Uber a de grosses ambitions pour Lime

Ville de Geeks

Par Olivier le

Uber rapproche Jump de Lime. Le géant du VTC est à pied d’œuvre pour pousser les deux compagnies spécialisées dans la micromobilité urbaine dans le même sens. Et qui sait, pour les fusionner un jour peut-être.

Dès le lundi 11 mai, on devrait voir de nouveau les trottinettes de Lime dans les rues parisiennes. L’opérateur, qui avait retiré ses véhicules dès la mise en place des mesures de confinement, compte bien profiter de la fin des restrictions de déplacement pour redresser une barre mal en point ces deux derniers mois. Mais l’avenir de Lime pourrait être bousculé.

La micromobilité redémarre

Uber, un des plus importants investisseurs de Lime, a en effet participé à un nouveau tour de table durant lequel la société a levé 170 millions de dollars. Alphabet (Google) a également mis des fonds dans l’opération. Uber a bien l’intention de peser sur le destin de Lime. Il se murmure même que le groupe de VTC possède une option d’achat pur et simple de l’entreprise de micromobilité…

En attendant, les grandes manœuvres ont commencé. En 2018, le leader du VTC se portait acquéreur de Jump, une start-up de vélos électriques. Dans la foulée, Uber en a profité pour dévoiler son offre de trottinettes électriques, devenant ainsi… un concurrent de Lime. Mais cette concurrence à marche forcée dans le secteur de la micromobilité pourrait prendre fin : Lime va intégrer les équipes opérationnelles de Jump.

Les véhicules des deux plateformes vont être disponibles dans leurs applications respectives. Prélude à une fusion des services ? C’est encore trop tôt pour le dire. Uber a également procédé à un remise à plat de la direction de Lime : Brad Bao, le fondateur et patron de l’entreprise, laisse son poste à Wayne Ting. Ce dernier a travaillé cinq ans au sein d’Uber. Quant à l’offre de micromobilité d’Uber, elle devrait disparaitre du marché pour laisser toute la place à Lime.

La reprise, même partielle, de l’activité va en tout cas être un soulagement pour tous les acteurs de la micromobilité. Le tour de table a en effet valorisé l’entreprise à hauteur de 400 millions de dollars, très loin des 2,4 milliards d’il y a un an.