venant de pays à risque. Le Salvador interdit son accès à tous les étrangers. Le Koweït a suspendu toutes ses liaisons aériennes. Le 13 mars, la République Tchèque a décidé de fermer complètement ses frontières L’Inde ne délivre plus de visas de tourisme et impose quatorze jours de confinement à toute personne provenant de Chine, Italie, Iran, Corée du Sud, France, Espagne ou d‘Allemagne.

Les États-Unis ont interdit à n’importe quel citoyen européen de pénétrer sur le territoire durant les 30 prochains jours. L’Irlande a fermé tous ses établissements scolaires. La Slovaquie interdit l’accès à tous les étrangers (sauf les Polonais). Manille, capitale philippine, a été mise en quarantaine. La Norvège a pris des mesures drastiques : fermeture des écoles, mises en quarantaine, voyages limités, etc. Le Népal interdit désormais l’accès au mont Everest, pour dissuader les touristes de se rendre dans le pays. Le Luxembourg ferme aussi ses écoles et interdit les visites aux personnes âgées. A Barcelone, la finalisation de la construction de la Sagrada Familia est encore reportée. L’Espagne ferme les terrasses des cafés et restaurants et les fermetures de bars sont recommandées. La police espagnole utilise désormais des drones pour enjoindre les citoyens à rester chez eux. A New-York, les restaurants et les cafés sont fermés et ne peuvent délivrer que des plats à emporter jusqu’à nouvel ordre. Idem pour Los Angeles, de l’autre côté du pays. La Hongrie décide, à son tour, de fermer les frontières. La Suisse interdit les rassemblements de plus de 5 personnes. Le Brésil a déclaré l’état d’urgence à Rio de Janeiro et Sao Paulo, après la confirmation d’un premier décès dans le pays le 17 mars. L’Algérie a ordonné la fermeture des mosquées et d’autres lieux de culte. Les Pays-Bas ferment les “coffee-shops” mais autorisent les ventes de cannabis à emporter.

A compter du 8 mars, en Italie, le nord du pays – la région de la Lombardie ainsi qu’une douzaine d’autres provinces – a été officiellement placé en confinement jusqu’à nouvel ordre. Les déplacements de l’intérieur vers l’extérieur, et vice-versa, ainsi que ceux uniquement à l’intérieur de la zone confinée sont restreints. 16 millions de personnes y vivant devront se doter d’autorisations particulières pour se rendre sur le lieu de travail ou à un rendez-vous médical. Tous les rassemblements publics, privés (mariages et funérailles inclues) ou culturels sont interdits. Les citoyens italiens de la zone devront aussi garder une distance d’un mètre entre eux. Le non-respect de ces règles sera sévèrement puni par les autorités. A partir du mardi 10 mars, le gouvernement italien a étendu l’ensemble de ses mesures de confinement généralisé à l’ensemble du pays au moins jusqu’au 3 avril. Le gouvernement de Rome aurait débloqué 25 milliards d’euros pour lutter contre l’épidémie. Le confinement généralisé a été prolongé au-delà du 3 avril.

L’Union européenne clôt ses frontières avec le reste du monde pour trente jours. En Israël, le Service de sécurité intérieure est désormais capable de traquer les malades et les personnes possiblement contaminées grâce aux donnés mobiles de leurs smartphones. Le Groenland interrompt le trafic aérien et ferme ses écoles. Le Royaume-Uni, qui a dépassé le seuil des 100 victimes le 19 mars, a ordonné la fermeture de tous ses établissements scolaires. Le métro londonien est partiellement fermé aussi. Le Mexique (moins de 120 cas) a, quant à lui, uniquement reporté les vacances de Pâques. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ne reçoivent plus aucun étranger sur leur territoire. Hokkaido, l’île nord du Japon, lève l’état d’urgence face à la diminution des contaminations. L’Irlande a mobilisé un stade à Dublin pour le transformer un “drive-in” : les personnes pourront s’y rendre pour réaliser un test de dépistage. Le Luxembourg ferme son aéroport. Le gouvernement hong-kongais distribue des bracelets GPS pour localiser les malades et les personnes avec qui ils ont été en contact. L’Union européenne a demandé aux plateformes de streaming de réduire leur débit sur la bande passante afin de ne pas paralyser le réseau Internet pendant le confinement. Le Sri-Lanka a mis en place un couvre-feu. Le Brésil interdit désormais l’entrée aux Européens et aux Asiatiques. 40 millions d’Américains, habitants dans l’état de Californie, ont été placés en confinement. L’Arabie Saoudite suspend tous les transports publics. L’Autriche restera confinée jusqu’au 13 avril. En Allemagne, la Bavière se confine aussi. Les États-Unis ne délivrent plus aucun visa d’entrée jusqu’à nouvel ordre. L’Arabie Saoudite a mis en place un couvre-feu. Hong-Kong refuse désormais l’entrée à tous les non-résidents. La Nouvelle-Zélande se confine pour au moins un mois. Après un problème à la douane Tchèque concernant des lots de masques venus de Chine à destination de la France, des millions de masques envoyés en Allemagne auraient été perdus au Kenya. L’Egypte met en place un couvre-feu nocturne pour les deux prochaines semaines à venir. À Taïwan, certains malades ou cas suspects sont obligés de porter un bracelet électronique pour être géolocalisé à tout moment. Le gouvernement américain a approuvé un nouveau kit de dépistage dont les résultats s’obtiennent en 45 minutes. La Belgique a approuvé un test similaire, qui recevrait des résultats en seulement 15 minutes. Une autre société américaine, Abbott, a reçu l’autorisation de déployer des kits de détection capables d’obtenir des résultats en seulement 5 minutes. L’Inde décide du confinement généralisé de ses habitants. Le président américain, Donald Trump, est actuellement accusé d’avoir tenté de racheter l’exclusivité des recherches de vaccin d’une société privée allemande, CureVac. L’Iran prévoit de couper toutes les communications routières et ferrées entre les différentes villes du pays. La Commission européenne a demandé aux opérateurs téléphoniques, dont Orange, des différents pays d’Europe de leur fournir des données mobile pour juger l’efficacité des mesures de confinement. Plusieurs villes ont été placées en quarantaine en Grèce. Dès ce week-end, la Russie fermera tous les cafés et restaurants du pays.

Les États-Unis ont autorisé l’usage de la chloroquine (anti-viral utilisé contre le paludisme) dans les hôpitaux pour traiter les malades. A New-York, un hôpital d’urgence a été positionné à Central Park. Contrairement à ses voisins européens, l’Allemagne pratiquerait entre 300 000 et 500 000 tests de dépistage chaque jour pour placer les malades en quarantaine plutôt qu’à l’hôpital. La police néo-zélandaise a mis en place un site pour signaler anonymement les personnes n’ayant pas respecté les règles de confinement. L’Autriche généralise le port du masque pour ses citoyens, lors de leurs courses en supermarché. Pour désengorger ses prisons et ainsi limiter les risques de contamination à l’intérieur, l’Irlande du Nord va libérer, de manière anticipée, près de 200 prisonniers. Le Mexique a déclaré “l’état d’urgence sanitaire” à son tour, jusqu’au 30 avril. La Russie envoie un avion chargé de masques et de matériels médicaux aux États-Unis. L’ONU et l’Organisation mondiale du commerce craignent une “pénurie alimentaire”, due à l’arrêt de nombreuses chaînes de production. La NASA a décidé de mettre ses ingénieurs au service de l’élaboration de solutions pour améliorer la lutte contre la pandémie. Les États-Unis auraient racheté des lots de masque commandés par la France à la Chine. Au Panama, les jours de sortie de confinement seraient partagés entre les hommes et les femmes. L’hôpital de Nightingale, construit en urgence à Londres, a ouvert ce vendredi 3 avril. Le Japon a enclenché un état d’urgence dans 7 des 47 départements du pays pour un mois. Le port du masque est devenu obligatoire pour tous en Équateur. Les États-Unis a conclu un marché avec la société 3M pour recevoir 55,5 millions de masques par mois prochainement. La ville de New-York a transformé la cathédrale de Saint-Jean le Théologien en hôpital improvisé. Des anti-5G ont dégradé des antennes téléphoniques et réseau en Angleterre selon la théorie complotiste que la 5G serait à l’origine du virus. Des Britanniques anti-5G, accusant les fréquences du nouveau réseau de télécommunication d’être à l’origine du virus, s’en sont pris à des antennes téléphoniques à Birmingham, coupant des communications et réseau Internet essentiels pour des soignants. Le monde entier fera bientôt face à une pénurie de préservatifs face à l’arrêt prolongé de plusieurs usines en Malaisie, dont celles de la société Karex qui produirait 20% des préservatifs vendues en France. L’Américain Chris Cassidy de la NASA et les Russes Anatoli Ivanichine et Ivan Vagner de Roskosmos ont été envoyés dans l’ISS depuis le Kazakhstan après plusieurs semaines d’isolation. Une huitième région, la préfecture d’Aichi, va rejoindre d’elle-même les mesures d’état d’urgence japonaises actuellement appliquées notamment à Tokyo et Osaka. L’Union européenne va consacrer un plan d’urgence de 540 milliards d’euros pour lutter contre la crise économique provoquée par la pandémie. Alors que le nombre de cas recensés officiellement ralentit, l’Iran a décidé d’interrompre son confinement pour relancer son économie. L’Inde décide de poursuivre le confinement jusqu’au 3 mai.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a décidé de suspendre le financement que son pays verse à l’OMS dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Cette mesure s’inscrit, selon lui, face aux suspicions croissantes de fausses informations délivrées par la Chine au début de la pandémie. Une étude “pour examiner son rôle dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus” sera effectuée par les services de renseignements américains dans les prochains mois. Cette décision a été évidemment décriée par l’OMS elle-même mais aussi par des dirigeants de l’Union européenne. L’État de Floride a désigné les shows de catch produits et diffusés par la WWE de “service essentiel”, au même titre que les super-marchés et les hôpitaux. Après un mois de fermeture, les écoles se sont rouvertes au Danemark. L’Allemagne a, quant à elle, décidé de prolonger ses mesures de confinement (dont la fermeture des établissements scolaires) au moins jusqu’au 3 mai. Le ministère des Affaires étrangères chinois aurait annoncé le recensement de 1 300 nouveaux décès à Wuhan. Il en aurait aussi profité pour nier toute dissimulation d’informations suite à de nombreuses accusations, notamment de la part du président américain, Donald Trump. La Russie aurait officiellement autorisé l’utilisation de l’hydroxychloroquine (ou chloroquine) pour traiter les malades du COVID-19. L’État de New-York autorise désormais les couples à se marier par vidéo-conférence, durant cette période de confinement. Le New-York Times rapporte que des membres des services de renseignement américains affirment que leurs homologues chinois ont diffusé des fausses informations, concernant le confinement des Etats-Unis notamment, pour inciter à la panique et à défavoriser le gouvernement américain.

