Le nombre d’accidents potentiellement évités par les voitures autonomes fait polémique

Automobile

Par Felix Gouty le

Une étude menée par l’Institut des assurances pour la sécurité routière fait actuellement polémique dans le secteur automobile. Selon elle, seulement un tiers des accidents de la route pourraient être évités par les véhicules autonomes.

Crédits : hoffmann-tipsntrips / Pixabay.

Les véhicules autonomes ne pourraient éviter seulement qu’un tiers des accidents de la route. Telle est la conclusion quelque peu alarmante d’une étude (ci-dessous) effectuée par l’Institut des assurances pour la sécurité routière (IIHS), une association américaine qui regroupe de nombreuses compagnies d’assurance automobile. Selon elle, dans un futur peuplé de véhicules autonomes, les accidents provoqués purement par des erreurs de jugement ou des comportements humains inadéquats – qui représentent 60% des cas recensés par l’étude – existeraient toujours. Les voitures autonomes ne pourraient éviter les collisions que dans des cas d’incapacité de conduite du conducteur humain (par l’alcool ou le sommeil) ou de mauvaises détections d’aléas ou d’obstacles inopinés. Néanmoins, ces deux types de conditions ne se présenteraient que dans 10% et 24% des cas, respectivement. Cette analyse s’est fondée sur 5 000 accidents nécessitant l’intervention des urgences médicales rapportés par les autorités américaines.

“Il est très probable qu’il arrivera un jour où les voitures pleinement autonomes pourront mieux identifier des aléas que les humains, mais nous nous sommes aperçus que cela ne pourra pas prévenir une bonne partie des accidents”, souligne Jessica Cicchino, vice-présidente du pôle de recherche de l’IIHS, dans l’étude en question. Les partisans de l’autonomie y ont, bien évidemment, réagi avec véhémence. Jack Weast, le PDG de la compagnie MobilEye, qui conçoit notamment des caméras pour certaines voitures autonomes, a déclaré à l’agence Reuters (relayée par AutoNews) que “tant qu’il y aura des conducteurs humains sur la route, le zéro accident ne sera jamais atteint” mais a assuré que “les voitures autonomes peuvent faire bien mieux que les conducteurs humains.”

Le groupe PAVE (des “partenaires pour l’éducation du public sur les véhicules automobiles”), quant à lui, a contré l’étude de l’IIHS – dont il juge les “suppositions questionnables” – avec une autre estimation prédictive. D’après lui, en se basant sur un futur où les véhicules autonomes seront non seulement plus nombreuses mais plus compétentes, celles-ci pourraient éviter jusqu’à 72% des accidents. Tant que les véhicules autonomes n’auront pas pris le dessus sur les autres, il sera difficile d’établir lesquels de ces statistiques prédictives s’approchaient le plus de la réalité.

Source: AutoNews