Des toilettes intelligentes pour analyser les excréments

Science

Par Olivier le

On n’a pas forcément les moyens ou l’envie de porter une montre connectée ou tout autre capteur de mesure de la santé. Aller régulièrement chez le médecin n’est parfois pas non plus une possibilité donnée à tout le monde. Par contre, tout le monde va aux toilettes !

Crédit : chriskeller, Pixabay
Crédit : chriskeller, Pixabay

Et si les toilettes permettaient de diagnostiquer des maladies ? L’idée n’a rien de surréaliste. Elle est même très sérieusement envisagée par Josh Coon, professeur de chimie à l’université du Wisconsin-Madison, et également chercheur à l’Institut de recherche Morgridge. Ce dernier imagine des « toilettes intelligentes » bardées de capteurs capables d’analyser la composition chimique de l’urine et les excréments.

Des déchets qui valent de l’or

Ces analyses n’ont rien d’extraordinaire. Il est très commun de donner un échantillon d’urine chez le médecin ou à un labo. Ces toilettes seraient en mesure de réaliser des analyses chaque jour (et même plusieurs fois par jour !), alimentant ainsi une base de données de la santé d’un individu. Il n’a d’ailleurs pas à recevoir de notifications sur son smartphone sur l’état de ses déchets… En revanche, ces informations peuvent être transmises à un système autonome de santé qui préviendrait le médecin traitant de la personne, en cas de problème.

Un taux élevé de glucose dans les urines peut être le signe du développement d’un diabète. Et lorsque le taux de protéines dans l’urine est trop élevé, c’est que la maladie a commencé à causer de sérieux dommages aux reins… Le principe de toilettes intelligentes prend alors tout son sens pour prévenir de tels problèmes de santé en amont de la maladie.

L’idée fait son chemin dans la communauté scientifique, mais il reste que les coûts demeurent très élevés pour transformer cette idée en réalisation concrète — et abordable. Il se pose également des questions de confidentialité : une entreprise qui « offrirait » des toilettes intelligentes à ses employés ne serait-elle pas tentée d’exploiter les données pour déterminer la « valeur médicale » d’un salarié ?

Source: ZDnet