Après l’assouplissement des mesures de confinement depuis quelques semaines, de nouveaux cas de contamination ont été recensés aux environs de Wuhan (foyer de la pandémie), en Chine, et à Séoul, en Corée du Sud. Le gouvernement coréen a aussitôt exigé, une fois de plus, la fermeture de tous les bars et des boîtes de nuit de la capitale. En Inde, l’application de “contact tracing” du gouvernement, appelée Aarogya Setu (pour “pont de santé”), est récemment devenue obligatoire pour les travailleurs et les personnes confinées dans certaines zones du pays. Le National Parks Board de Singapour fait patrouiller un robot-chien Spot, de Boston Dynamics, dans le parc Bishan-Ang Mo Kio, où il donne via un haut-parleur des conseils sur la distanciation physique.

Des hackers potentiellement mandatés par le gouvernement chinois auraient redoublés d’effort pour tenter de voler des données confidentielles de recherche médicale aux États-Unis. Le FBI et la CISA, agence gouvernementale de cybersécurité, accusent la Chine de mettre en danger la sûreté de ses services de santé et des vaccins sur lesquels ils travaillent.

  • Les mesures en France

En France : des affiches et des fascicules informatifs sont distribués dans les aéroports. De plus, à Paris, les hôpitaux Bichat et de la Pitié-Salpêtrière possèdent chacun sept chambres de confinement spécialisées. Dans le cadre de la campagne française des municipales, Agnès Buzin a démissionné de son statut de ministre de la santé pour s’y consacrer. Son successeur, le neurologue Olivier Véran, tiendra une réunion de crise ce mardi 18 février. Le nouveau ministre de la santé a affirmé que des lits dans plus de 108 hôpitaux avaient été rendus disponibles en France pour recevoir des malades du coronavirus. Par ailleurs, la ville de Nice a demandé aux personnes revenant d’Italie de se mettre en quarantaine et aux entreprises d’autoriser plus massivement le télétravail de leurs employés. En Outre-mer, cinq hôpitaux ont été habilités à recevoir des malades du coronavirus. En Polynésie, des contrôles de température ont été mis en place à l’aéroport de Faa’a tandis qu’en Guadeloupe, les bateaux doivent fournir des certificats sur l’état de santé des voyageurs avant d’accoster. 2000 élèves revenus d’une zone à risque ont été priés de rester chez eux pendant 14 jours. Le gouvernement français a suspendu tout événement susceptible de rassembler 5 000 personnes ou plus jusqu’au 31 mai. Le 8 mars, le gouvernement français a modifié cette suspension, interdisant les rassemblements de 1000 personnes ou plus. Le ministère français de l’éducation a suspendu tous les voyages scolaires à l’étranger et dans les zones considérés à risque sur le territoire français (le Morbihan, l’Oise et la Haute-Savoie). 260 millions d’euros ont été débloqués par le gouvernement pour soutenir financièrement les hôpitaux français. Le gouvernement a aussi ordonné le réquisitionnement des masques pour les délivrer aux services de santé. Les masques chirurgicaux ne seront désormais délivrés que sur ordonnance médicale. Le gouvernement français limite à 3 euros le prix des 100 ml de gels hydroalcooliques. Après une réunion de crise à l’Elysée, le professeur Jean-François Delfraissy, spécialiste des maladies infectieuses, a déclaré que le “stade 3” de gestion de l’épidémie pourrait être déclaré dans quelques jours voire dans une à deux semaines. Cette phase impliquerait notamment la suspension de transports en commun, une restriction des rassemblements et des fermetures d’écoles.

Au 9 mars, déjà 300 000 élèves français, principalement du Haut-Rhin et de l’Oise, n’ont plus à se rendre à l’école. Les établissements scolaires de la ville d’Ajaccio, en Corse (qui compte 28 malades), sont fermés pour au moins deux semaines. Le gouvernement français a interdit les visites dans les Ehpad et dans les unités de soins de longue durée, pour éviter la contamination des personnes âgées ou fragiles. Les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits en Corse. L’université de Tolbiac à Paris a été fermée après la détection d’un nouveau cas. Les élections municipales sont maintenus mais les votants devront respecter un mètre de distance entre eux. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que tous les établissements scolaires – crèches, écoles primaires, collèges, lycées et universités – seront fermées jusqu’à nouvel ordre. Le télétravail sera favorisé et le chômage partiel sera pris en charge par l’État. Les parents d’enfants scolarisés qui ne peuvent pas accéder au télétravail profiteront d’un arrêt de travail automatique. Depuis le samedi 14, tous les magasins non-essentiels « à la vie du pays », comme les restaurants, les discothèques et les cafés sont fermés. Le gouvernement français a officiellement déclenché le “stade 3” – le plus élevé – de gestion de la crise sanitaire. Dans un nouveau décret, le gouvernement français a listé les établissements et commerces qui pourraient rester fermés ou ouverts ces prochaines semaines jusqu’à nouvel ordre :

  • Fermeture : salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles, les magasins de vente et centres commerciaux, les restaurants et les bars, les salles de danse et salles de jeux, les bibliothèques, les salles d’expositions, les établissements sportifs couverts, les musées, les chapiteaux, tentes et structures, les établissements d’éveil, d’enseignement, de formation, centres de vacances et centres de loisirs sans hébergement.
  • Ouverture : les lieux de culte, les garages, les magasins alimentaires, commerce d’équipements automobiles, commerce et réparation de motocycles et cycles, les stations essence, les bureaux de tabac-presse, les pharmacies, les animaleries, les hôtels, les agences d’intérim, les banques, les blanchisseries et les pompes funèbres.

Le 16 mars, le président de la République a annoncé que le second tour des élections municipales serait reporté. Il a aussi renforcé les mesures de confinement du pays pour les 15 jours à venir. À partir du 17 mars à midi, les sorties ne seront autorisées qu’une fois muni d’une attestation officielle détaillant son déplacement (attention : cette attestation n’est pas tolérée en version numérique). Le non-respect de cette règle et d’autres (comme les rassemblements ou l’entrée dans un parc) sera sévèrement sanctionné. L’Armée et la Police sont mobilisées pour les mettre en œuvre si besoin. Par ailleurs, une aide de 45 milliards d’euros devrait être débloquée pour éviter un maximum de licenciements ou de chômages partiels pour les entreprises et employés français. Dans les prisons, les parloirs et visites sont interdits jusqu’au 31 mars. Une émeute a déjà éclaté à ce sujet dans une prison de Grasse. A Paris, des gymnases ont été ouverts pour accueillir les sans-abris. Le gouvernement a aussi envoyé un SMS d’information à (presque) tous les français. Il pense aussi proposer un projet de loi “d’état d’urgence sanitaire”. Dans le Morbihan, l’accès aux plages et sentiers côtiers est désormais interdit. Pour les personnes présentant des pathologies cardiaques ou respiratoires et pour les femmes enceintes, la procédure d’arrêt de travail sera simplifiée. La session finale de la Convention citoyenne pour le climat, censée apporter des solutions en matière de gestion environnementale, est reportée. La basilique du Sacré-Coeur à Paris, située en haut de la butte Montmartre, a fermé ses portes – une première dans l’histoire de ce monument. La préfecture de police de Paris a mis en place un couvre-feu interdisant l’accès aux voies sur berge de la Seine ainsi qu’aux pelouses et esplanades des Invalides et du Champ de Mars à partir de 14h en semaine puis tout le week-end. Le ministère de l’enseignement supérieur aurait débloqué un budget d’urgence pour la recherche scientifique et médicale de 50 millions d’euros. Le parc de la Citadelle de Lille est fermé. A Nice, des drones policiers survolent la ville pour inciter les gens à se confiner et un couvre-feu a été déclaré à partir de 20h. La SNCF indique ne garantir que 15% de son trafic habituel. Le 23 mars, la SNCF a décidé de rendre les trajets en TGV ou Intercités gratuits pour les professionnels du médical et paramédical. La Roche-sur-Yon et Cholet, dans les Pays de la Loire, ont mis en place un couvre-feu entre 21h et 5h du matin. Saint-Pierre et Miquelon suspend tout accès partagé avec le continent.

Le 24 mars, la France a déclaré officiellement “l’état d’urgence sanitaire”. Celui-ci va lui permettre d’endurcir certaines mesures comme la limitation de la circulation ou la fermeture de certains établissements. Sortir de chez soi pour faire du sport seul à l’extérieur ne peut plus dépasser une heure. Par conséquent, une nouvelle attestation de sortie rend désormais invalide la précédente. Le gouvernement en a aussi profité pour accentuer les sanctions : le non-respect d’une des mesures de confinement peut entraîner une amende de 135 euros. Par ailleurs, les marchés seront suspendus à Paris. Le ministère de l’Agriculture a appelé les personnes en interruption d’activité à candidater pour des postes dans le secteur agricole pour soutenir la production de produits alimentaires. En Guyane, Cayenne a mis en place un couvre-feu à partir de 20h. Des hôpitaux parisiens auraient été victimes d’une cyberattaque ce week-end (21-22/03). A partir du 26 mars, les métros et RER d’Île-de-France ne seront ouverts que de 6 heures à 22 heures. Plusieurs stations – comme Alésia, Bourse, Campo Formio ou Pernety — seront fermées. La ville Nancy a aussi mis en place un couvre-feu. 5,5 millions de masques, fabriqués en Chine, sont arrivés à l’aéroport de Roissy, près de Paris, le lundi 30 mars. 10 millions supplémentaires sont attendus plus tard dans la journée. Le président de la République a annoncé que 10 000 respiratoires étaient en production et devraient être livrés en urgence dans les hôpitaux français d’ici fin-mai. Les laboratoires de la police technique et scientifique et de la gendarmerie ont été mobilisés pour les analyses de tests du COVID-19 et ainsi déchargés les hôpitaux. La Guadeloupe et la Martinique ont mis en place un couvre-feu de 20h à 5h du matin. A l’avenir, le gouvernement français ne prévoit pas un “déconfinement” généralisé mais au tour-par-tour, par région – de la moins touchée à la plus touchée. Une version numérique de l’attestation de déplacement dérogatoire sera accessible et autorisée dès le lundi 6 avril : téléchargez-la ici. Les épreuves du Bac 2020 seront évaluées au contrôle continu uniquement. Plus d’un million de masques devrait partir vers les Antilles par l’océan Atlantique. La ville de Nice veut fournir un masque ré-utilisable et lavable à ses habitants, suite aux nouvelles préconisations de l’Académie de médecine.

