Coronavirus : en Inde, il est obligatoire d’installer l’application de suivi des contacts

apps

Par Olivier le

En Inde comme un peu partout ailleurs sur la planète, l’heure est au déconfinement progressif. Le gouvernement a développé une application de contact tracing, qui fait partie des dispositifs sanitaires pour éviter une nouvelle vague.

Image : NickyPe, Pixabay
Image : NickyPe, Pixabay

L’ensemble des pays touchés par l’épidémie de coronavirus ont mis au point (ou ils sont en train de le faire) des applications de suivi des contacts. Tout le monde n’a pas fait les mêmes choix de technologie, mais il y a un point commun qui ressort : c’est l’utilisateur qui décide d’installer l’app… Un volontariat balayé du revers de la main par les autorités indiennes.

Aarogya Setu est obligatoire

En Inde, les salariés des secteurs privé et public sont en effet tenus de télécharger et d’installer Aarogya Setu, l’application développée par le gouvernement du pays. Sortie le mois dernier, l’app alerte l’utilisateur s’il a été en contact avec une personne touchées par le COVID-19. Sur le Play Store de Google, elle a été téléchargée plus de 50 millions de fois, ce qui montre que l’injonction des autorités fonctionne…

Ce sont les gouvernements locaux et les responsables des organisations de santé qui ont la responsabilité de s’assurer que l’application est bien présente sur les smartphones des salariés des zones de confinement. Une telle coercition parait impossible à exiger en Europe ou aux États-Unis ! Apple et Google, qui ont mis au point des outils communs pour utiliser le Bluetooth sur iOS et Android dans le cadre du contact tracing, ont été très clairs : les apps qui exploiteront l’API reposeront sur le volontariat.

L’Inde a commencé à relâcher les restrictions de déplacement et d’activité dans certaines parties du pays. Dans les zones « vertes », les habitants pourront reprendre pratiquement toutes leurs habitudes, mais uniquement de 7h à 19h. Des mesures de distanciation sociale et de prise de température doivent être organisées dans les bureaux. Dans les zones de confinement, les habitants doivent rester chez eux et les protocoles de surveillance de la population sont toujours en place.

Source: ZDnet