Pour Toshiba, les ordinateurs portables c’est terminé

Ordinateurs

Par Olivier le

C'est la fin d'une longue histoire. Toshiba a discrètement quitté le monde des PC portables. Le constructeur japonais est un des pionniers du secteur, cela faisait 35 ans qu'il en fabriquait.

Le T1100 de Toshiba. Crédit : Johann H. Addicks, CC 3.0
Le T1100 de Toshiba. Crédit : Johann H. Addicks, CC 3.0

En vendant la participation minoritaire qu’il détenait dans Dynabook, l’activité PC de Sharp, Toshiba ferme un grand chapitre de son histoire et de celle de l’informatique. Le constructeur arrête en effet définitivement la construction d’ordinateurs portables, alors qu’il avait conçu un des premiers exemplaires du genre en 1985.

Pionnier des PC portables

Le T1100 avait un écran LCD monochrome de 25 lignes, 256 Ko de mémoire, un processeur Intel 80C88 cadencé à 4,77 Mhz un lecteur de disquette 3,5 pouces, des batteries rechargeables, le tout pour moins de 2.000 $. À l’époque, Toshiba le présentait comme « le premier ordinateur portable grand public ». Il pesait la bagatelle de 4,1 kg !

Dans les années 90 et 2000, Toshiba faisait partie des plus grands constructeurs de PC au monde, mais avec l’arrivée de nombreux acteurs, les ordinateurs du fabricant ont commencé à perdre en popularité. En 2011, Toshiba avait vendu 17,7 millions de PC. Un chiffre qui s’est considérablement réduit : en 2017, le volume était de 1,4 million seulement.

Il y a deux ans, Toshiba vendait 80,1% de son activité PC à Sharp, pour 36 millions de dollars. Le capital de cette division baptisée Dynabook comptait toujours Toshiba à hauteur de 19,1%. C’est cette part que l’entreprise a vendu à son partenaire début août, qui devient donc propriétaire de l’intégralité de Dynabook.

C’est donc la fin d’une époque pour Toshiba, qui continue son activité dans le secteur informatique mais aussi dans les milieux industriels. C’est un des principaux fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs, mais le groupe n’a cessé de subir des pertes ces dernières années.

Source: Toshiba