Le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé que les tests de dépistage sérologique (et donc sanguin) seront remboursés par la Sécurité sociale. La France aurait commandé deux milliards de masques à la Chine livrés jusqu’à la fin du mois de juin. Dès le 8 avril, les activités sportives en extérieur seront interdites de 10h à 19h. Elles seront donc, à l’inverse, autorisées de 19h à 10h. La ville de Biarritz interdirait de rester assis à l’extérieur plus de deux minutes. L’AP-HP a investi deux millions d’euros dans l’installation de 60 imprimantes 3D pour produire des visières de protection et des embouts d’appareils respiratoires pour pallier aux manques. Le gouvernement plancherait sur une application mobile, StopCovid, qui permettrait aux citoyens de signaler les personnes ayant été en contact avec un malade “sur la base du volontariat”. Les pharmacies françaises sont désormais habilitées à accueillir les victimes de violence conjugale, actuellement en hausse depuis le début du confinement. Depuis le 8 avril, toute personne souhaitant se rendre en France depuis l’étranger doit se munir d’une nouvelle attestation obligatoire de déplacement international. La Poste a annoncé qu’elle rouvrirait bientôt plusieurs de ses bureaux et ré-augmentrait la cadence de distribution du courrier. Le gouvernement français a déclaré prolonger la durée du confinement au-delà d’un mois, donc au-delà du 15 avril. Une morgue provisoire a été installée dans l’un des halls des marchés de Rungis. En Seine-et-Marne, une liste de chasseurs est désormais habilitée à signaler des écarts concernant les règles de confinement aux forces de l’ordre. La Polynésie française restera confinée jusqu’au 29 avril.

Le lundi 13 avril, le président Emmanuel Macron a confirmé la prolongation du confinement jusqu’au lundi 11 mai. Il prévoit, si le nombre de malades se réduit, la réouverture des établissements scolaires. Cependant, les bars, restaurants et les cinémas ne rouvriront pas leurs portes le 11 mai. Il a aussi soutenu la production de masques “grand public” et le développement d’une application de “contact tracing”, surnommée StopCovid. La chanteuse Lady Gaga s’est adressée directement au président français Emmanuel Macron sur Twitter afin de susciter l’appui politique et financier de son gouvernement dans la lutte contre le COVID-19. L’IVG médicamenteuse, prescrite à domicile, est désormais autorisée temporairement pour les neuf semaines à venir. Durant une allocution du Premier ministre français, Édouard Philippe, et du ministre de la Santé, Olivier Véran, le 19 avril il a été annoncé que la reprise à “la vie normale” ne s’effectuera “pas avant longtemps” mais que le confinement généralisé permet d’abaisser le nombre de patients en réanimation actuellement. De plus, les visites dans les EHPADs ont été ré-autorisées pour les personnes âgées selon certaines contraintes strictes. En Île-de-France, excepté à Paris et dans quelques communes du Val-de-Marne, l’interdiction de pratiquer des activités sportives en extérieur entre 10h et 19h a été levée. Pour les abonnés mensuels et annuels au pass Navigo, Navigo Senior et Imagine R, Île-de-France Mobilités va proposer un remboursement pour le mois d’avril et les onze premiers jours du mois de mai entre 100 et 50 euros.

Jean-Michel Blanquer a dessiné quelques lignes du plan de retour à l’école à partir du 11 mai. Des classes restreintes à 15 élèves au maximum et une rentrée progressive sur trois semaines sont notamment retenues. Dès le 30 avril, les buralistes se chargeront de la vente de masques lavables et ré-utilisables à destination du grand public. En parallèle, si le port du masque devient obligatoire dans les transports, Île-de-France Mobilités envisage leur distribution gratuite. La vente de masques a été ré-autorisée en pharmacie, près de deux mois après son interdiction. Si les masques chirurgicaux et FFP2 restent réservés aux services médicaux, les masques “alternatifs” en tissu, lavables ou jetables, de type 1 (filtration à 90%) et de type 2 (filtration à 70%) sont disponibles.

Les chercheurs de l’Inria ont aujourd’hui publié ce qu’ils appellent le protocole ROBERT, pour “ROBust and privacy-presERving proximity Tracing”, que devra impérativement respecter l’application StopCovid si elle doit voir le jour. Selon l’Inria, ce protocole permet de garantir un “traçage numérique” décentralisé sur la base de la seule utilisation des méta-données Bluetooth, de manière totalement anonyme et volontaire. Néanmoins, Apple empêche ses smartphones de délivrer des données Bluetooth si l’application qui l’emploie est en arrière-plan. Pour que l’application de “contact tracing” du gouvernement français, StopCovid, fonctionne au mieux, le secrétaire d’État au numérique veut faire changer cela. Le commissaire européen au Marché intérieur s’est entretenu avec Apple et Google. Il n’a néanmoins pas évoqué la question du Bluetooth, sur lequel se basera la future application de “contact tracing”, StopCovid, et qui pose problème du côté d’Apple. Alors que le déconfinement promis approche, le traçage numérique est au cœur de tous les débats. Avec StopCovid, la France privilégie le développement d’une base de données centrale partagée pour collecter les données anonymes des utilisateurs. L’Allemagne, jusque -là de son côté, aurait changé d’avis pour privilégier une conception décentralisée. Les débats prévus au Parlement pour décider de l’avenir du projet StopCovid approchent. La CNIL en a offert un rapport positif mais qui appelle à la vigilance, surtout en matière de sécurité informatique.

Un sondage réalisé récemment par l’Ifop montrait que 46% des Français se disent prêts à activer sur leurs smartphones l’application StopCovid en phase de développement. Aux États-Unis, un sondage équivalent donne un résultat quasiment similaire, avec cette fois 50% des utilisateurs de smartphones affirmant qu’ils se serviront d’une app de traçage des contacts « sûrement ou probablement ». Apple et Google ont donné cette semaine aux développeurs un avant goût de leur interface de programmation commune baptisée Exposure Notification et destinée aux applications de « contact tracing ». La version finale est toujours attendue dans deux semaines environ. L’avenir de l’application de “contact tracing” souhaitée par le gouvernement français, StopCovid, ne sera finalement décidé au Parlement qu’après le début annoncé du déconfinement, une fois les premiers tests réalisés.

Alors que les transports d’Île-de-France se préparent à une distribution massive de masques pour le retour des voyageurs, la pratique du vélo devrait bientôt être à nouveau autorisée plus pleinement. Pour reprendre le travail le 11 mai prochain, certains miseront donc sur le vélo. C’est du moins ce qu’encourage le gouvernement français avec sa nouvelle mesure. L’État va offrir 50 euros pour les réparations des bicyclettes et vélos. Si la facture ne dépasse pas cette somme, le cycliste n’aura rien à débourser. Le déconfinement ne se fera pas sans masque, en France. Après les pharmacies et les buralistes, les super-marchés pourront vendre des quantités limitées de masques jetables ou réutilisables. Leur prix reste néanmoins encore débattu.

Pour rappel, ce lundi 11 mai débute la première phase du “déconfinement” sanitaire de la France. Certains commerces et établissements scolaires rouvrent ainsi que certaines entreprises dont l’activité ne peut se reposer sur le télétravail (a contrario, il est fortement encouragé). Par ailleurs, les déplacements dans un rayon de 100 kilomètres sont à nouveau autorisés à moins de porter un masque et de se munir d’une attestation dans certains cas. La loi d’état d’urgence sanitaire, que le gouvernement espérait prolonger l’effet jusqu’à la mi-juillet, n’a pas été promulguée et sera ré-examinée par le Conseil constitutionnel prochainement. Pour évaluer les risques dans le métro, la RATP fait appel aux caméras intelligentes. Depuis le 11 mai, 6 caméras mesurent le nombre de voyageurs qui portent bien un masque. La RATP précise que le but n’est pas de verbaliser.

Depuis lundi, les drones de la Préfecture de Police de Paris sont cloués au sol. L’association de la Quadrature du Net et la Ligue des droits de l’Homme ont dénoncé cette pratique qui portait “une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie privée.” Le tribunal administratif de Paris leur a donné raison.  Le vélo serait-il le moyen de transport idéal pour respecter les mesures de distanciation sociale mises en place durant ce déconfinement ? Pour pousser à son adoption, le gouvernement propose une aide financière, et Décathlon vient de lancer une offre de location longue durée, à partir de 27,90 euros par mois.

  • Le cas des bateaux de croisière

Enfin, le Diamond Princess, un navire de croisière a été mis en quarantaine au large de Yokohama, au Japon, car plus de 500 (dont plusieurs dizaines de nouveaux cas) des quatre milles personnes à bord (dont du personnel) seraient contaminées. Des iPhones leur auraient été fournies pour rester informer. Plusieurs pays souhaitent en extirper leurs ressortissants. Un médecin japonais spécialiste des épidémies s’est mis volontairement en quarantaine après avoir visité les malades du Diamond Press. Selon lui, la gestion de l’épidémie à bord est désastreuse. L’un des passagers encore à bord serait décédé cette semaine. Deux passagers australiens ont été testés positifs au virus après en être sortis. L’équipage du Diamond Princess débarque progressivement du navire. Un autre bateau, à Hong-Kong, est à l’arrêt et ses passagers forcés de rester confinés. Sa quarantaine devrait s’interrompre le 19 février. Au Cambodge, des milliers de passagers et membres d’équipage débarqués du paquebot Westerdam sont recherchés après qu’une passagère américaine ait contracté la maladie. Sa contamination n’a été confirmée qu’à Kuala Lumpur, en Malaisie, alors qu’elle tentait de prendre un avion pour rentrer chez elle. Un nouveau navire de croisière, le Grand Princess, est actuellement (au 5 mars) bloqué au large de la Californie avec plusieurs dizaines de malades potentiels à bord. En Égypte, un bateau de croisière, le A-Sara, voguant sur le Nil compte plusieurs dizaines de malades. Certains ont été hospitalisés à Louxor. Un bateau de croisière avec plusieurs Italiens à bord a été accueilli sur les côtes de Singapour après avoir été refoulé en Thaïlande et en Malaisie. Trois bateaux de croisière seraient actuellement bloqués au large de l’Australie occidentale. Le Zaandam, coincé au large du Panama avec 42 passagers atteints de symptômes grippaux, pourra bientôt passé le canal du Panama et continuer son trajet. Le porte-avions français, le Charles de Gaulle, comporterait une quarantaine de malades parmi son équipage de 1 700 personnes. Les 700 membres de l’équipage du Celebrity Apex resteront encore bloqués au large de Saint-Nazaire. Certains auraient été testés positifs au COVID-19. Montpellier accueillera les passagers du Costa Deliziosa, refusés à Marseille.

