Le réseau de satellites OneWeb en faillite

Espace

Par Olivier le

Fin de partie pour OneWeb, qui ambitionnait de placer sur orbite une constellation de satellites pour assurer une connexion à internet n’importe où dans le monde. L’entreprise est en cessation de paiement.

Photo : skeeze, Pixabay
Photo : skeeze, Pixabay

OneWeb n’a pas survécu à la réduction des investissements de SoftBank. La banque, qui finance de nombreuses entreprises innovantes, souffre de l’activité au ralenti dû à l’épidémie de coronavirus. L’actionnaire a tout simplement coupé les crédits à OneWeb qui avait déjà au pied le boulet très lourd d’une dette de 1,7 milliard de dollars. L’entreprise s’est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites, avec comme seules perspectives la cession de ses actifs ou la liquidation.

Des satellites en orbite basse pour apporter internet partout dans le monde

Le projet OneWeb consistait à mettre en orbite une constellation composée de 1.980 satellites autour de la Terre. L’objectif étant de fournir un accès haut débit à internet partout dans le monde. Les premiers tests réalisés l’été dernier étaient très prometteurs, avec une latence plus faible qu’avec une connexion ADSL ou un réseau de satellites géostationnaires. Les satellites de OneWeb se situent en orbite basse, à 1.200 km au-dessus de notre planète, contre 36.000 km pour les modèles géostationnaires.

À l’époque, le PDG Adrian Steckel annonçait une mise en service du réseau dans les deux ans, soit dès 2021, avec une disponibilité partielle en 2020. Ça n’arrivera pas. Pour parvenir à lancer ses offres, OneWeb devait poursuivre la construction et le lancement de ses satellites pour obtenir la couverture nécessaire, ce qui nécessitait de remettre encore de l’argent sur la table.

Dans l’affaire, OneWeb fait une victime européenne : Ariane 6 aurait dû emmener des satellites de l’entreprise cet hiver, un lancement annulé. OneWeb laisse une ardoise de 238 millions de dollars à Arianespace. Les candidats à la reprise de tout ou partie de l’activité de la société pourraient être StarlInk, le réseau satellitaires de SpaceX, ou encore Amazon qui ambitionne également d’entourer la planète avec ses satellites Kuiper.