Twitter : trois jeunes hackers accusés du hack du 15 juillet

Sécurité

Par Felix Gouty le

Ils n’auraient qu’entre 17 et 22 ans et seraient responsables de l’une des plus grosses arnaques et l’un des piratages les plus marquants de l’histoire de Twitter. Ce trio de hackers, apparemment à l’origine du “hack du 15 juillet”, a été appréhendé par la justice américaine.

Crédits : @B_A via Pixabay

Le 15 juillet dernier, ce trio de jeunes hackers était parvenu à pirater les comptes Twitter des plus puissants : Bill Gates, Jeff Bezos, Elon Musk, Barack Obama, Joe Biden, etc. Aujourd’hui, les trois accusés ont été appréhendés par la justice américaine et font face à de très lourdes peines. Selon Mac Rumors, les forces de l’ordre de l’État de Floride, aux États-Unis, auraient chargé un jeune homme de 17 ans, Graham Clark, de 30 délits pénaux dont fraude organisée, usage frauduleux d’informations personnelles ou encore accès à un ordinateur sans autorisation. Le jeune Floridien aurait été assisté de deux autres hackers, appréhendés par la police fédérale américaine. Le Britannique Mason Sheppard, dit “Chaewon” et âgé de 19 ans, risquerait jusqu’à 45 ans de prison pour complot visant à une fraude par Internet et à un blanchiment d’argent, ainsi que pour piratage intentionnel d’un ordinateur protégé. Le plus âgé des trois, Nima Fazeli dit “Rolex”, pourrait finir avec une peine de 5 ans d’emprisonnement pour assistance au piratage intentionnel d’un ordinateur protégé. Il est aussi originaire de Floride et est âgé de 22 ans.

“Nous apprécions l’action rapide des forces de l’ordre concernant cette enquête et nous continuerons de coopérer, déclare un porte-parole de Twitter dans la publication ci-dessus. De notre côté, nous nous sommes déterminés à rester transparent et à tenir nos utilisateurs au courant des suites (de cette affaire).” Pour rappel, l’enquête interne de Twitter aurait révélé que les pirates auraient procédé à une arnaque téléphonique auprès de différents employés de Twitter. Se faisant passer pour d’autres employés du réseau social, ils auraient ainsi obtenu des informations confidentielles sur les outils technologiques internes de la plateforme. Grâce à ces derniers, les trois hackers ont ciblé 130 comptes Twitter puis changé le mot de passe de 45 d’entre eux pour publier des annonces incitant leurs abonnés à délivrer des Bitcoins pour soi-disant en gagner davantage. Plus de 120 000 dollars auraient été récoltés par le trio à travers cette arnaque. “Les accusations annoncées aujourd’hui démontrent que le piratage malveillant d’un environnement sécurisé pour l’amusement ou le profit n’amène qu’à une satisfaction de courte-durée, a clamé le procureur général d’État du district nord de Californie, David Anderson. L’action criminelle sur Internet peut sembler discrète du point de vue de ceux qui la pratiquent mais elle n’a rien de discrète en vérité. J’aimerais dire aux futurs hackers : allez-y, enfreignez la loi, nous vous trouverons.”