  • Les dispositifs de rapatriement

Les ministères de la santé et des Affaires étrangères prévoient de rapatrier plusieurs familles franco-chinoises en France. 350 Européens et 250 Français ont été rapatriés la semaine dernière. Malgré des suspicions initiales, aucun Français revenu ainsi de Chine ne serait malade. Un Belge, rapatrié dans son pays par l’un des vols français, serait néanmoins infecté. Seules des « personnes saines ou asymptomatiques » seront rapatriées et seront mises en quarantaine pendant 14 jours. Plusieurs d’entre elles ne le souhaitent pas, compte tenu de la quarantaine exigée à leur arrivée sur le territoire. Un quatrième vol de rapatriement français – comprenant une trentaine de ressortissants français et une trentaine d’autres citoyens européens – a atterri dans le Calvados ce vendredi 21 février. Le Royaume-Uni, qui a annoncé ses deux premiers cas de contamination, tente actuellement de faire de même pour ses ressortissants à Wuhan. 18 sud-coréens rapatriés récemment dans leur pays sont malades. Le premier vol de rapatriement américain est arrivé ce jour en Alaska. Des Canadiens ont été récemment rapatriés dans une base militaire de leur pays. La Chine, quant à elle, tente de rapatrier des touristes chinois bloqués à Bali. Une cinquantaine de touristes américains et français coincés sur un bateau de croisière en Égypte ont été rapatriés en France. L’Allemagne a désormais décidé de rapatrier des milliers de ses ressortissants dans différents pays étrangers. Une demi-douzaine de malades sont transportés par avion militaire vers Toulon, pour désengorger les services hospitaliers débordés de Mulhouse, dans le Haut-Rhin. L’agence de voyage EasyJet propose 32 vols pour rapatrier des Français coincés au Maroc. Six vols sont prévus pour rapatrier les Français au Sénégal. Le gouvernement français estime que 130 000 ressortissants sont bloqués à l’étranger. La Corée du Sud projette d’envoyer deux avions en Italie pour évacuer 570 de ses ressortissants en Italie. Un navire évacuera bientôt des malades actuellement à Ajaccio. Un navire évacuera bientôt des malades actuellement à Ajaccio. Les évacués ont été confiés aux hôpitaux de Marseille. Un nouveau vol militaire transportera des malades de Mulhouse en Bretagne. Une trentaine malades de Mulhouse et Strasbourg seront évacués mercredi par “TGV médicalisé”. Les 200 soldats français postés en Irak seront rapatriés. Un nouveau TGV médicalisé a quitté Paris le 1er avril pour déplacer un certain nombre de malades parisiens dans des hôpitaux de Bretagne moins saturés que ceux de la capitale. Six malades de l’est de la France seront transférés à Toulouse par voie aérienne. En tout, ce serait 148 000 Français rapatriés depuis le début de la pandémie. Un nouveau vol de rapatriement de touristes et de malades habitant la métropole est parti de Tahiti. Un nouveau vol de rapatriement de touristes et de malades habitant la métropole est parti de Tahiti. Plus d’une centaine de Français, parmi environ 300 Européens, resterait bloqués en Équateur. Des centaines de Boliviens resteraient bloqués au Chili étant donné la fermeture de la frontière avec la Bolivie, leur pays de résidence. 50 malades hospitalisés en Île-de-France ont été transporté en train vers la Nouvelle-Aquitaine.

  • La situation des entreprises privées

Google a cessé ses activités sur place jusqu’à nouvel ordre et le constructeur électronique LG a interdit à ses employés de se rendre en Chine. Au Mexique, la compagnie de VTC Uber a suspendu plusieurs dizaines de comptes suite à une suspicion de contamination chez l’un de ses utilisateurs. Le constructeur automobile sud-coréen, Hyundai, a été obligé d’interrompre sa production face au manque de pièces provenant de Chine. Plusieurs usines de production d’iPhones sont actuellement fermées en Chine. Selon Apple, la pénurie qu’entraînent ces fermetures prolongées impactera son chiffre d’affaires mondial. De plus, de nombreux Apple Stores restent fermés en Chine. Samsung, LG et SK Hynx ont temporairement fermés certaines de leurs usines en Corée du Sud, près de Daegu, foyer local de l’épidémie dans le pays. Une autre usine sud-coréenne de LG, qui fabriquait des caméras pour iPhones, a été fermée. AirBNB a suspendu toutes les réservations possibles dans la ville de Pékin jusqu’à la fin du mois d’avril. Les bureaux et usines de General Motors en Corée du Sud ont temporairement fermé. En France, la SNCF a ordonné à ses contrôleurs de descendre des trains avant le franchissement la frontière italienne. EasyJet a annulé certains vols en provenance d’Italie.

Facebook a annulé sa conférence annuelle pour développeurs, F8. A l’instar de Facebook, Google a interdit la présence du public à sa conférence pour développeurs, Cloud Next ‘20, initialement prévu du 6 au 8 avril à San Francisco. La firme de Mountain View a aussi annulé sa conférence Google I/O 2020. Cette conférence, qui ne devait avoir lieu qu’en ligne, n’aura finalement pas lieu du tout. Microsoft a annoncé le 12 mars qu’il annulait sa conférence Build, initialement prévu en mai, à Seattle. Apple a retiré le jeu-vidéo “Plague Inc.” (où le joueur incarne un virus) de l’App Store chinois. Un employé de Mountain View, le siège de Google, revenu de Zurich, en Suisse, est infecté. Sharp, le fabricant électronique japonais, a été sommé de produire des masques chirurgicaux en masse pour endiguer la pénurie mondiale. Face à la hausse excessive des prix de certains articles (masque chirurgical, gel anti-bactérien, etc), Amazon a supprimé des milliers de produits de sa plate-forme. En manque de pièces, généralement produites par des usines asiatiques actuellement fermées face à la menace de l’épidémie, Canon a dû fermer 5 de ses propres usines. L’événement de lancement européen de la plate-forme de streaming Disney+, le 5 mars, a été annulé. A Seattle, l’un des malades américains actuellement en quarantaine est un employé d’Amazon. En Italie, deux autres de ses salariés sont infectés. Apple interdit aujourd’hui à ses employés dans le monde entier de se rendre en Italie ou en Corée du Sud. Jusqu’au 1er juillet, Google permettra aux entreprises et établissements scolaires d’utiliser son programme de visioconférence, Google Hangouts, gratuitement, pour encourager les professionnels et les élèves à rester chez eux. Microsoft offre un essai de 6 mois pour sa suite bureautique Office 365 E1. Mark Zuckerberg a annoncé que Facebook allait consacrer une majorité de coupons publicitaires à des messages d’information de l’OMS. Sa fondation Chan Zuckerberg Initiative contribue aussi aux recherches médicales sur le virus. En Irlande, Google a offert à ses employés de télétravailler. L’App Store d’Apple et le Google Play Store rejettent toutes les applications non-gouvernementales ou non-institutionnelles, évoquant l’épidémie.

A Seattle, Amazon, Facebook, Microsoft, Google et Twitter ont demandé à leurs employés locaux de télétravailler. Les dernières “mini-consoles” à être lancées sur le marché, les TurboGrafx-16 et PC Engine (ou PC Engine Core Grafx pour l’Europe), ne seront pas commercialisées le 19 mars comme prévu – faute à un retard de production dû à la fermeture temporaire de plusieurs usines en Chine. Les ateliers “Today at Apple” ont tous été annulés en Italie. Ils sont aussi annulés à Seattle et à San Francisco. La firme de Cupertino encourage ses employés à télétravailler. La fondation Bill & Melinda Gates s’apprêterait à lancer des kits de test par prélèvement nasal pour les particuliers. En France, la SNCF a annoncé le 9 mars offrir les reports et annulations de trajet sans frais. La compagnie de VTC, Uber, a promis d’indemniser les conducteurs qui seraient amenés à être infectés ou mis en confinement. Amazon appelle désormais ses employés des états de New-York et du New-Jersey à rester chez eux. Apple promet un nombre illimité de jours de maladie pour ses employés malades ou en confinement. Facebook, Instagram et Le Bon Coin suppriment désormais la moindre annonce ou publicité concernant la vente de masques médicaux. Huawei a annulé la conférence de présentation de ses nouveaux smartphones, les P40 et P40 Pro, qui aurait dû se dérouler le 26 mars prochain à Paris. Google a autorisé tous ses employés américains de télétravailler. Apple n’organisera probablement pas de Keynote ce mois-ci. Pour nettoyer et désinfecter ses iPhones, la firme de Cupertino a indiqué qu’il suffisait d’utiliser une lingette imbibée d’alcool isopropylique à 70% ou simplement une lingette désinfectante à base de chlore ou d’eau de javel. La soirée de lancement de la nouvelle plateforme de streaming de courts-métrages, Quibi, a été annulée. Le constructeur automobile, Fiat, a fermé ses usines italiennes pour les désinfecter. Le site de streaming pornographique, Pornhub, propose à chaque Italien intéressé un abonnement Premium gratuit. Google et Twitter ont ordonné à tous leurs employés à travers le monde de télétravailler. Apple a maintenu la fermeture de tous ses Apple Stores en Italie. En Chine, les magasins Apple vont rouvrir leurs portes mais avec des horaires restreints. Discord, la plateforme de discussion en ligne, accorde désormais des visioconférences à 50 participants au lieu de 10, maximum. AirBNB ne pénalisera aucune annulation de location pour le mois à venir. NVIDIA s’allie à l’association Folding@Home qui, grâce à son application, permet au GPU des ordinateurs de particuliers de contribuer au tri massif de données de recherche scientifique. Nike a fermé tous ses magasins à travers le monde.

