Bouygues obligé de retirer des antennes réseaux Huawei

Télécom

Par Felix Gouty le

Après les États-Unis et le Royaume-Uni, c’est au tour de la France de couper les liens avec Huawei. L’opérateur téléphonique Bouygues a révélé qu’il sera bientôt obligé de retirer 3000 antennes 5G fabriquées par Huawei pour des raisons de sécurité.

Crédits : @blickpixel via Pixabay

« Nous n’aurons plus aucune antenne Huawei dans les zones très denses » d’ici à 2028, a déclaré Olivier Roussat, le directeur général adjoint de Bouygues Télécom, dans une conférence destinée au bilan financier de l’opérateur français. D’après ce dernier, Bouygues a en effet été chargé par le gouvernement français de retirer plus de 3 000 antennes téléphoniques sur les huit prochaines années. Les antennes téléphoniques ciblées ont été fabriquées par le géant chinois de la téléphonie, Huawei, afin de permettre de déployer le nouveau réseau 5G en France. Néanmoins, la pression des États-Unis, dont le gouvernement continue d’accuser la firme d’espionnage pour le compte de Pékin, semble avoir fait plier l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Selon BFM Business, cette dernière a revu ses positions concernant Huawei en juillet dernier. Elle aurait notamment décidé d’accorder moins d’autorisations d’exploitation aux opérateurs français partenaires du groupe chinois, comme Bouygues.

L’opérateur avoue ainsi être en négociations avec l’État français pour obtenir une compensation, en échange des coûts du démantèlement des antennes commandées chez Huawei. D’autant qu’il souligne qu’il sera dans l’impossibilité de remplacer les antennes dans ces zones. La priorité, selon Bouygues, est d’éliminer les antennes Huawei du paysage de quatre grandes villes françaises : Brest, Toulouse, Strasbourg et Rennes. Bouygues explique que cet ordre émane du fait que ces dernières présentent des établissements stratégiques comme le port militaire de Brest, le siège d’Airbus à Toulouse ou des infrastructures spécialisées en cybersécurité à Rennes. Paris, quant à elle, n’aura pas droit à de telles désinstallations systématiques : l’opérateur n’y aurait déployé aucune antenne fabriquée par Huawei. D’autres villes et zones jugées denses seront néanmoins impactées par ces désinstallations par étape : quatre autres villes d’ici 2023, puis neuf autres en 2025 avant un dernier lot en 2028.