Google travaillerait actuellement à l’élaboration d’un site web rassemblant toutes les informations et les actualités relatives au coronavirus SRAS-CoV-2 et à l’évolution de la pandémie. Google a lancé son site web d’information – et bientôt muni d’un formulaire pour le dépistage, aux Etats-Unis – est en ligne. Le groupe français de pneumatique, Michelin, se met à l’arrêt pour au moins une semaine. Fiat-Chrysler ferme ses usines en Europe jusqu’à la fin du mois. Idem pour les usines espagnoles de Renault. Le groupe PSA (Peugeot-Citroën) ferme tous ses sites de production en France. Les agences de voyage françaises reportent tous les voyages prévus jusqu’au 31 mars et ne traitent le retour anticipé qu’au “cas-par-cas”. Airbus et Volkswagen ferment leurs usines européennes temporairement. Lime, qui déploie des trottinettes électriques dans le monde entier, les a retiré en Californie et à Seattle. En France, des facteurs de La Poste ont exercé leur droit de retrait en dénonçant des “mesures de protection insuffisantes”. De nombreuses plate-formes de vidéos pornographiques offrent des abonnements Premium gratuits aux français intéressés. L’application de messagerie WhatsApp (Facebook) prévoit de mettre en place des systèmes de hotlines pour obtenir des informations provenant directement de l’OMS ou des autorités gouvernementales. Plusieurs fournisseurs d’accès Internet vont réduire l’importance à certaines plateformes de streaming de divertissement pour alléger la bande passante. BMW ferme ses usines en Europe et en Afrique du Sud jusqu’au 19 avril. Disneyland Paris, actuellement fermé, va donner 15 tonnes de denrées alimentaires à des associations, comme le Secours Populaire. Les trottinettes électriques Lime et Bird se retirent des villes européennes et américaines. Fiat-Chrysler, General Motors et Ford ferment toutes leurs usines en Amérique du Nord. Apple a promis de financer des initiatives de lutte contre la pandémie dans la Silicon Valley et de faire un don à l’Italie. L’application Cardiogram de l’Apple Watch se dote d’une fonctionnalité permettant de détecter les signes avant-coureurs du COVID-19 ou d’une grippe, grâce à l’analyse du rythme cardiaque. YouTube a désormais une catégorie consacrée spécialement aux informations concernant le COVID-19. L’équipementier pour gamers, Razer, et le constructeur de téléviseurs, Sharp, mobilisent leurs usines pour confectionner des masques pour pallier à la pénurie mondiale. Le collectif Alliance Digitale, suivant l’expertise de médecins français, a mis en place un formulaire en ligne pour conseiller les personnes sur ce qu’ils doivent faire selon leur état : appeler le 15, se rendre chez le médecin ou rester chez elle. Plusieurs opérateurs français donnent désormais accès gratuitement à des chaînes de télévision payantes et boostent les données Internet de leurs abonnés. Des plateformes de vente en ligne de jeux PC offrent plusieurs jeux vidéo gratuitement. Une usine de La Redoute suspend ses activités. A la manière d’Amazon, Walmart va recruter 150 000 employés aux États-Unis pour compenser le nombre croissant de demandes. Amazon ne livrera plus que les produits “essentiels” et des groupes comme Fnac-Darty et CDiscount n’effectueront plus les installations de produits électroménagers, jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs chaînes hôtelières, dont AirBNB, vont mettre des logements à disposition des personnels soignants. La start-up italienne Isinnova a mis au point des embouts et valves pour transformer un masque Easybreath de plongée, vendu par Decathlon, en appareil respiratoire d’urgence. La firme française a décidé d’offrir l’ensemble de son stock de masques aux hôpitaux français. Plusieurs constructeurs de smartphones, comme Xiaomi ou Samsung, ont fermé leurs usines en Inde. Amazon a décidé de délivrer des kits de test individuels, conçus en partie par la fondation Bill & Melinda Gates, à Seattle. Apple aurait fait un don de 9 millions de masques aux services de santé américains. A Paris, Carrefour propose un nouveau service de livraisons hebdomadaires sans contact. Tandis que Netflix ou encore YouTube sont forcés de réduire le volume de données de leurs vidéos pour alléger la bande passante en Europe, Sony a prévenu les joueurs sur Playstation que la vitesse de téléchargements de leurs jeux serait réduite. Microsoft a, de son côté, prévu de ne réaliser que des mises à jour Windows majeures dès mai 2020. Ça reste ouvert, une initiative lancée par des commerces et des particuliers français propose de cartographier tous les lieux, établissements et commerces encore ouverts pendant le confinement. Face à une augmentation de 775% de l’utilisation de ses services cloud, Microsoft a effectué quelques ajustements, notamment sur Xbox Live. Dyson a promis de livrer 15 000 ventilateurs aux hôpitaux américains. La compagnie de trottinettes électriques, Bird, aurait licencié plus d’un tiers de ses salariés à cause du confinement généralisé de certains pays. Des sociétés américains de cyber-sécurité accusent un groupe de hackers chinois, qui seraient en partie mandatés par le gouvernement chinois, de cyber-espionnage opportuniste. Apple a lancé un nouveau site web et une nouvelle application iOS consacrés au COVID-19 pour les anglophones. Google a fait un don financier de 800 millions de dollars pour aider les entreprises à faire face à la crise. Les opérateurs téléphoniques français, Orange et Free, ont décidé d’offrir plus de données mobiles à leurs clients pour leur permettre de mieux télétravailler. Steam a, à son tour, instauré de nouvelles limitations de téléchargement pour alléger la bande passante. [La FDA a de nouveau approuvé la commercialisation d’un kit de détection, conçu par Bodysphere, qui prétend obtenir des résultats en moins de deux minutes / MAJ : Cette information a été démentie par la FDA qui prétend à une arnaque au nom de la tradition du “Poisson d’avril”]. Dagoma et Gearbest ont lancé une initiative de mobilisation des imprimantes 3D pour fabriquer plus de visières de protection pour le personnel soignant. Humble Bundle propose une offre, jusqu’au 7 avril, de 45 jeux-vidéos et 26 livres pour 28 euros ou plus dont les bénéfices seront entièrement reversés à des associations luttant contre le COVID-19. André, entreprise française qui vend des chaussures, est sur le point de faire faillite suite à la fermeture de ses magasins et la perte de 4 millions d’euros depuis le début du confinement. A leur tour, les sites de streaming pornographique, PornHub et YouPorn, sont forcés de réduire la résolution de leurs vidéos pour alléger la bande passante. Google a lancé une plate-forme de suivi de géolocalisation anonyme, qui permet d’évaluer si les mesures de confinement sont prises en compte selon les pays et les villes. NVIDIA a rejoint un Consortium de chercheurs et d’industriels pour confier son expertise informatique et sa puissance de calcul pour accélérer les traitements de données liées à la recherche scientifique sur le virus. Facebook s’est excusé dans un communiqué de la suppression de certains tutoriels publiés par des fabricants confirmés mais aussi certaines opérations de don pour aider les hôpitaux en manque de masques. Tous les événements Microsoft resteront sans public et uniquement diffusés en ligne et à distance jusqu’en juillet 2021. Apple pourrait produire jusqu’à 20 millions de visières de protection. Fnac, Darty et Boulanger ont mis en place des “drives” sans contact en France. Apple et Google se sont associés pour développer une application de “contact tracing” interopérable entre Android et iOS. Une Toulousaine a lancé une campagne de “crowd-funding” pour financer un masque inclusif, transparent, pour encourager les communications avec les sourds et muets. La start-up CovidRadius a lancé une carte interactive pour estimer le plus précisément possible le périmètre autorisé pour le jogging en France.

Le tribunal de Nanterre, en France, aurait ordonné une évaluation des risques de propagation du virus chez Amazon. Le tribunal judiciaire de Nanterre a finalement interdit à Amazon de vendre et livrer des produits informatiques, culturels ou de jardinage afin de limiter ses activités. En effet, selon un syndicat, Amazon mettrait ses employés en danger en gardant son rythme de livraison malgré la mise en place de certaines priorisations depuis l’aggravation de cette crise sanitaire. Amazon menace ainsi de restreindre ses services dans tout le pays. Aux États-Unis, la hausse radicale des ventes de webcams (afin de garder contact avec ses proches à distance, via des systèmes de visioconférence) en mars dernier entraînerait aujourd’hui une véritable pénurie. Ce phénomène a aussi profité au chantage à la webcam, pratique de cybermalveillance en vogue. Google a annoncé le déploiement d’une aide financière destinée aux médias locaux du monde entier “qui produisent de l’information de manière originale”. Sony a lancé l’initiative “Play At Home” pour soutenir les développeurs vidéoludiques indépendants et proposés des offres gratuites de jeux-vidéo pour les propriétaires de PlayStation 4. A l’instar de Google, Apple va mettre à disposition ses outils d’analyse des mouvements et de données géographiques de sa plate-forme Apple Plans pour mieux interpréter les effets des mesures de confinement.

Nintendo a officiellement annoncé la suspension des livraisons de Switch et Switch Lite au Japon et ailleurs. L’arrêt prolongé de la production dans ses usines en Chine et à Taïwan est à l’origine de la pénurie. Face à la crise sanitaire, GoPro a dû licencier 200 employés, soit 20% de ses effectifs, et a décidé de se ré-orienter vers la vente de caméras aux particuliers jusqu’à nouvel ordre. Les ventes de smartphones n’ont jamais été aussi basses. En février 2020, elles ont été de 38% inférieures à celles de février 2019. Samsung a notamment été impacté par le confinement et a prévu, en avril 2020, de produire moins de la moitié de smartphones que la firme fabrique chaque mois en temps normal. Le service de messagerie électronique de Google, GMail, bloquerait automatiquement plus de 18 millions de tentatives quotidiennes de phishing ou de téléchargement de malware qui utilise le COVID-19 comme sujet d’entrée (dont notamment en se déguisant en message de l’OMS). Pour combler la pénurie de visières de protection utilisées notamment par les soignants, Apple a délivré des plans pour les concevoir tandis que Lego a promis d’en produire 13 000 par jour jusqu’à nouvel ordre. Une agence de presse italienne et une société française feraient actuellement appel aux technologies de blockchain pour certifier des informations et ainsi leur éviter d’être traitées comme des “fake news”. Deux nouvelles émojis chaleureuses ont vu le jour sur Facebook et Messenger pour “donner de nouvelles manières aux utilisateurs de ses soutenir les uns les autres”. Le groupe Fnac-Darty va profiter d’un prêt financier de 500 millions d’euros délivrés par l’État pour maintenir le cap, face à une baisse de 30% de ses ventes en mars suite à la fermeture de ses magasins physiques.

Aux États-Unis, les événements anti-quarantaine se multiplient et Facebook s’associe avec les gouverneurs de plusieurs états pour lutter contre le phénomène. Facebook annonce supprimer tous les événements qui vont à l’encontre des mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement. Elle précise que les groupes d’opposition pourront toujours publier tant qu’ils restent dans la légalité. Depuis plusieurs semaines, les théories du complot liant le déploiement de la 5G à la pandémie de COVID-19 sont partagées en masse sur les réseaux sociaux. Après la destruction d’antennes réseaux en Grande-Bretagne, Twitter annonce supprimer tous les tweets qui “incite les gens à provoquer une panique générale.” Le laboratoire Boston Dynamics a pour intention d’utiliser ses robots-chiens, Spot, dans les hôpitaux pour faciliter l’accueil et les consultations des patients par visioconférence. En plus du phishing lié au COVID-19 sur son portail de messagerie GMail, Google a recensé plusieurs tentatives de cyber-attaque opportuniste provenant de groupes de hackers potentiellement liés aux gouvernements d’une douzaine de pays. Au Liechtenstein, une start-up teste un bracelet connecté pour suivre les symptômes d’une personne infectée voire même pour détecter les symptômes précoces du COVID-19.

Amazon, le géant du e-commerce, a annoncé prolonger la suspension de ses activités dans ses entrepôts français jusqu’au 5 mai prochain. La firme avait fait l’objet d’une condamnation de la part du tribunal judiciaire de Nanterre qui interdisait l’envoi de produits non-essentiels. Les caméras utilisées par Amazon pour contrôler la température de ses employés américains proviendraient d’une compagnie blacklistée par les États-Unis et dénoncée par l’ONU, Dahua Technology, pour son implication dans une violation des droits de l’Homme. Ses caméras seraient utilisées en Chine pour la surveillance de “camps de rééducation et de formation professionnelle” de minorités ethniques principalement musulmanes. En réaction à ces controverses, les 4 milliards de bénéfice opérationnel engrangé en ce début d’année par Amazon n’iront pas remplir les coffres des actionnaires : Jeff Bezos a annoncé que cette somme sera investie pour la protection des salariés.

Le premier trimestre de cette année restera dans les mémoires des constructeurs de smartphones. L’épidémie de COVID-19 a fortement réduit la demande, selon plusieurs analystes : entre 11,7 et 17% plus exactement. En Floride, la société de livraison UPS a déployé des drones pour livrer des médicaments prescrits par le biais de la chaîne de pharmacies, CVS. Le fabricant de jouets Playmobil met actuellement en vente des masques “alternatifs”, lavables et durables pendant plus d’une dizaine d’heures, en différents coloris à 5 euros l’unité. Pour protéger ses fans, Disney a aussi dévoilé des masques grand public. À l’effigie de personnages des franchises Star Wars ou Marvel, ils seront disponibles en juillet prochain et vendus à 20 dollars pour 4 masques. Disney annonce aussi qu’un million de dollars sera reversé à une œuvre de charité. Inquiet de la poursuite de l’activité de son entreprise automobile, Tesla, Elon Musk n’a pas hésité à se positionner contre la prolongation du confinement en Californie ainsi qu’ailleurs aux États-Unis. Le patron de SpaceX n’en serait pas à son premier commentaire controversé en rapport avec la pandémie de COVID-19. Pour mieux évaluer le port du masque en extérieur à l’approche du déconfinement, la ville de Cannes utilise déjà des caméras pour le détecter. Quant à Apple, les iPhones devraient bientôt être capables d’être déverrouillés avec Face ID même avec un masque sur le visage. NVIDIA soutient la recherche mais aussi le corps médical. Son ingénieur en chef, Bill Dally, a conçu un appareil respiratoire très peu onéreux dont le schéma est disponible en “open-source”.

NHS COVID-19, une application de “contact tracing” développée par l’agence de santé britannique, vient d’être déployée sur l’île de Wight en bêta-test. Elle aurait déjà été téléchargée par 30% de la population. Elle s’est aussi dévoilée comme une alternative très prometteuse au système proposé par Apple et Google. Le duo Apple-Google vient de publier un premier aperçu du code et de l’interface de l’API interopérable, sous iOS et Android, sur laquelle se baseront de futures applications de “traçage numérique” des malades du COVID-19. StopCovid n’en fera pas partie et ne sera pas prête avant le 2 juin. Le ralentissement significatif de ses activités pousse Uber à lancer un plan massif de licenciement. La firme va supprimer 3 700 emplois, soit 14 % de ses effectifs. Le patron, Dara Khosrowshahi, annonce renoncer à son salaire de base jusqu’à la fin de l’année.

Malgré l’allégement actuel et progressif des mesures de confinement dans plusieurs pays, les géants du numérique sont prêts à maintenir le télétravail jusqu’à la fin de l’année 2020. Google et Facebook sont les premiers à encourager la majorité de leurs employés à continuer de travailler depuis chez eux pour éviter les contaminations. Si Facebook et Google annoncent que le télétravail sera prolongé jusqu’en 2021 pour ses employés, Twitter annonce qu’il sera désormais proposé de manière permanente pour ses employés. “Si nos employés ont un rôle ou une situation qui leur permettent de travailler de chez eux et qu’ils veulent le faire indéfiniment, nous rendrons cela possible.” Uber met sa technologie à contribution pour assurer la sécurité de tous avec une nouvelle fonctionnalité qui permettra de vérifier que les chauffeurs portent effectivement un masque. La réouverture des entrepôts français d’Amazon a encore été repoussée. Le géant du e-commerce explique que la décision du tribunal de Nanterre empêche la reprise de ses activités. Ils resteront fermés jusqu’au 18 mai.

Apple et Google ont développé une API commune pour les applications de suivi des contacts dans le contexte du déconfinement. Cette boîte à outils est désormais disponible pour les développeurs des autorités de santé. Aux États-Unis et au Canada, Fitbit propose aux utilisateurs de ses appareils connectés de soumettre des infos médicales en rapport au COVID-19. Le but ? Savoir s’il est effectivement possible de détecter la maladie à l’aide de bracelets connectés avant l’apparition des symptômes. Un astucieux bricoleur a mis au point un masque de protection avec une trappe qui s’ouvre pour permettre à une paille d’accéder à la bouche ! Et pour assurer au porteur une protection maximale, cette trappe se ferme automatiquement quand une personne se trouve à proximité du porteur.

  • L’état des transports aériens

Les compagnies aériennes British Airways, LionAir, ou encore la Lufthansa ont suspendu tous leurs vols vers la Chine continentale. AirFrance en a fait de même, jusqu’au 15 mars. United Airlines, Finnair et Cathay Pacific ont simplement réduit leur nombre. Idem aujourd’hui, pour de nombreux pays du Moyen-Orient. Hong-Kong Airlines, en difficulté face à l’épidémie et l’annulation de nombreux vols, est contraint de licencier des centaines de personnes. Les Émirats Arabes Unis ont suspendu tous leurs vols en provenance ou à destination de l’Iran. Pour limiter la désinformation et les “fake news”, Facebook supprime toute publicité évoquant le coronavirus et des soi-disant remèdes. La Lufthansa a suspendu tous ses vols vers Israël. En Europe, plusieurs compagnies de transport aérien continueraient de faire voler leurs avions, même en l’absence de passagers, pour conserver leurs positionnements dans les plans de vol des aéroports. La Lufthansa va annuler 23 000 vols du 29 mars au 24 avril. Un aéroport a fermé jusqu’à nouvel ordre à Rome et un second a dû revoir son activité à la baisse. Air France va réduire de 70 à 90% le nombre de ses vols. En France, les vols en direction des régions d’Outre-mer sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Ryanair suspend la quasi-totalité de ses vols à partir du 24 mars. En France, les vols entre la métropole et l’outre-mer sont interdits jusqu’au 15 avril. L’Inde a suspendu tous ses vols intérieurs jusqu’à nouvel ordre. La Russie a suspendu tous ses vols internationaux jusqu’à nouvel ordre. La compagnie EasyJet a immobilisé tous ses avions pour une durée indéterminée. L’aéroport parisien d’Orly va temporairement fermer ses portes, après le départ ou l’arrivée de ses derniers vols commerciaux. L’association Aviations sans frontières propose gratuitement ses services pour transporter du matériel et du personnel médicaux.

  • Les événements sportifs et culturels, à l’étranger …

A Paris, le défilé annuel du nouvel an chinois a été reporté pour des raisons sanitaires mais aussi pour éviter des “risques de psychose”. L’Australie aurait mis l’équipe de football féminine chinoise en quarantaine. Elle serait arrivée après une escale à Wuhan. Des matches de la Ligue des Champions d’Asie comprenant des clubs chinois ont été reportés. Deux tournois de golfe féminin ont été annulés à Singapour et en Thaïlande. Dans un soucis de “protection de la santé”, les tests anti-dopage pour les athlètes chinois prévus de participer aux Jeux olympiques de Tokyo ont été annulés. Une course de voitures Formula E, prévue pour mars en Chine, a été reportée. Les compétitions de la ligue e-sport du jeu-vidéo Overwatch prévues en Chine les mois prochains ont été annulées. Ces matches re-localisés en Corée du Sud ont finalement été annulés. Plusieurs matchs de football ont été annulés en Italie. Des lutteurs chinois, participants du championnat d’Asie à New-Delhi, ont été interdits d’entrer sur le territoire indien.

Le tournage du film Astérix & Obélix : L’Empire du Milieu, qui devait avoir lieu en Chine dans quelques mois, ne serait finalement pas annulé : la production a précisé que les prises de vue prévues en Chine auront bien lieu en septembre prochain. Un championnat de football a été annulé en Corée du Sud. Dans le monde de la tech, plusieurs compagnies comme comme LG, Ericsson, Sony, Amazon et NVIDIA n’ont pas participé au grand congrès mondial du mobile de Barcelone ce mois-ci. Celui-ci a été finalement annulé par la ville de Barcelone. Pour les mêmes raisons, Sony a récemment annoncé se retirer du salon vidéoludique PAX East 2020 à Boston. Capcom, Square Enix, CD Projekt Red et PUBG Corp se sont aussi désistés. Idem pour la Game Developers Conference 2020 de San Francisco, qui perd les participations de Sony, Facebook, Kojima Productions et Electronic Arts. Epic Games et Microsoft ne seront pas non plus de la partie. La GDC a finalement été annulée. L’événement sera reconduit du 4 au 6 août prochain. Google, qui devait y participer, organisera une conférence en ligne. Le Japon a interdit au public de participer à l’anniversaire du nouvel empereur, Naruhito, le 23 février. En Corée du Nord, le marathon de Pyongyang a été annulé. Deux matchs de basket-ball féminin prévus en Italie se produiront finalement en Slovénie. La fédération japonaise de football a reporté tous ses matches au-delà du 15 mars. Le tournage du film Mission Impossible VII, à Venise en Italie, a été suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le match de rugby Italie-Irlande prévu à Dublin, dans le cadre du tournoi des six nations, a été reporté. Le match Angleterre-Italie qui devait se tenir à Rome au mois de mars a lui aussi été reporté. La semaine prochaine, la rencontre de Coupe Davis de tennis prévue entre le Japon et l’Équateur se jouera à huis-clos. La cérémonie catholique du Mercredi des Cendres, aux Philippines, a été réalisé sans contact étroit entre les participants pour limiter les risques de propagation. De nombreux shows de catch japonais, très populaire au Japon, ont dû être annulés sur recommandations du ministère de la santé.

Le salon de l’horlogerie Watches & Wonders à Genève a été annulé. Aussi à Genève : le salon automobile Motor Show, qui rassemble chaque année 600 000 personnes, a été annulé lui aussi. Le salon de l’horlogerie à Bâle a été déprogrammé lui aussi. Le slalom de ski alpin prévu à Ofterschwang, en Allemagne, a été annulé. Les dernières étapes de cyclisme du Tour des Émirats ont été annulées. Le Grand Prix Moto de Thaïlande a été reporté. Facebook et Twitter se sont retirés du festival South by SouthWest (SxSW), prévu à Austin, au Texas, du 15 au 22 mars. Netflix, Apple, Amazon, Tik Tok, Mashable et Intel se sont aussi désistés. HBO a annoncé le 5 mars qu’elle n’y participera pas non plus. Le SxSW 2020 a finalement été annulé par la ville d’Austin, au Texas. Suite à son annulation, les organisateurs du festival auraient été obligés de licencier un tiers de leurs employés. Le match Italie-Angleterre du Tournoi des six nations, prévu à Rome, a été reporté. La sortie du prochain film de la saga James Bond, 007 – Mourir peut attendre, a été repoussée d’avril à novembre 2020. Il sortira finalement dans les salles obscures le 11 novembre 2020. L’Electronic Software Association, organisateur de l’E3, le plus grand salon vidéoludique annuel au monde, a décidé de maintenir l’édition 2020 jusqu’à nouvel ordre. Elle se déroulera du 9 à 11 juin à Los Angeles, où l’état d’urgence a été déclaré. Les organisateurs de l’E3 ont déjà annoncé les dates de la prochaine édition : 15-17 juin 2021.

En Thaïlande, les fêtes traditionnelles de pleine lune ont été interdites. Les championnats du monde du jeu-vidéo en ligne Rocket League, prévus du 24 au 26 avril à Dallas, ont été annulés. La compétition de cyclisme Milan-Sanremo, du 21 mars, a été annulée. Le tournoi de tennis californien Indian Wells a été annulé. Tous les matches de championnat nationaux d’Italie sont annulés jusqu’au 3 avril – une première depuis la seconde guerre mondiale. Le salon annuel de la photographie et de la production audiovisuelle, NAB Show, a subi plusieurs désistements : Adobe, Nikon et AJA Video Systems. L’E3 2020, le plus grand rassemblement mondial du jeu-vidéo, pourrait bien être annulé aujourd’hui, 11 mars. Le festival californien de musique, Coachella, a quant à lui été reporté en octobre. Le tournage, à Prague, de la série Marvel The Falcon & The Winter Soldier a été suspendu jusqu’à nouvel ordre. Les parcs Disneyland et DisneySea resteront fermés à Tokyo jusqu’à la fin du mois d’avril. Blizzard a annulé toutes les rencontres de la ligue Overwatch dans le monde pour les mois de mars et d’avril. Le tournage de la série américaine Riverdale a été suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le festival annuel du cinéma à Las Vegas, la CinemaCon, a été annulé. Cette 10ème édition devait avoir lieu du 30 mars au 2 avril. La saison actuelle de NBA a été suspendue aux États-Unis. La parade de la Saint-Patrick a été reportée à New-York. Tous les tournois de tennis (gérés par l’ATP) sont annulés jusqu’au 26 avril. La date de sortie internationale des films suivants est aussi reportée jusqu’à nouvel ordre : Mulan, Les Nouveaux Mutants, Fast & Furious 9 et Sans Un Bruit 2. La ligue e-sport du jeu Call of Duty ne se déroulera qu’avec des rencontres en ligne. Les parcs Disneyland ont fermé aux États-Unis. Le championnat automobile Formule E suspend cette saison de courses. Les studios de production cinématographique de Disney et Universal sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour suivre l’actualité des suspensions de tournage et de reports des sorties filmiques dus à la pandémie, le Journal du Geek les liste dans un nouveau dossier. La Copa América 2020 de football en Amérique du Sud a été reportée. WrestleMania 36, le grand rassemblement du catch américain qui réunit chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes du monde entier, n’aura finalement pas lieu à Tampa, en Floride, mais se tiendra à huis-clos sauf contre-ordre. La sortie du film Black Widow a été repoussée, elle aussi. En France, le Centre national du cinéma pourrait proposer des sorties en VOD. Le tournage de la nouvelle télé-réalité “Love Island” a été suspendu.

Les Jeux Olympiques d’été 2020 prévus à Tokyo ont finalement été reportés à l’an prochain, en 2021. Ils reprendront finalement le 23 juillet 2021. Le salon de l’informatique de Taipei, à Taïwan, Computex 2020, est reporté de juin à septembre. La sortie du film Wonder Woman 1984 n’aura finalement pas lieu le 3 juin prochain. Le film Marvel, Morbius, qui devait sortir le 5 août prochain sortira finalement en salles le 19 mars 2021. Sony Pictures a finalement préféré reporter ses prochaines sorties cinéma, comme la nouvelle suite de Ghosbusters, à l’an prochain. La 25ème édition de la QuakeCon, événement annuel historique du milieu du jeu-vidéo, a été annulée. Toutes les prochaines compétitions (d’avril à août) d’e-sport des ligues Play Pokémon 2020 et des Apex Legends Global Series ont été suspendues. Le festival d’Edimbourg, prévu au mois d’août et réputé comme le plus grand événement mondial de spectacle vivant, a été annulé. La Gamescom, qui a lieu tous les ans à la fin du mois d’août à Cologne, en Allemagne, devrait toujours pouvoir se tenir. La sortie du jeu-vidéo The Last of Us – Part II, prévue pour le 29 mai, a été repoussée. Le film Jungle Cruise, avec Dwayne ‘The Rock’ Johnson, ne sortira finalement pas le 24 juillet 2020 mais le 30 juillet 2021. Artemis Fowl, qui devait sortir en salles le 29 mai, sera finalement diffusé uniquement sur Disney+. L’UFC, première organisation de MMA au monde, est déterminé à continuer à tenir des combats : son dirigeant aurait loué une “île privée” où les régulations américaines ne sont pas appliquées. Amazon Game Studios a reporté le lancement de son nouveau MMORPG, New World, au 25 août prochain. Le festival américain Burning Man, prévu du 30 août au 7 septembre, ne se produira que sous forme numérique. Les sorties de Raya et le dernier dragon ainsi que Soul, des studios Pixar, ont été respectivement repoussées à mars 2021 et novembre 2020. Malgré le report d’un grand nombre de sorties et de tournages de films au cinéma ces derniers temps, une prochaine co-production Marvel et Sony échappera à la règle : le troisième opus de la saga Spider-Man avec Tom Holland est toujours prévue pour juillet 2021. Le festival de Cannes et la Gamescon 2020 n’auront officiellement pas lieu mais se dérouleront sous une forme “numérique”. Pour la première fois de son histoire, la San Diego Comic-Con est annulée. Sa 50ème édition a été reportée à juillet 2021. En raison de la décision du gouvernement allemand d’interdire les rassemblements de plus de 5 000 personnes jusqu’en octobre, le traditionnel salon tech berlinois, l’IFA, est annulé. Après une vague de reports record de films à cause du COVID-19, Marvel a enfin communiqué les nouvelles dates de sortie de ses films : Doctor Strange 2 en mars 2022, Spider-Man 3 en novembre 2021, février 2022 pour Thor : Love & Thunder, etc. Pour pallier la fermeture des salles et soutenir l’industrie, l’académie des Oscars autorise temporairement les films directement sortis en DVD ou sur les plateformes de SVOD à concourir pour l’édition 2021. L’un des plus vieux tournois annuels de jeux de combat, EVO, ainsi que le grand championnat e-sport de Dota 2, The International, n’auront pas lieu cette année. Le premier a été purement et simplement annulé tandis que le second a été repoussé sans date de report.

Prévu en mai 2021, John Wick 4 (avec Keanu Reeves) a été repoussé à cause de l’interruption de tournage de Matrix 4 (aussi avec Keanu Reeves). Le film de Chad Stahelski arrivera finalement sur nos écrans en mai 2022. En outre, après les JO, c’est peut-être le plus grand événement au monde à avoir été reporté par la pandémie de COVID-19. La prochaine exposition universelle, prévue à Dubaï cet automne, s’ouvrira finalement en octobre 2021. La WorldWide Developers Conference 2020 (WWDC) d’Apple, initialement annulée, se déclinera finalement sous la forme d’une série de conférences en ligne dès le 22 juin. De même, prévu à l’origine pour la fin du mois de septembre, le Tokyo Game Show (TGS) a été officiellement annulé, du moins sous sa forme physique. La San Diego Comic-Con 2020 se déroulera finalement elle aussi en version numérique du 23 au 26 juillet.

L’annulation et le report de l’E3 2020 a créé une nouvelle tendance : celle des événements et festivals vidéoludiques numériques. Microsoft a la série des Xbox 20/20, tandis que Ubisoft présentera Ubisoft Forward en juillet ou encore Electronic Arts avec EA Play Live en juin. Même si l’événement n’est pas prévu avant le mois d’octobre, Adobe a décidé d’annuler son Adobe MAX physique pour le remplacer par une édition numérique. Bonne nouvelle : celle-ci sera gratuite. Après l’annulation du versant physique du salon, les organisateurs de l’IFA de Berlin viennent d’annoncer que le salon se tiendra bien en septembre, à Berlin. Un nouveau dispositif sera mis en place afin d’assurer la sécurité de tous, et seuls 1000 personnes seront autorisées à pénétrer dans le salon chaque jour. Le grand public ne sera pas convié à l’événement. Hollywood pourrait s’inspirer du milieu du X pour reprendre les tournages en toute sérénité. L’industrie du film porno a en effet mis en place des mesures sanitaires et de suivi des contacts, qui pourraient s’adapter aux films traditionnels.

  • … et en France

En France, le salon de l’agriculture s’est interrompu avec un jour d’avance. Le musée du Louvre est actuellement fermé suite à une décision de ses employés. Plusieurs événements et concerts ont été annulés en France début mars : la convention Paris Manga & Science-Fiction, le Salon du Livre 2020, le concert de Maître Gims à Orléans est reporté, etc. Le salon Retro Gaming Play 2020, du 14 au 15 mars à Meaux, a été annulé. Le salon Big Data Paris a été repoussé à fin mai. Franchise Expo Paris, Sandwich & Snack Show et Semaine de l’innovation transport et logistique, prévus en mars, ont été annulés. D’autres concerts, comme celui de Matt Pokora, de Ninho et de Tryo à l’AccorHotels Arena de Paris ont été annulés. Dans l’Oise, un match de football de Ligue 2 se déroulera à huis-clos. Les sorties cinéma de deux films français, Miss et Rocks, ont été reportées respectivement au 23 septembre et au 15 avril. La grande Foire de Lyon, de fin mars, a été reportée au mois de mai. Le match de football PSG-Dortmund se jouera finalement à huis-clos mercredi 11 mars. La Gamers Assembly, une LAN-party française annuelle, a été annulée. Elle devait avoir lieu du 10 au 13 avril 2020. Le plus grand festival annuel des séries en France, Series Mania, a été annulé. La féria d’Arles, dans les Bouches-du-Rhône, a été annulée elle aussi.

La finale de la coupe de la Ligue, PSG-Lyon, a été reportée. Le Carnaval, événement annuel à La Rochelle, a été annulé. Toutes les parades et spectacles en extérieur à Euro Disney ont été suspendus jusqu’au 15 avril. Le parc d’attractions va finalement rester fermé jusqu’à nouvel ordre. La course automobile ePrix de Paris, en avril, a été annulée. Tous les matches de football de L1 et L2 sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Côté football, la Ligue des Champions a officiellement été suspendue et l’Euro de l’UEFA a été reportée à 2021. Le tournoi de tennis de Roland Garros est reporté au 20 septembre prochain. Pour compenser l’absence de concerts, Facebook organise #EnsembleALaMaison, une série de performances musicales diffusées en direct. L’EuroVision 2020 est annulé. Les 24 Heures Motos, compétition annuelle au Mans, se tiendra finalement fin août. Le salon VivaTech prévu à Paris en juin est annulé. Le festival de Cannes est reporté. Les championnats d’Europe de natation sont reportés. Le festival de littérature de fantasy et de science-fiction, les Imaginales, qui devait avoir lieu en mai a été annulé. Nuits sonores, le festival musical de Lyon tenu chaque année en mai, a été reporté à la fin du mois de juillet. Les phases finales de la Coupe d’Europe de rugby ont été reportées. La Foire de Paris a, elle aussi, été reportée jusqu’à nouvel ordre. Le Mondial de l’automobile de Paris, prévu en octobre prochain, n’aura pas lieu “dans sa forme habituelle”. Le Grand Prix de France moto, prévu en mai, est finalement reporté. Les championnats de France de natation, en juin, sont suspendus. La 60ème édition du festival de télévision de Monte-Carlo est annulée. La Fédération française d’athlétisme a suspendu toutes les compétitions jusqu’à la fin du mois de juillet. Le Salon du livre pour jeunesse de Montreuil s’est ouvert sur le web de manière virtuelle. Le Festival international de l’animation d’Annecy est annulé dans sa forme habituelle mais pourrait exister en version numérique. Le festival de musique des Eurockéennes, à Belfort, qui devait avoir lieu au début du mois de juillet, est annulé. La saison de championnat de handball a été arrêtée. Le Tour de France 2020 aura finalement lieu du 29 août au 20 septembre prochain. Le Lyon BD Festival, plus grand rassemblement d’auteurs et d’amateurs de bande-dessiné de la région, a, lui, été annulé : il était prévu du 12 au 14 juin. Au Pays-Basque, les fêtes de Bayonne n’auront pas lieu cet été et seront probablement repoussées en automne. Du 29 mai au 7 juin prochain, le monde du cinéma aura les yeux tournés vers Youtube. Pour répondre à l’annulation des différents événements internationaux comme le festival de Cannes, Tribeca organise un événement du cinéma en ligne, pour regrouper tous les passionnés du 7e art.

En France, Kaamelott – Premier volet est, lui aussi, repoussé au 25 novembre 2020 pour sa sortie au cinéma, alors qu’il devait sortir le 29 juillet deux mois plus tôt que prévu à la base. On attendait depuis quelques temps la prise de position du SELL concernant la PGW 2020, la nouvelle est tombée : elle n’aura pas lieu cette année. Le 10ème anniversaire de la Paris Games Week aura donc lieu l’année prochaine.

Comment éliminer ce coronavirus ? Existe-il un remède ?

L’Institut Pasteur travaille actuellement à la recherche d’un “candidat-vaccin” à partir d’échantillons viraux prélevés sur les trois Français actuellement hospitalisés. Il estime obtenir une première formulation d’un vaccin d’ici 6 mois. Des essais cliniques à base, notamment, d’interféron (médicament utilisé pour stimuler les défenses immunitaires, par exemple, chez les malades du SIDA) et de remdesivir (antiviral utilisé contre le virus Ebola) sont également en cours. Le ministère de la santé thaïlandais affirme être parvenu à soigner une femme venue de Chine atteinte du coronavirus, grâce à un cocktail d’anti-viraux – de l’oseltamivir, utilisé dans les cas de grippe, avec du lopinavir et ritonavir, utilisés pour lutter contre le VIH. Des chercheurs chinois affirment être parvenus à soigner une centaine de personnes malades avec 500 mg de chloroquine, (ou hydroxychloroquine) médicament utilisé dans le traitement du paludisme, par jour pendant dix jours. Le ministère français de la santé précise que cette affirmation n’a pas été validée par la communauté scientifique. Mi-mars, plusieurs médecins français, dont à l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille, ont aussi constaté l’efficacité de la chloroquine. Concernant cette dernière, une étude menée dans l’urgence à Marseille serait actuellement décriée par la communauté scientifique pour ses failles méthodologiques. L’équipe du professeur Didier Raoult, à l’origine de cette étude, consenteraient à remarquer que des études complémentaires sont nécessaires. Une “vaste étude” va être menée par le CHU d’Angers pour trancher la question de l’effet de cet anti-viral sur le coronavirus SARS-CoV-2. Le 22 mars, l’Inserm a lancé des tests de quatre anti-viraux, dont l’hydroxychloroquine, baptisés “essai Discovery” qui devrait donner de premiers résultats à la fin du mois d’avril. La première étude statistique de grande ampleur concernant l’incidence de la chloroquine sur la survie des malades du COVID-19 est tombée. Selon ses conclusions, le fameux antiviral “miracle” s’associe à un plus grand risque de mortalité et de développement d’arythmies cardiaques.

Des essais cliniques capitalisant sur les potentiels effets secondaires positifs du vaccin BCG sont effectués dans différents pays à l’heure actuelle, dont en France. S’ils comptent parmi les cas les plus graves, le nombre de fumeurs malades du COVID-19 s’avère plus faible que la moyenne. Selon certains scientifiques, la nicotine pourrait y être pour quelque chose. En attendant que cette hypothèse soit confirmée, le gouvernement français préfère limiter la vente de substituts nicotiniques aux personnes traitées pour une dépendance tabagique. L’AP-HP affirme que des premiers essais de traitement par le tocilizumab s’avèrent efficaces. Ce médicament est généralement utilisé pour lutter contre la polyarthrite rhumatoïde (rhumatisme articulaire). Il jouera un rôle sur le système inflammatoire qui limiterait les aggravations. En attendant la distribution d’un premier vaccin dans plusieurs mois, deux équipes de chercheurs se sont intéressées à la possibilité de formuler des remèdes à base d’anticorps provenant de personnes infectées du coronavirus SARS-CoV-2 ou de son prédécesseur, le SARS-CoV. Des chercheurs de l’université de Pékin ainsi qu’une équipe de chercheurs américains et suisses ont respectivement trouvé des anticorps monoclonaux capables de conférer une immunité temporaire.

A l’international, des chercheurs australiens auraient été chargés de développer un vaccin selon une nouvelle méthode accélérée. Par ailleurs, l’Institut américain de la santé (NIH) estime pouvoir développer un vaccin et le tester chez l’homme d’ici 3 mois. Des scientifiques australiens de l’Institut Doherty sont les premiers, en dehors de la Chine, à avoir cultivé, répliqué et séquencé le génome viral du COVID-19. Ils ont communiqué leurs résultats à l’OMS. Cette première réplique du virus va leur donner la possibilité de tester différents formules d’anticorps et d’identifier lesquelles réagissent face au virus. Cela pourrait permettre de détecter l’infection chez des personnes contaminées mais encore asymptomatiques. La Chine aurait annoncé conduire des premiers tests sur les humains pour des “candidats-vaccins” dès le début du mois d’avril. Une société biotechnologique américaine, Moderna, dit avoir mis au point un candidat-vaccin prometteur qu’elle devrait pouvoir tester sur l’homme à la fin du mois d’avril. L’Institut d’immunologie de l’Hôpital Bichat affirment être prêt à passer aux essais cliniques dans une semaine, pour tester divers traitements possibles. Des chercheurs canadiens seraient parvenus à isoler l’antigène spécifique qui confère au coronavirus SRAS-CoV-2 sa pathogénicité. Cette découverte devrait permettre aux virologues de formuler des vaccins plus efficaces ou, entre temps, d’utiliser des anti-viraux plus pertinents. Moderna et le NIH ont débuté les essais cliniques, pour leur “candidat-vaccin”, sur les humains le lundi 16 mars. Le 23 mars, une première série d’essais cliniques sur les humains pour tester un vaccin contre le virus a été lancée en Chine. Bill Gates aurait contribué au financement des recherches menées sur 7 “candidat-vaccins” différents, dépensant des milliards de dollars pour accélérer leur formulation et leur distribution. La société biotechnologique allemande, Bio N’ Tech, a débuté ses essais cliniques pour son propre “candidat-vaccin” contre le COVID-19. Elle a la quatrième à les débuter dans le monde. Ces essais cliniques seront sur 200 volontaires sains âgés de 18 à 55 ans puis sur d’autres volontaires dans les prochains mois. Selon France Info, 150 autres essais cliniques de ce genre sont prévus dans le monde dans les prochains mois.